Revenir en haut Aller en bas
Recensement de la rentrée
N'oublie pas de venir recenser ton/tes personnage(s) dans ce sujet avant le 21 octobre !
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Lufkin ! (a)
Toi aussi, tu aimes Hungcalf ?
Alors vote sur les top-sites et laisse un petit com' sur Bazzart et PRD !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 
Gabriel † glede av å vite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 15 Juil 2018 - 8:41 Sujet: Gabriel † glede av å vite

Douce matinée. Aurore à peine dévoilé, tu sors de chez toi après avoir avalé un smoothie et laissé un mot rapide sur la porte pour souhaiter une bonne journée à tes colocataires. Casque sur les oreilles ta musique se joue au rythme de tes foulées. Playlist organisée, comme l'ensemble de ta vie, avec une précision chirurgicale. Tu connais ton rythme depuis les années que tu cours ; étirements, marche rapide, longues foulées pour finir par un retour au calme sur des notes légères. Tu aimes courir, ça te permet de vider ton esprit, c'est un exutoire, une manière supplémentaires de maîtriser ton corps, chose dont tu as eu bien besoin ces derniers mois. 

Quand tu cours, tu ne fais attention à rien, c'est toi et l'univers. L'heure matinale, le fait que ce sont les vacances, il n'y a pas une âme dans les rues. Le long du lac. Les premiers rayons de soleil viennent frôler le Loch, majestueuse étendue d'eau dans laquelle vivent un peuple intriguant, tu prends une seconde pour admirer le spectacle. La nature apporte son lot de magie grâce à ses changements, les couleurs, les saisons, le perpétuel renouveau. Un sourire se pose sur tes lèvres quand tu te laisses emporter par des souvenirs heureux, tes parents, des vacances, tu es une femme simple qui se contente de peu pour être heureuse. Tu enlèves le casque d'où s'échappe toujours des notes et tu profites simplement de cette nouvelle vie qui s'offre à toi. Tu vas repartir de zéro, te reconstruire avec l'aide de tes amis, des personnes que tu aimes, tu as la chance d'avoir décroché un job au centre Lovingblow, ton ancien professeur de théâtre compte sur toi pour tenir la boutique en son absence et tu ne vas pas le décevoir. Tu te sens bien. Trop bien. Cela fait longtemps que tu n'as pas ressenti cette espèce de plénitude, est-ce que tu l'as seulement déjà ressentie ? Des bruits de pas, foulée régulière, un autre coureur, tu n'y prêtes pas attention, tu es dans tes pensées et puis soudain tu frissonnes, tu as l'impression que de la glace vient glisser le long de tes vertèbres dorsales. Non ... Murmure à peine audible qui peine à passer par-delà tes lèvres, tu restes figée. Tes yeux se ferment comme pour faire disparaître ce cauchemar. Raison majeure de ton départ de l'Université. Lui. Ce croque-mitaine qui vit dans l'ombre. 

Tu voudrais bouger, reprendre ta course, courir vite et loin de cette montagne de muscle qui approche, mais tu en es incapable. Peut-être que si je ne bouge pas, il ne fera pas attention à moi ? C'est une technique intéressante si tu te trouves face à un animal sauvage, mais probablement inutile face à un monstre au regard d'acier. Tu as l'impression d'être prise au piège d'un filet du diable, tu entends les foulées ralentir, se rapprocher de toi, et ton corps se met à réagir immédiatement. Ta respiration se saccade malgré tes efforts, ton cœur bat si fort que tu as l'impression qu'il souhaite quitter ta cage thoracique. 

Lentement, tes yeux se ferment, tu cherches du courage, parce que tu sais qu'il ne va pas se priver le blond. Il ne l'a jamais fait. Visage levé vers le ciel, tu demandes à ton dieu de te donner la force de fuir. Mais c'est trop tard, tu sens sa présence dans ton dos, le souffle de sa respiration parvient à ta nuque déclenchant une série de frissons, autant qu'une montée de larmes dans tes yeux que tu refoules. Pourquoi est-ce que l'univers ne te laisse pas une minute de répit ? Tu ne demandes pas quelque chose d'extraordinaire, tu souhaites simplement oublier. Oublier cette nuit. Ces souffrances. Ces complications. Oublier que cette nuit à bousillé ta vie. Qu'il a bousillé ta vie. Toi qui ne faisais pas facilement confiance, aujourd'hui, c'est devenu mission impossible à cause de lui. Parce que tu es persuadé que ce petit con ... Non ce grand psychopathe, est le responsable. 


Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 


Dernière édition par Niamh Walsh le Lun 16 Juil 2018 - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 15 Juil 2018 - 16:32 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite


Flykte, lille danser...

Emploi du temps fixe, rythmé par des entraînements sportifs adaptés à mes envies et mes objectifs. Si les vacances sont souvent synonyme de laxisme et de farniente pour la plupart de mes idiots de camarades, il était hors de question pour moi de me laisser aller. Alors j'enchaînais course à pied, exercices de musculation, vol, histoire de me garder en forme et de ne pas déroger à ma réputation de sportif boulimique. Tous les matins, je partais donc courir, que ce soit sur le domaine d'Hungcalf ou sur les bords du loch. La nature pour seule compagne. Cette nature imprévisible qui me rappelait les fjords de mon enfance. Il manquait juste quelques degrés de moins pour que l'atmosphère soit parfaite. Les battements de mon coeur suivaient un rythme idéal que je connaissais sur le bout des doigts. Pas besoin de gadgets moldus pour connaître mon rythme cardiaque ou le nombre de pas effectués, c'était inné chez moi. J'avançais à grande allure, comme d'habitude, et mon itinéraire défilait devant mes yeux sans vraiment que je ne m'en rende compte. Les bruits de l'eau m'accompagnaient, tout comme les cris des oiseaux ou des animaux. La lumière du jour était encore fade, discrète, mais c'était bien le meilleur moment pour aller courir. Personne pour m'emmerder ou m'obliger à dégager le passage. Le Roi arrive, faites place...

