Revenir en haut Aller en bas
Recensement de la rentrée
N'oublie pas de venir recenser ton/tes personnage(s) dans ce sujet avant le 21 octobre !
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Lufkin ! (a)
Toi aussi, tu aimes Hungcalf ?
Alors vote sur les top-sites et laisse un petit com' sur Bazzart et PRD !

Partagez | .
 
The quietness of books
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
›› parchemins postés : 152
›› miroir du riséd : Jeremy Irvine
›› crédits : /
›› multinick : Thomas Cioban
SORCIER SALARIE
›› âge : 28 ans
›› situation : Célibataire
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 396

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 12:59 Sujet: The quietness of books

Il devait être environs quatre heures de l'après midi. Levius venait de sortir de son emploi à temps partiel aux Trois Corneilles. Une journée ordinaire, bien qu'un brin agitée, pour le jeune homme, qui voyait la fréquentation du magasin augmenter considérablement depuis la rentrée. Le plus gros de la masse estudiantine était passé, mais il restait toujours des retardataires (ou des tête en l'air) pour venir chercher leurs ingrédients à la moitié du mois de septembre.
Levius s'était donc appliqué à satisfaire son aimable clientèle, tout en multipliant les bons de commande à l'adresse de leurs fournisseurs (quand il avait un peu de temps). Quoiqu'il en soit, il ne fut pas mécontent quand sonna l'heure de la fin de son service et que le gérant arriva pour prendre la relève et assurer le travail jusqu'à la fermeture.

Contrairement à ses habitudes, Levius ne rentra pas immédiatement chez lui (pour ce faire, il utilisait la cheminée des Trois Corneilles et ne sortait pas du magasin), mais remonta l'avenue principale de Myrddin Wyllt : le jeune homme avait remarqué la devanture d'une librairie qu'il ne connaissait pas, mais il n'avait encore jamais eu l'occasion de s'y rendre. Grand habitué de la griffe de l'Hippo, Levius était curieux de découvrir le catalogue d'une autre librairie (bien que la première fusse réputée pour être la plus grande et la plus complète des Highlands).
Il ne souhaitait pas acquérir la dernière encyclopédie d'on ne sait quelle variété obscure de plante, ou le manuel le plus complet des sortilèges et enchantements, mais plutôt un livre à même d'égayer ses soirées lectures.
La littérature était certainement le seul domaine pour lequel Levius disposait d'une grande culture moldue. Il avait lu tous les classiques anglais : Jane Austen, Arthur Conan Doyle, Oscar Wilde, Lewis Caroll, George Orwell, J. K. Rowling, William Shakespeare et ainsi de suite. Lors de ses années d'étude à Poudlard et jusqu'à l'âge adulte, il s'était également appliqué à découvrir la littérature française, américaine, sud américaine et japonaise. Levius était, on pouvait le dire, un grand lecteur.
Toutefois, au delà des romans, sa préférence revenait à la poésie. A ce titre, il regrettait souvent de constater combien les librairies étaient dépourvues en la matière. Difficile de le leur reprocher : cela faisait bien longtemps que la poésie n'était plus à la mode. Malgré tout, le jeune homme espérait toujours tomber sur un recueil de temps en temps et ce fut précisément avec cette idée en tête qu'il franchit la porte de la librairie Memoria.

L'endroit était beaucoup plus petit que la Griffe de l'Hippo. Il va sans dire que cela plut immédiatement au tempérament réservé du jeune homme qui préférait les lieux intimes aux grands espaces trop fréquentés. Silencieux, il commença donc à arpenter minutieusement les rayonnages de la boutique, le regard rivé sur la tranche des ouvrages qui s'offraient à sa vue. A première vue, il était seul (le ou la gérante s'était sans doute absenté dans la réserve) : cela lui convint également.
Après un moment, le regard de Levius se posa sur « Leaves of Grass » : le garçon connaissait naturellement le célèbre recueil de poème de Walt Whitman, toutefois, il ne le possédait pas dans sa collection. Ses yeux azur pétillant de contentement, Levius prit donc le livre entre ses mains et considéra un moment le portrait du poète sur la couverture. Puis, il poursuivit son exploration et ajouta au titre un ou deux recueils supplémentaires.
Comme l'endroit disposait d'un coin lecture, le jeune homme s'autorisa la découverte de son dernier recueil dans l'atmosphère calme et paisible de la boutique. Il s'agissait d'une compilation de poèmes d'écrivains français de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle : Charles Baudelaire, Victor Hugo, Théophile Gautier, Leconte de Lisle, Mallarmé et Verlaine, pour ne citer que les plus connus.
Levius était justement en train de lire « Les Misérables » en ce moment (un rattrapage, si l'on peut dire, tant cette œuvre était classique). Il ne cessait de s'émouvoir du sort tragique des personnages, pleurant chaudement le sacrifice de la pauvre Fantine à sa fille, admirant la dévotion pure de l’évêque Myriel et la révélation de Jean Valjean aux bontés du monde. Les mots de l'auteur lui paraissaient si juste qu'il en oubliait tous les tracas ordinaires.