Rien ne pouvait vraiment me dévier de ma route... Hormis peut-être cette silhouette que j'apercevais au loin. Silhouette féminine à la fois honnis et désirée. Elle. Mes pupilles glaciales dardèrent sur ce corps qui se refusait à moi. Mon obsession, la fille qui hantait mes pensées et mes souvenirs. Ralentissant vivement histoire de vérifier que mon instinct ne s'était pas trompé, je finis pas m'arrêter derrière elle, mon souffle toujours intense sous l'effort. J'aurais du prévoir que j'allais la croiser. Je le savais qu'il lui arrivait de courir elle aussi. Je l'avais déjà suivi par ici. Rythme cardiaque encore très haut, mes pas m'approchèrent encore un peu plus d'elle, de son dos, de son attitude clairement méfiante. Amusant. Aurais-tu peur, ma jolie? Sourire moqueur au coin des lèvres, je me stoppais à quelques centimètres à peine d'elle, de sa peau. Cette odeur qu'elle dégageait réveillait en moi des souvenirs partagés. Souvenirs d'échanges houleux. Souvenirs plus sombres, plus confus. C'est qu'elle en tremblait presque, pauvre petite biche apeurée. Provoquer de la terreur chez quelqu'un était presque jouissif chez moi... Pourquoi? Aucune idée. Mais l'adrénaline qui affluait dans mes veines me rendait accro à ces moments de tension. Me penchant vers elle, je vins susurrer à son oreille, d'une voix mielleuse et forte d'un accent du nord prononcé. "Bouh." Si elle n'avait pas sursauté, je crois bien que j'aurais été déçu. L'emmerder était devenu un sport national chez moi. Une envie presque irrésistible de faire de sa vie un enfer. Elle m'avait opposé un refus, elle m'aurait sur le dos. C'était ainsi que je fonctionnais. "C'est dangereux de partir seule comme ça... On sait jamais sur qui on peut tomber, n'est-ce pas?" que je reprenais, cynique. Oh, je me doutais bien la faire réagir avec ces quelques mots. La voir se débattre serait bien plus drôle que de l'observer se décomposer sur place. Bouge, petite danseuse. Essaie donc de me fuire tant que tu le peux encore. On verra si le chasseur peut te rattraper. Alors qu'elle semblait sur le point de bouger, je bondis pour me mettre face à elle, coupant toute retraite directe. La belle pouvait bien essayer de me fausser compagnie, elle me connaissait assez pour savoir que je ne laisserai pas tomber. Jamais. Un pas, deux pas vers elle pour la faire reculer et je me penchais à nouveau, plantant mon visage à quelques centimètres du sien. "A moins que tu ne tenais à me croiser? Mais crois-moi, t'avais pas besoin d'aller aussi loin pour me trouver. Je ne suis jamais loin, lille danserinne." Ces petits surnoms en norvégiens que j'aimais lui donner m'aidaient à accentuer cette impression de supériorité. De la foutre plus bas que terre. Et si elle pouvait lâcher quelques larmes, alors j'aurais gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Lun 16 Juil 2018 - 11:36 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Son souffle sur ta nuque, sa présence imposante dans ton dos, tu es pétrifiée, un lapin au milieu d'une route voyant des phares approcher aurait plus de réactivité que toi. Tes sens sont en alerte pourtant, tu ne comprends pas pourquoi tu restes de marbre. Il s'approche encore, glisse un bouh a ton oreille et tu te raidis dans un sursaut. Tu meurs de l'intérieur. C'est comme si chaque parcelle de ton corps s'effritait, tu n'es plus qu'une enveloppe vide. Un frisson remonte le long de ton échine quand il prononce cette phrase que tu sais lourde de sens, bien trop pour toi, tu aimerais répondre, mais tu en es incapable. Ce n'est pas dangereux de se retrouver seul, ce sont des gens comme lui qui le sont. Le norvégien réduit la distance qui vous sépare, tu tressailles à nouveau avant d'entamer un mouvement. Tu sens un frisson parcourir ta nuque quand ton regard croise le sien, tu te fais violence pour ne pas vaciller, pour ne pas partir en courant, parce que maintenant, tu sais que ce serait vain. Tu sens un frisson parcourir ta nuque quand ton regard croise le sien, tu te fais violence pour ne pas vaciller, pour ne pas partir en courant, parce que maintenant, tu sais que ce serait vain. T'es une poupée avec laquelle il souhaite jouer, tu le vois dans son regard, prédateur se délectant de la panique de sa proie. Tu soupires, mords sur l'intérieur de ta joue pour te maintenir dans la réalité, ne t'évades pas, ne restes pas de marbre, il te provoque, tu le vois dans son attitude, le ton mielleux qu'il utilise, ce regard mordant qui balaie ta silhouette. Tu ne parles pas norvégien, mais tu comprends aisément le surnom qu'il te donne. Déglutition difficile. Cauchemar sur le point de se répéter, mais tu trouves le courage d'aligner quelques mots sans entendre de vibrato dans ta voix, tu fais partie des gens que je préfère éviter... Ton acerbe, tu ajoutes avec une lueur de défi dans le regard je ne comprend pas comment Lina peut trouver quoique ce soit d'intéressant chez toi ! Ce n'est pas un secret, Lina fait partie des privilégiées, elle fait partie de la cour rapprochée du Roi, elle a déjà eut beau t'expliquer que ce n'est pas quelqu'un de mauvais, tu ne perçois pas les choses comme ça. Surtout depuis quelques mois. Il a un regard limpide, magnifique et pourtant tout ce que tu vois quand tu le regardes, c'est de la haine, de la rage, jamais tu n'as lu autre chose, pourtant voilà des années que vous êtes dans la même maison. Étiez. Hungcalf est désormais derrière toi, tu aurais aimé que le viking le soit aussi. Tu n'as aucune certitude, ce ne sont que des impressions, mais tu es persuadée que si ton corps réagit de la sorte en sa présence, c'est pour une bonne raison. Tu as été marquée au fer rouge, personne ne pourra comprendre. Parfois, tu aimerais savoir si tes inquiétudes sont fondées, s'il est bien celui qui t'a volé tellement cette nuit-là, mais si tu le savais, si c'était le cas, que ferais-tu ? Irais-tu te plaindre ? Encore une née-moldu qui va se plaindre dans grand méchant sang-pur, tu sais que l'histoire est écrite d'avance. Te confier à quelqu'un ? Non, hors de question d'impliquer qui que ce soit dans cette histoire, plus que certaines ne le sont déjà. Tu le regardes avec une expression de dégout lâche-moi maintenant Henriksen ! Tu veux fuir avec le peu de courage et de dignité qu'il te reste, petite, vive, tu passes à côté de lui pour prendre la fuite, tu pries intérieurement pour qu'il t'écoute, mais quelque chose te dit que c'est en vain.



Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 17 Juil 2018 - 22:46 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite


Flykte, lille danser...

La peur dans le regard de la danseuse, ses sursauts, ses tremblements. Autant d'effets que ma simple présence semblait provoquer. Terriblement plaisant. La chasse était un domaine particulièrement jouissif pour moi... Surtout si la proie se montrait récalcitrante et rebelle. Or la jolie brune s'était refusé à moi plusieurs fois. Assez pour que la faire plier devienne une obsession. Oppressant, je me faisais volontairement plus imposant derrière elle, histoire de provoquer une certaine panique dans son esprit... Et je devais dire que ça fonctionnait à merveille. Tellement que je pouvais presque entendre son rythme cardiaque s'affoler. Elle était pétrifiée. Ne bougeait plus, telle la proie acculée dans un coin de la forêt. Une proie blessée qui pouvait se révéler dangereuse, si seulement je pouvais avoir peur d'une crevette dans son genre. La provocation au bout de la langue, je lui coupais toute retraite, la forçant même à reculer. Un peu plus et je laissais ma main entrer en contact avec sa peau. Sauf que mon geste se stoppa en plein vol alors qu'enfin, elle retrouvait l'usage de sa langue. Bien. Cela devenait enfin intéressant. Oh, alors comme ça la biche voulait se rebeller? Croyait-elle m'impressionner en crachant ce venin qui s'apparentait bien plus au crachat d'un chaton que du liquide empoisonné de la vipère? Cependant, si son discours me fit doucement rire, le fait qu'elle cite Lina ne me plaisait pas tellement. Ma princesse n'avait rien à voir dans l'histoire. "Oh je suis tellement vexé que tu cherches à m'éviter. Aurais-je fait ou dit quelque chose de mal?" que je continuais sur ma lancée, volontairement cynique et provocateur. Je passais sous silence l'allusion à Lina, parce que je ne voulais pas m'abaisser à parler de mon amie. Qu'elles parlent de moi entre elles m'était égal, et je ne doutais jamais de la loyauté de Lina. Niamh pouvait bien penser ce qu'elle voulait, ça me passait au dessus à des kilomètres. Pauvre petite fille stupide. Comme si l'avis des autres avait une quelconque importance pour moi. Le Roi avait toujours raison, quoi qu'il arrive.

L'ancienne Grymm - parce que oui, j'avais appris qu'elle avait tourné le dos à Hungcalf, la lâche- semblait sur le point d'imploser, et pourtant, je ne pouvais m'empêcher de rechercher son regard du mien. De plonger mes pupilles glaciales dans celles chocolat de ma proie. Elle aurait pu être une reine -éphémère- à mes côtés si elle l'avait voulu. Mais non, elle avait été assez stupide pour dire non. Et s'il lui était arrivé des crasses, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Retour de karma. Sa voix claqua à nouveau, plus vive, surprenante. Sa réplique, loin de m'atteindre m'arracha un rire moqueur. Elle cherchait donc la fuite? A peine avait-elle fait un pas que j'attrapais son poignet. Souvenir fugace. Où crois-tu donc aller? J'y mettais peu de force. Suffisamment pour l'arrêter, mais pas assez pour lui faire mal. Pas tout de suite. Il fallait encore jouer. La ramenant avec lenteur vers moi, gestes étrangement mesurés, comme pour ménager la proie avant de lui tomber dessus. "Je croyais que tu étais prête à te battre, je suis déçu... Tu crois vraiment pouvoir me semer ici?" Puis, j'esquissais un sourire amusé alors qu'une idée nouvelle émergeait dans mon esprit presque machiavélique. La fuite n'était pas la solution quand on se trouvait face à moi. Parce que je retrouvais toujours mes proies, et mes vengeances étaient froides, cruelles et ne laissaient pas de place à l'improvisation... Sauf quand mon tempérament reprenait le dessus, ou que je n'étais pas en contrôle total. Je me penchais à nouveau vers elle, rajoutant avec ironie: "Mais si tu veux jouer au chat et à la souris, je t'en prie, mon rythme cardiaque est encore assez élevé pour courir un marathon... Tu sens?" que je demandais tout en forçant sa main à se poser sur mon torse au niveau de mon coeur. Nouveau sourire cruel au coin des lèvres. Je m'attendais bien sûr à ce qu'elle se débatte, sinon, ce ne serait pas drôle. Ne pleure pas, petite biche aux yeux de feu, le jeu ne fait que commencer.



~ you may go where you want
but you cannot escape yourself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 18 Juil 2018 - 20:42 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Sa présence décuple tes sens, tu as rapidement remarqué qu'il était le déclencheur de cet état de nervosité, des tremblements, des angoisses, une incapacité totale à maîtriser les battements de ton cœur. T'es une proie affolée et il s'en délecte. Tout, dans sa voix, son attitude, son regard posé sur toi l'indique. Il ne reculera pas. Il assoit son pouvoir et si tu t'en rends compte, tu ne peux rien faire. Tu es figée et si ton corps bouge, ce ne sont que des spasmes involontaires. Réaction purement physique. Parfois, tu te dis que tu aurais dû lui donner ce qu'il voulait quand il était encore temps, au lieu de quoi ? Faire la reine, l'envoyer balader parce qu'il représente ce que tu exècres ? Il n'est pas désagréable, tu aurais pu... Mais tu as choisi une autre voie, celle que tu choisis toujours : la mauvaise. Depuis, tu as apprit à le regretter. La parole te revient, tu es acide, pas assez pour lui. Une lueur traverse son regard, est-ce ... De l'amusement ? Il n'a aucun scrupule, aucune forme de morale. Il s'amuse de ta rébellion, il te prend à ton propre jeu en jouant à l'ignare provocant. Ça te fait froid dans le dos. Ton existence à elle seule est une insulte à l'Univers ! Respiration saccadée, tu lui tiens tête, tente de ne pas te noyer dans son regard couleur océan. Il t'inspire le dégoût et la peur. Il est l'incarnation du mal sur terre, pour toi.