Installé sur une chaise, Levius ouvrit l’anthologie au hasard. Il tomba sur « le Vase Brisé » du poète Sully Prudhomme (poème rendu célèbre, entre autre, par Morris, dans son cinquantième album de la série Lucky Luke). Déjà, tous les bruits de la rue ne lui parvenaient plus qu'en un vague écho lointain. Il se laissa absorber par la lecture, un vague sentiment de bien être prenant peu à peu place au creux de son ventre.



Pensine
Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10862-levius-bird-nerd-is-the-new-sexy#237349
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 126
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Aslaug et Tumblr.
›› dispo RP : 0/5 (sasha, levi, elios, ian, levius)
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : Célibataire
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 276

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 15:23 Sujet: Re: The quietness of books


the quietness of books
Levius & Evelyn

« Le vase où meurt cette verveine d’un coup d’éventail fut fêlé ; le coup dut effleurer à peine : aucun bruit ne l’a révélé. Mais la légère meurtrissure, mordant le cristal chaque jour, d’une marche invisible et sûre en a fait lentement le tour. »
Evelyn était une passionnée de littérature et depuis son plus jeune âge, c'était la seule chose à avoir pu calmer son hyperactivité. Cette librairie était précieuse aux yeux de la sorcière, si elle était restée sous l'emprise de ses parents, la brune n'aurait jamais pu ouvrir cette librairie. Le contenu était diversifié, et bien qu'elle vendait des manuels scolaires, la sorcière proposait une large rubrique d’œuvres moldues, allant de la littérature étrangère à anglaise. Mais son coin préféré restait celui de la poésie, douce poésie qui faisait voyager la tornade Evelyn. Evie adorait la poésie, elle la connaissait de long en large, son cerveau s'était même appliqué à retenir un bon nombre de citations qu'elle aimait réciter. Qui pourrait croire que des mots suffisaient à calmer la caractérielle et instable Evelyn Blackwood ? Personne. Et pourtant, la voilà, propriétaire d'un bijou, qui allait sur sa troisième année. Sa librairie était de taille moyenne, mais offrait ce côté chaleureux et un coin de lecture confortable. Quant aux étagères, elles étaient organisées à la perfection, les œuvres classées par genres et ordre alphabétique. Ce commerce était la fierté de la brunette.

Actuellement dans la réserve, Evelyn était perdue entre d’innombrables cartons de livres et de commandes de clients. Sa librairie n'allait pas fort il y a quelques jours et elle ne savait par quelle sorcellerie, elle avait reçu des commandes par nombre important. Ceci avait redonné du peps à la brune, qui s'était sentie faible et impuissante face à la potentielle chute de son trésor. Elle aimait le lieu chaleureux et confortable qu'elle avait créé et même si le lieu était diffèrent de l'autre librairie, moins connue également, la petite femme en était plus que fière. Evie pouvait montrer à ses parents sa réussite et son épanouissement au sein de ce monde littéraire. Elle était munie d'un ciseau lorsque la cloche signifiant l'entrée de quelqu'un retentissait. Evie ne bougeait pas, consciente que certains aimaient rester seul et pas forcément recevoir de l'aide. Alors, c'est en silence que la libraire défaisait ses cartons et empilait des piles de livres : ceux des commandes et ceux à ranger. La femme n'utilisait que rarement la magie dans son métier, en réalité, Evie adorait faire tout de ses mains. Parfois, la magie l'aidait pour le ménage mais pas pour autre chose, c'était agréable de travailler dans une profession qui nous plaisait. La brune était reconnaissante, bien qu'elle ne devait sa réussite qu'à elle-même.