Si tu rêves de fuite, tu sais que ça ne servira à rien. Tu lui ordonnes donc de t'oublier. Tu as recueilli tout le courage qui restait en toi pour sortir ces quelques mots, tu te retournes rapidement, fait quelques pas et retient un cri quand tu sens ses doigts se resserrer sur ton poignet. Tu serres les dents, cœur au bord des lèvres, tu te sens pâlir. Il joue le norvégien, il jouit de l'ascendance qu'il a sur toi et ça te rend malade. Tu aimerais hurler, lui asséner des coups qui le blesserai autant que tu ne l'es, mais ce n'est pas de son genre au viking. Non. Lui, il pourrait se faire ébouillanter, il conserverait son sourire cynique, tu pourrais lui donner le plus grand coup, il se moquerait. Son souffle caresse ta joue, tu es prise de nausée et ça ne s'arrange pas quand il pose ta main sur son torse. C'est du béton, c'est dur, de la glace, comme le cœur que tu sens battre sous sa peau j'ai toujours cru que tu n'en avais pas ! dis-tu en tirant sur ton bras pour te dégager de son emprise. Plus tu tires, plus tu as l'impression que sa main se resserre. De ta main libre, tu lui mets une gifle sonnante, violente, tu as beau être menue, danseuse et terrorisée, tu as toujours quelque part ce caractère volcanique. C'est cette fille qui la repoussé par deux fois que tu essaies de faire remonter à la surface. Tu te détestes d'être faible, de lui laisser te dominer, alors tu lui tiens tête, tu ravales ta terreur, serre la mâchoire et attends que le roi décide de ton sort, ton regard dans le sien tu murmures, rageuse cette fois Pour la seconde  fois... Lâche moi


Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 18 Juil 2018 - 23:45 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite


Flykte, lille danser...

La jolie biche cherchait désespérément un moyen de m'échapper. Elle pensait qu'avec quelques paroles acides, elle arriverait à m'atteindre, mais c'était peine perdu. Intouchable. Insensible. Sans coeur. Des attributs qui me collaient à la peau. Peu importait ce qu'en pensait mes idiots de camarade, je ne pouvais avoir tord. J'étais dans mon droit. Personne ne pouvait me dire quoi faire. Un soupir amusé alors que la brunette en rajoutait. Oh, une insulte à l'Univers, rien que ça. Ricanement mauvais tandis que je levais les yeux au ciel. Elle se débattait, l'affolement au coeur. Prête à attaquer par désespoir. Des attaques de proie acculée. M'apparaissait-elle dangereuse? Pas le moins du monde, c'était plutôt l'inverse. A vrai dire, elle m'amusait. Sa panique avait quelque chose d'attirant, son regard affolé me faisait plus d'effet que je ne saurais l'avouer. C'était grisant d'avoir une telle ascendance sur une autre personne, et surtout du sexe faible. Voilà l'une des réflexions qui me valaient d'être sermonné par Lina. Peut-être qu'elle avait raison, que je devrais arrêter de me faire des idées fausses sur les femmes? Hors de question. Ce serait reconnaître que j'ai tord... Je penchais la tête sur le côté alors que je sentais fuir la biche sous mes yeux. La maline. Réflexe. Une main autour de son poignet, je la tenais sous mon emprise. Encore une fois... Ou était-ce la première fois? Le contact de ma peau sur la sienne, même pour un geste volontairement agressif, m'électrisait. Pas qu'elle me faisait de l'effet -ok, l'ex grymm avait des atouts, mais fallait pas abuser- c'était plutôt la perspective de l'avoir sous ma coupe qui me plaisait...

Décidant de la provoquer un peu plus, je l'obligeais à se rapprocher, à rentrer en contact avec moi. La toisant de toute ma hauteur, me délectant de cette expression de dégoût qu'elle m'offrait. Elle essayait même de se débattre. D'instinct, je resserrais ma prise, tandis qu'elle crachait son venin à nouveau. Oh, pauvre bichette. Pas besoin de coeur quand on était au dessus de tout le monde. Ce dont j'avais envie, je le prenais, point. "Tu serais étonnée de ce que tu pourrais découvrir, si seulement tu..." Je me stoppais net en pleine phrase, touché de plein fouet par un geste inattendu. La biche s'était rebellée. Captive, elle avait tenté le tout pour le tout. Ma fierté bafouée, j'en restais perturbé pendant quelques secondes, le temps de reprendre cette contenance qui caractérisait tant les hommes du nord. Hvordan våger du? Mon regard se fit plus glacial encore, plus froid, plus sombre. Je voulais jouer, elle avait abattu ses cartes. Cette fois, pas de sourire suffisant, juste une expression froide. La colère brûlant au fond de mon coeur et de mes poings. Ma main se resserra encore un peu plus sur son poignet. Elle devait avoir mal, bien fait pour elle. Sur mon visage, je sentais la trace vive de la gifle qu'elle m'avait si gracieusement offerte. Elle allait maintenant regretter ce geste. "Idiote. T'aurais pas du faire ça..." Mon sang bouillonnait dans mes veines et je peinais à retenir mes gestes. En même temps, personne ne me verrait ici... Sans prévenir, j'attrapais son deuxième poignet pour la faire mienne à nouveau et l'empêcher de retenter ce coup de vipère. La forçant à reculer jusqu'à un arbre, je la plaquais contre le tronc, imposant ma silhouette massive à la sienne, beaucoup plus menue. Ses deux poignets dans une main, je l'empêchais de bouger. Et joueur, cruel, j'approchais mon visage du sien, frôlant sa joue de la mienne alors que je m'attaquais à son oreille. "Que croyais-tu pouvoir faire contre moi, Niamh?" que je susurrais d'une voix vibrante, dangereuse, insistant sur son prénom. Elle avait joué, elle avait perdu, tout simplement. Ma main libre vint titiller sa peau sous son t-shirt, parfaitement conscient de l'effet néfaste que ça pouvait lui faire. Tremble, petite biche apeurée, tu n'as nulle part où fuire. Mais... Je ne pouvais pas en rester là... Alors, d'un mouvement tout calculé, je la soulevais pour la mettre sur mon épaule, ignorant ses protestations. Direction le loch tout près, bien décidé à lui faire prendre une douche froide. Et si elle faisait un choc thermique, et bien elle l'avait cherché. L'eau était à portée de jet, mais allait-elle se laisser faire, rien n'était moins sûr...



~ you may go where you want
but you cannot escape yourself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Jeu 19 Juil 2018 - 12:25 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Tes attaques semblent avoirs autant d'impact sur lui que les feulements d'un chaton en auraient sur un tigre. Tu attaques verbalement et ça l'amuse. La peur fait place au dégoût, le toucher te révulse, t'as le cœur au bord des lèvres, la nausée facile. Tu te débats, il resserre sa prise. Tu te sens acculée, il réplique, mais tu ne lui laisses pas terminer sa phrase, un claquement résonne sur les rives du lac, ton regard dans le sien, tu te sais en sursis désormais. Sa réaction tarde. Il semble soufflé de ton audace, probablement qu'aucune femme n'a jamais touché son visage de la sorte. T'es probablement la première. Le regard amusé se transforme en rage, tu vois la tempête dans l'océan, l'orage gronde dans ses pupilles, la bouche sèche, tu avales une salive imaginaire, tu manques d'air et laisses échapper un gémissement de douleur quand sa main se referme vraiment sur ton poignet, il ne joue plus. Il a de la force et il s'en sert. Comme si son corps ne parlait pas suffisamment pour lui, le norvégien te traite d'idiote, tu sais que tu n'aurais pas dû, mais ... Qu'est-ce que tu avais comme autre choix hein ?


Rapide comme une bourrasque de vent un soir de tempête, il attrape ton second poignet tout en te forçant à reculer. Ce n'est plus de la rage, de la peur ou même de la panique dans ton regard, c'est passé un cran au-dessus, c'est le vrai visage de la Terreur (oui, avec un grand "T" ) que tu arbores. Ton dos rencontre un tronc, rencontre violente, tu sens un nœud dans ton dos, promesse d'un bel hématome, mais ça sera peut-être le dernier de tes soucis. Il joue de son physique pour te maintenir, impression de déjà-vu, décor différent, même sensation. T'as envie de hurler Niamh, tu voudrais le frapper, te débattre, mais au lieu de ça tu détournes le regard, une larme roule sur ta joue tandis qu'il murmure, sa main frôlant ta peau nue. Tes jambes se dérobent quelques secondes, c'est suffisant pour qu'il prenne les rennes. Tu te retrouves sur son épaule, il prend la direction du Loch et si prendre un bain frais ne te fait pas peur, c'est parce que c'est lui qui t'y mène que tu paniques.

Laissons le sort décider...
1 - 3 - 5

Pourquoi t'emmènes jamais ta baguette avec toi Niamh ? Tu te retrouves sur son épaule, il prend la direction du Loch et si prendre un bain frais ne te fait pas peur, c'est parce que c'est lui qui t'y mène que tu paniques. Au lieu de quoi tu te contentes de lui donner des coups en vain. Il ne faut pas plus de quelques secondes au viking pour te balancer à l'eau, glaciale, mais bien moins que lui. Tu remontes à la surface en prenant conscience que ton téléphone et ton casque sont totalement fichu, mais que tu as désormais une distance saine entre lui et toi. Tu restes dans l'eau, observant ses mouvements de loin.

2 - 4 - 6

Dans la panique, tu retrouves ta capacité de mouvement, tu le frappes des mains, des pieds, tu essaies de lui faire mal. Il ne lâche pas. Il ne lâchera jamais. Alors tu tentes le tout pour le tout. Tu le mords dans le dos, fort, le goût du fer envahit ta bouche. Probablement sous l'effet de surprise il te lâche, tu tombes sur le sol, il ne te faut pas plus d'une seconde pour être à nouveau sur pied et cette fois, tu te mets à courir, mettant à profit l'effet de surprise. S'il te rattrape, tu sais que tu vas passer un très mauvais moment, alors tu cours plus vite que tu n'as jamais couru.


Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maître du Jeu
→ je suis le destin ←
›› parchemins postés : 230
›› miroir du riséd : sans visage
›› crédits : gainsboro & tumblr
SCIENCES OCCULTES
›› âge : éternel
›› situation : C'est compliqué
›› particularité : Voyant
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 698

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Jeu 19 Juil 2018 - 12:25 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Le membre 'Niamh Walsh' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de magie' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 25 Juil 2018 - 21:17 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

La jolie biche avait joué, et elle avait perdu. Si j'étais assez patient pour m'amuser à torturer ses nerfs encore et toujours, inlassablement, il y avait aussi des limites qu'il ne fallait pas franchir avec moi. Cette gifle, qui ne devrait pas revêtir autant d'importance avait fait l'effet d'un ouragan dans mon esprit. La nature elle-même qui se rebellait face à moi. Et Merlin savait que j'avais horreur qu'on ose s'en prendre à moi. Fierté mal placée? Toujours était-il que ma réaction, violente, ne se fit pas attendre. Oh, cette fois, je la voyais, cette terreur dans les yeux. La terreur que j'avais su instillé dans les yeux de mes proies de nombreuses fois. Cet instant flou où je cessais d'être simplement un homme pour me transformer en dieu vivant de la guerre. Irmin soit loué. La cruauté se lisait alors dans mes pupilles de glace et rien ne comptait plus dans ce monde que de la faire souffrir. Lui faire regretter son geste. L'excès dans les gestes, je voyais rouge. Elle était à ma merci, collée contre cet arbre qui faisait office de poteau d'exécution. Je remarquais à peine ces larmes qu'elle tentait de cacher. Ses états d'âme importaient peu pour moi. Du moment que je pouvais toujours lire cette terreur dans ses yeux. Un peu extrême? Pour moi, ce n'était que le commencement. Il s'agissait de lui démontrer que j'étais supérieur à elle. Qu'elle devait s'écraser face à moi, me céder. Pour ça, je devais la jeter plus bas que terre... ou à l'eau. La prenant sans difficulté par la taille, je la balançais sur mon épaule. Un sourire de nouveau amusé alors qu'elle tentait de me donner des coups. De ridicules coups de chaton. Alors que j'avançais, je luttais contre l'envie irrépressible de m'éloigner de cette étendue d'eau qui s'approchait à grands pas. Il n'était pas question que je rentre en contact avec cette matière qui me rappelait à coup sûr des souvenirs que je préférais oublier. De toute manière, l'ex grymm était assez légère pour que je la lance sans avoir à m'approcher de trop...