Le travail achevé, elle prenait une des nombreuses piles et alla jusqu'à la salle principale. Son regard vert se posait sur l'homme installé, qui était totalement absorbé par sa lecture. Evie reconnaissait le livre qui contenait bon nombre de poèmes français, qui était particulier à ses yeux. « Bonjour. » Adressa-t-elle en passant à ses côtés pour ranger les livres qu'elle avait déposé sur le comptoir. D'une main, elle glissait quelques mèches brunes en arrière et comblait les étagères, en récitant l’alphabet dans sa tête afin de ne pas se tromper. Perfectionniste, elle l'était. Tout était organisé de manière à ce que la recherche soit plus facile. Son attention se reportait à nouveau sur l'individu et elle demanda, curieuse : « Quel poème êtes-vous en train de lire ? » Peut-être ses mots paraissaient indiscrets, mais sa passion prenait parfois le dessus sur le raisonnable. Un petit sourire se formait sur ses pulpes rouges alors qu'Evie retournait chercher une pile de livres sur le comptoir de l'accueil.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
En ligne
›› parchemins postés : 152
›› miroir du riséd : Jeremy Irvine
›› crédits : /
›› multinick : Thomas Cioban
SORCIER SALARIE
›› âge : 28 ans
›› situation : Célibataire
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 396

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 16:26 Sujet: Re: The quietness of books

Quand la gérante de la librairie surgit depuis la réserve, Levius ne lui accorda qu'un très bref regard en coin, juste suffisant pour capter sa silhouette (mais guère plus). Elle portait une pile de livres, avec l'idée (sans doute) de les ranger quelque part. Le jeune homme ne voulait pas la déranger en pleine tâche, aussi se contenta-t-il de retourner son « bonjour » par un autre, soufflé presque à voix basse. Son regard azur avait dévoré Sully Prudhomme et il se penchait maintenant sur un poème de Mme Desbordes-Valmore qui datait de 1859 (c'est à dire à titre posthume).
Il avait le menton négligemment posé sur sa main, les doigts repliés et le coude en appuis contre la table devant lui. Sa main libre maintenait ouvert le recueil sous ses yeux, tandis que les autres livres qu'il avait choisi reposaient non loin. Puis, pour la seconde fois, la voix de la gérante s'éleva dans le silence, pour s'inquiéter du poème qu'il était en train de lire.

« N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.
Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau.
N'écris pas...


Répondit Levius d'un ton tranquille, lisant à présent son poème à voix haute comme une manière de répondre. Après quoi, il retomba dans le silence, tandis que ses yeux s'affairaient à parcourir les vers des trois strophes restantes. Il ne reprit la parole qu'une fois qu'il eut terminé.

« Elle parle de son amour perdu. Dit-il d'une voix un peu rêveuse. C'est émouvant.

Marceline Desbordes-Valmore avait connu la gêne matérielle tout au long de sa vie, sa famille ayant été ruinée par la révolution. Elle alla de déceptions en deuils, éprouvant également la difficulté de mener une carrière d'artiste quand on est une femme. Ses plus beaux textes se trouvaient dans son recueil posthume qui contenait (sans doute) toute la beauté de son âme inconsolée.
A présent, le jeune homme fixait le texte, mais sans le lire. Son regard s'était dissout dans le vide : il songeait à la peine exprimée par la poétesse. Le dépit amoureux était une thématique intemporelle et probablement universelle alors (forcément) cela le touchait aussi. Car Levius avait beau ne s'être jamais engagé dans une relation amoureuse, cela ne l'avait pas empêché d'aimer : rares étaient les cœurs imperméables à ce sentiment tellement humain.
Néanmoins, après un moment, le garçon finit par se recentrer sur son livre, dont il tourna quelques pages pour découvrir un nouvel auteur (en l’occurrence Alfred de Vigny avec « La Mort du Loup »). Cependant, les mouvements de la libraire parvinrent à capter son attention pendant une brève seconde (juste avant qu'il se laisse tout à fait absorber par le texte). Il releva les yeux et c'est alors que le visage familier d'Evelyn Blackwood lui apparut.