Mes muscles bandés, il fallut moins de quelques secondes pour que la jeune fille se retrouve à l'eau, sous mes yeux satisfaits. Un sourire dangereux sur les lèvres. Elle remonta à la surface et je la toisais de mon poste d'observation, bien consciente qu'elle était à la fois à ma merci et hors de mon atteinte. Mais ça, elle ne pouvait pas le savoir. "Alors, l'eau est bonne? J'espère que t'as compris que tu peux rien contre moi, Niamh..." que je balançais d'un ton ironique, tout en croisant les bras. Baissant les yeux quelques secondes, ils tombèrent sur un objet que je savais être moldu et je le ramassais, intrigué. Ce ne serait pas l'un de ces portables, comme ils les appellent? Je tournais l'objet dans tous les sens, avant de jeter un coup d'oeil à ma proie toujours à l'eau. "Je suppose que ce truc est à toi, non? Si tu veux le récupérer, faudra être très gentille..." Sourire mielleux. Ravi de mon effet. Sauf que... j'ignorais totalement comment fonctionnait cet appareil et je ne me doutais pas qu'elle pourrait très facilement le bloquer ou en changer. Tout ce que je savais, c'était que la plupart des gens qui en avaient un, y étaient très attachés. Je fourrais l'appareil dans ma poche, fier de ma trouvaille. Concentré sur l'objet, je n'avais pas vu que les faibles remous du loch avait amené l'eau jusqu'à mes pieds, et dans un réflexe un peu trop vif, je reculais d'un bond. Je posais mon regard sur Niamh, espérant qu'elle n'ait rien vu, avant de lui balancer à nouveau: "Sinon, tu comptes sortir un jour? Si j'étais toi, je resterai pas trop longtemps dans l'eau, tu risques d'en sortir toute fripée. Et là, je crois que même un Scrout ne voudrait pas de toi... " Un peu d'humour à nouveau, l'ouragan semblait s'être calmé dans mes veines. Je redescendais en tension, comme à chaque fois que je m'emportais. Toutefois, je ne quittais pas des yeux mon objectif: la biche apeurée, à présent trempée jusqu'aux os. Encore fallait-il qu'elle daigne sortir de cette eau maudite.



~ you may go where you want
but you cannot escape yourself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 27 Juil 2018 - 18:29 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

L'erreur est humaine, la peur rend les choses floues, pourtant, c'est quand tu entends le bruit causé par la rencontre de ta main et de sa joue que tu prends réellement conscience de la situation. Au fond de toi, tu sais que c'est une erreur que tu vas payer cher et la sentence ne se fait pas attendre. La douleur de sa main enserrant ton poignet n'est rien en comparaison de la terreur qu'il t'inspire en ce moment précis. Tu pourrais hurler, te débattre, tenter de fuir, mais tu sais que c'est vain, tu n'as pas sa force, le combat ne sera jamais équitable. L'angoisse prend possession de chaque parcelle de ton corps, tes jambes te trahissent, tu n'as pas le temps de réaliser que tu te retrouves sur son épaule. Qu'est-ce qu'il a en tête ? Tu paniques, tentes de te défaire de son emprise, mais chaque mouvement a pour effet une pression plus importante sur ton corps. Tu pestes contre toi, contre ce putain d'univers et contre ce gros con. T'en a marre et avant même que tu ne comprennes son intention, tu te retrouves à l'eau. Le Loch est plutôt frais, cette fraîcheur te tire de ta torpeur, elle te ramène à la réalité et tu prends conscience qu'un short et une brassière, c'est vachement peu vêtu pour cette heure matinale. Il t'a balancée à la flotte comme on se débarrasserait d'une barrique, tu serais presque vexée si tu n'étais pas si heureuse d'être loin de lui.

Le norvégien te nargue de la rive, tu fais quelques mouvements pour t'éloigner encore un peu et ne réponds pas, il ne mérite pas l'attention qu'il réclame sauf que ... Tes yeux se posent sur l'objet qu'il ramasse, de manière totalement stupide, tu colles une main sur le brassard que tu portes toujours lors de tes footings et tu constates qu'il est vide merde ! Tu le vois observer l'objet, il ne lui faut pas longtemps pour faire le lien entre toi et ton téléphone. Ta vie est dans ce téléphone, tu ne laisses personnes y toucher, même pas ton jumeau, parce qu'il renferme tes souvenirs les plus précieux, la mémoire des années passées. Le grymm enfonce l'objet dont il ignore probablement l'utilité dans sa poche, raillant de loin que tu devras être gentille pour le récupérer. La panique se dissipe, tu commences à ressentir les effets du froid sur ton corps, les dents claques, la poitrine se durcit, il marque un point le con, tu vas pas pouvoir rester-là des heures. Étrangement, tu te sens en sécurité dans l'eau, d'ailleurs, il n'approchait pas, mais tu ne comptais pas passer ta vie dans le lac pour rester hors de portée, alors tu sors lentement, tu ne quittes pas son regard, tu cherches un indice sur un potentiel mouvement, mais il reste stoïque. T'es consciente que si tu veux récupérer ton téléphone en un seul morceau, tu ne dois pas le contrarier, il semble déjà plus calme, un point positif. J'aimerais beaucoup récupérer mon téléphone... S'il te plait ... Gabriel, tu l'appelles jamais par son prénom, ça t'écorche la bouche, ça te fait mal à l'intérieur de devoir être mielleuse avec lui, mais tu as un but et tu sais qu'il est orgueilleux le grand blond. Il faut que tu ravales ta fierté le temps d'un instant, que tu fasses taire cette peur qu'il y a en toi pour soutenir son regard, parce que tu ne lui feras pas le plaisir de le détourner une fois de plus. Hors de question. Le regard tourné vers sa poche, tu réitères s'il te plaît ... je sais que tu t'en fous, mais cet objet est très important, j'aimerais beaucoup le récupérer. Le choix des mots est essentiel avec ce genre d'individus, à aucun moment, tu ne dois pas lui donner l'impression qu'il s'agit d'un ordre, au contraire, il faut qu'il se pense en position de décision, de toute façon, tu ne saurais rien faire contre lui, tu n'as pas de baguette, t'es pas hyper douée en duel de toute façon et il a non seulement trente-cinq centimètre de plus que toi, mais probablement pas loin des quarante kilos. Tu soupires tout en relevant ton regard vers le sien, t'approches pour t'éloigner un peu de l'eau au cas où il trouverait divertissant de t'y envoyer une nouvelle fois et tu attends en te faisant violence qu'il daigne te rendre ton bien. Patience Niamh, patience.




Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 24 Aoû 2018 - 18:51 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Mes pupilles orageuses observaient l'eau limpide du Loch. Étendue dangereuse et traitre qui hantait mes cauchemars et m'interdisait toute baignade dans plus de 5 cm d'eau. La petite biche était en train de flotter, son regard fixé sur moi. Comme avant une bataille, les deux ennemis se toisent de loin, se jaugent, font la liste des avantages qu'ils ont sur l'autre. Pour ma part, je me trouvais en terrain sec. Au chaud, car honnêtement, il faisait plutôt bon à cette heure-ci. Du moins, il faisait toujours plus chaud que dans mon pays à la même heure. Elle, proie de son état, commençait surement à ressentir les effets de l'humidité et du vent sur son corps. Tremblements incontrôlables, dents qui claquent... Un sourire triomphant se dessina sur mon visage tandis que je l'imaginais en train de céder à une hypothermie inévitable. Puis, mes yeux tombèrent sur cet objet moldu que je trouvais presque grotesque. Était-ce Lina qui m'en avait parlé? Je ne saurais dire, tant l'intérêt que j'y avais porté était proche du néant. Sans réellement comprendre l'importance capitale de l'objet, j'en savais suffisamment pour savoir qu'elle y tenait un minimum et DONC qu'elle serait surement prête à beaucoup de choses pour le récupérer... Fier de mon coup, ma main fourra l'objet dans ma poche. A l'abri. La belle finit par sortir, c'était prévisible. Croisant les bras, je la toisais avec délice, m'amusant du pathétisme de sa situation, avisant avec un sourire ravi ses courbes qui se découvraient d'autant plus alors que ses vêtements collaient à sa peau. Elle m'observe, la biche aux abois. Qu'as-tu donc en tête? Ses pas la menèrent doucement jusqu'à moi. Sa voix, malgré une méfiance évidente, se fit plus mielleuse, plus douce à mes oreilles. Elle flattait mon égo la maline. "Oh, c'est donc si important, ce... truc? Explique-moi donc pourquoi, Niamh... Est-ce parce qu'on y trouve de sombres secrets sur toi? Peut-être bien que je vais le garder dans ce cas, ça pourrait être amusant à lire..." Oeil pour oeil. Son prénom glissa comme une douce menace sur ma langue. Peu importait ce qu'elle répondrait, ce que je voulais, c'était qu'elle me soit redevable. Qu'elle continue à me lécher les bottes. Qu'elle aille plus loin.

Je me rapprochais un peu plus d'elle, la toisant de toute ma hauteur. Mes doigts vinrent toucher sa joue en une caresse joueuse. Sa peau ruisselait encore de gouttes d'eau venues du Loch. Décidant de jouer un peu pour lui foutre les nerfs en boule, je me penchais pour souffler à son oreille: "Et tu m'offres quoi en échange, petite biche? Serais-tu prête à vendre ton âme pour récupérer ton précieux portable?" Murmures cruels. Mes lèvres frôlèrent son oreille tandis que je la sentais se raidir. Sourire vicieux. Elle savait parfaitement ce que je voulais d'elle, ce que j'avais toujours désiré chez elle. C'était ainsi que je fonctionnais. En vérité, mon but était de découvrir jusqu'où elle était prête à aller pour ce stupide objet. Un simple baiser pourrait très bien me convenir, mais je voulais lui faire croire que j'en attendais plus. Juste pour la voir se décomposer une fois de plus face à moi. Accepterait-elle de ravaler sa fierté pour satisfaire la mienne? Ce jeu d'égo qui était le nôtre était grisant, exaltant. Parce que j'y étais un expert. Pour me mettre à genoux, il faudrait déjà briser ce mur de glace que j'avais choisi comme armure. Un vrai gentleman aurait surement donné son t-shirt pour qu'elle puisse se réchauffer. Un vrai gentleman serait venu la chercher dans l'eau. Mais je n'étais pas de ceux-là. Tout ce qui me permettait d'être supérieur à elle était bon à prendre. Elle avait froid? Parfait, elle n'en serait que plus vulnérable face à mes menaces. "Tu devrais te dépêcher de répondre, ou j'ai bien peur que tu ne finisses en statue de glace, perdue au milieu de la forêt... Promis, je te rendrais visite tous les jours." Le froid ambiant devait faire chuter sa température corporelle, je voyais déjà ses lèvres prendre une teinte violette caractéristique. Vraiment, ce serait un tel gâchis de la voir s'effondrer devant moi. Encore un peu, et je devrais lui porter secours. Voilà qui me dégoûtait. Non. Pas avant d'avoir eu ce que je voulais. Lina pourrait bien m'engueuler, je n'en faisais qu'à ma tête, comme toujours. Nouveau soupir.



~ you may go where you want
but you cannot escape yourself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niamh Walsh
Dancing queen
›› parchemins postés : 965
›› miroir du riséd : Sarah Hyland
›› crédits : .
›› multinick : Caleb && Sasha
›› dispo RP : full
SORCIER SALARIE
›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives :
rien n'est impossible
à celui qui décide de le créer


›› profession : artiste ★ coach artistique au Lovingblow's Art Center
›› nature du sang : née-moldu
›› gallions sous la cape : 1580

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 24 Aoû 2018 - 23:09 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

S'il y a bien une chose qui te caractérise, c'est ton mauvais caractère. Tu ne te laisses pas marcher dessus, tu restes toujours droite et fière qu'importe les circonstances ; même si sa simple présence te met mal à l'aise, même si cette boule qui se trouve au fond de ta gorge t'empêcher de parler, même si tu as l'impression de suffoquer, tu ne baisses pas le regard. Tes parents ne t'ont pas élevé pour que tu sois une trouillarde. Ces derniers mois ont été compliqués, tu as joué la comédie jusqu'au bout, tu n'as pas craqué, et aujourd'hui tu te retrouves face à ton pire cauchemar. Calmement, tu manœuvres afin d'amadouer le viking. Il est froid, autant que la contrée qui l'a vu naître, pourtant, tu sais qu'il pêche par orgueil, alors tu le flattes, tu es gentille, trop. Il n'est pas dupe. Ses iris glacés te pénètrent jusqu'à l'os, il se moque, suppose que si tu souhaites récupérer ton téléphone, c'est uniquement parce qu'il y a des choses sensibles dedans. Il se trompe totalement on a pas tous une vie intéressante réponds-tu simplement en le balayant du regard, tentant au maximum de garder le peu de force qui t'animes. C'est difficile. Encore plus quand il s'approche. Te touche. Tu voudrais ne pas réagir, mais tout ton corps se crispe. C'est involontaires, mais ses doigts sur ta joue sont comme une brûlure, insoutenable, alors tu détournes le visage en soupirant, espérant que c'était tout, que bientôt, tu pourrais récupérer ton bien et rentrer chez toi; mais il en a décidé autrement, il se penche, ton cœur s'emballe. Ses lèvres frôlent ton oreille, une larme de terreur roule sur ta joue, se mêlant a l'eau du Loch, mais ton teint livide ne ment pas. T'es au bord du malaise. Ses paroles, son attitude, tu lèves les yeux aux ciels pour dissimuler ton angoisse  qu'est-ce que tu voudrais de plus ? Qu'est-ce que tu crois que je pourrais te donner que tu n'as pas déjà eu? Hein?   il y a une espèce d'hystérie qui pointe le bout de son nez dans ta voix. Il ose.