Par réflexe, Levius détourna immédiatement le regard. Ses prunelles azur de nouveau rivées sur le texte, il s'interrogea sur ce qu'il venait de voir et s'il s'agissait bien de son ancienne camarade de classe à Poudlard. La détente qu'il ressentait jusqu'à présent venait de s'envoler.
Levius se rappelait des frasques de la jeune femme, toujours en compagnie de Ian Taylor et Sasha Muller. Le trio n'était, à l'époque, pas du genre à se plier à l'autorité. Levius gardait d'eux l'image de jeunes délinquants en puissance, quand bien même Evelyn ne fit jamais montre de la moindre hostilité à son endroit (à l'inverse, il lui était même arrivé de prendre son parti quelques fois).
Ce scénario était sans doute le pire que Levius puisse imaginer : le jeune homme n'était jamais à l'aise en compagnie de ses anciens camarades de classe. Ces derniers l'avaient connu à une époque où il peinait vraiment à gérer ses angoisses. Il avait alors la réputation de quelqu'un de bizarre et qu'il vaut mieux éviter d'approcher.
Pour quelqu'un qui avait déjà du mal à tenir une conversation, de savoir que l'on risquait d'être pris pour un original n'aidait pas à se sentir à l'aise. Levius tenta néanmoins de se rassurer en se disant qu'Evelyn ne l'avait probablement pas remarqué (après tout, il n'avait levé le visage qu'une brève seconde) et qu'il n'aurait qu'à attendre de la voir retourner dans la réserve pour filer à l'anglaise...



Pensine
Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10862-levius-bird-nerd-is-the-new-sexy#237349
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 126
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Aslaug et Tumblr.
›› dispo RP : 0/5 (sasha, levi, elios, ian, levius)
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : Célibataire
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 276

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 18:18 Sujet: Re: The quietness of books


the quietness of books
Levius & Evelyn

« Le vase où meurt cette verveine d’un coup d’éventail fut fêlé ; le coup dut effleurer à peine : aucun bruit ne l’a révélé. Mais la légère meurtrissure, mordant le cristal chaque jour, d’une marche invisible et sûre en a fait lentement le tour. »
Travailler n'avait jamais effrayé la Blackwood, contrairement à certains qui ne faisaient rien ou d'autres fortunés, qui rabaissait ceux qui essayaient de gagner leur vie. Depuis son indépendance, brutalement prise, Evie avait enchaîné tellement de jobs différents, qu'elle avait cessé de les compter jusqu'à pouvoir lancer sa propre affaire. Entre vendeuse de costumes à serveuse ou distributrice de flyers, la brune avait dû répondre à la plupart des annonces du quartier magique. Et elle n'en avait pas honte, partir de zéro avec rien en poche avait été difficile mais là où elle en était maintenant n'était qu'une fierté de plus. On avait voulu abattre Evelyn Blackwood, mais elle avait triomphé. Le nombre de livres qu'elle transportait montrait sa réussite, bien que c'était récent, elle était heureuse de pouvoir remplir de nouveaux ouvrages ses étagères et de proposer d'autres choses à ses clients.

Son regard se portait sur le client, plongé dans sa lecture. Cette vision faisait sourire la jeune femme, qui se revoyait plus jeune, absorbée par Rimbaud et sa poésie mélodieuse. C'est avec une grande curiosité qu'elle s'intéressait à sa lecture tandis que la sorcière classait et organisait ses étagères, un fin sourire étirait le coin de ses pulpes. Alors que la voix de l'homme s'élevait, la petite brune se tournait vers lui en appuyant son coude contre une des planches. « N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes. Ne demande qu'à Dieu... qu'à toi, si je t'aimais ! Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes, C'est entendre le ciel sans y monter jamais. N'écris pas ! » Elle complétait ses vers, presque immédiatement. Evie avait appris tellement de poème, qu'il lui était si facile d'en réciter. Les mots de l'homme laissaient, cependant, Evelyn sceptique, elle qui n'avait jamais connu l'amour, qui n'avait eu que des amourettes passagères et qui ne croyait pas en ce sentiment.

Un