Il te provoque et tes nerfs lâchent. Ton corps est glacé, tu es tremblante, il y'a une accumulation de tension qui ne demande qu'à exploser. Tu t'approches de lui, la mâchoire serrée, le regard brumeux de cette rage, de cette frustration qui te ronge depuis cinq longs mois. Si vous acculez un chien blessé dans un coin, il finira par mordre : c'est exactement ce que tu es, blessée et acculée.  C'est ça que tu aimes  ? T'avances encore inspirer la crainte ? Torturer les gens ? T'es à un pas de lui, la terreur s'est transformée en pure rage, un brasier qui ne demandait qu'à être attisé pour devenir un incendie dévastateur. Tu le bouscules sans ménagement, tentant de reprendre ton téléphone de sa poche, une nouvelle larme s'échappant, voilant un peu plus tes iris noisette.  Qu'est ce que tu veux encore ? T'en as pas eut assez ? Tu lui hurles dessus désormais, tu le frappes, le fusilles du regard. Tu as l'air d'une furie, mais c'est le dernier de tes soucis. T'as plus peur là, tu n'as plus peur de lui, de ce qu'il pourrait te faire, de ce qu'il t'a déjà fait, il ne pourra jamais rien te faire de pire. Parce que même la mort est plus douce que vivre avec cette angoisse constante


Poison d'avril
on fera surement naufrage

revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Henriksen
Admin # King in the north
›› parchemins postés : 681
›› miroir du riséd : Alexander Ludwig
›› crédits : ava (shiya)
›› multinick : Sullivan Phelps & Kahlan Muller
›› dispo RP : Sujets (5/5)
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : 28 ans d'excès et de violence
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 10ème année
›› options obligatoires & facultatives : Cours obligatoires
- Histoire de la Magie (++)
- Etude des moldus (+)
- Sciences politiques magiques (+++)

Options
- Cours de vol (++++)
- Sortilèges et enchantements (+++)
›› profession : "Oh I just can't wait to be king"
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 796

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 23:16 Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Ma jolie proie cherchait à me flatter, à m'atteindre pour mieux obtenir ce qu'elle désirait de moi. Et bien que la flatterie faisait gonfler mon ego, ce revirement de comportement était si soudain qu'il cachait forcément quelque chose. Ce fameux objet moldu semblait être le nerf de la guerre. Comment donc un bout de plastique dans ce genre pouvait revêtir une telle importance? Cela m'échappait complètement. Elle tenta, se ravisa, trembla tandis que je reprenais le dessus, usant de gestes faussement doux pour la mettre plus bas que terre. C'était si touchant de la voir essayer de garder contenance face à moi. Si amusant aussi. Jouer de sa peur, jouer de sa faiblesse. La proie se recroquevillant sur elle-même sous l'effet de mes cruels mots. Son visage devenait aussi blanc que la neige des Fjords, et je m'attendais presque à ce qu'elle tombe à mes pieds, à ce qu'elle cède, perdue dans ses angoisses. Sauf que la biche leva les yeux au ciel. Ce qui avait le don de m'agacer. L'hystérie dans sa voix me fit hausser un sourcil. L'aurais-je rendu folle? D'ordinaire, les filles craquaient nerveusement, s'effondraient en pleurs ou s'enfuyaient. Dans tous les cas, je trouvais divertissant de les observer, de les suivre, d'insister. Mais l'hystérie m'ennuyait. Parce que si elle donnait l'impression d'être en colère, c'était creux derrière. Comme un stupide caniche qui aboyait mais ne mordait jamais. Ce que je n'ai pas déjà eu? Bien des choses, ma belle... Je ne saisissais pas tellement pourquoi elle en faisait un tel foin. Elle devrait être ravie des attentions que je lui donnais. Et là voilà qui s'avance, boule de nerf, décidée à riposter. Idiote. Que croyait-elle faire? Campant sur mes positions, je la toisais de toute ma hauteur, alors qu'elle me jetait son venin. Plus la biche se révoltait, plus elle m'agaçait, plus je me désintéressais d'elle. Je soupirais ostensiblement. "Pourquoi poser des questions auxquelles tu connais les réponses? Tu crois vraiment que ça va t'aider? Je sais qui je suis, ma belle, et je ne changerai pas pour tes beaux yeux." que je répondis, mielleux, alors qu'elle tentait de nouveau de m'attaquer avec ses griffes de chaton. Elle me poussait, avec rage. Stupide fillette qui faisait un caprice. Tout ça pour récupérer son appareil. Je bougeais à peine. Montagne de muscles face à un faible courant de rage. Même ses tentatives minables de récupérer le portable se soldèrent par des échecs. Le feu dans ses yeux m'ennuyait à un tel point que je finis par attraper ses poignets, pour la forcer à s'arrêter. Mon regard glacial se plantant dans ses pupilles en feu. Mon sourire moqueur s'était effacé pour un visage cruellement neutre. "N'as-tu donc pas compris que je n'en avais jamais assez? T'es encore plus conne que ce que je pensais." que je balançais avant de la pousser sans ménagement pour qu'elle finisse à terre. Et encore, j'avais dosé ma force pour qu'elle ne valse pas trop loin. M'accroupissant juste en face d'elle, je penchais ma tête sur le côté, essayant de lire en elle, pour comprendre cette hystérie dérangeante qui s'était emparée d'elle. Je n'étais plus énervé, juste blasé. Le jeu avait perdu de sa saveur. Peut-être que cela sonnait l'heure du départ. Sortant son bien de ma poche, je me penchais vers elle, avant de fourrer l'appareil dans son décolleté. Il n'y avait pas de sourire moqueur. "Arrête de pleurer, fillette, tu me fais pitié. La prochaine fois, essaye de pas perdre tes trucs, je ne serais pas toujours là pour les ramasser." Sur ce, je me levais, lui jetant un dernier regard avant de m'éloigner en lui tournant le dos. La proie avait perdu son intérêt. Elle était donc saine et sauve... pour le moment.



~ you may go where you want
but you cannot escape yourself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
DATE:  Sujet: Re: Gabriel † glede av å vite

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel † glede av å vite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» COnversion ork gros truk rouge qui va vite!
» Gabriel Soap, [validée]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Inverness city :: Le Loch Ness
-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet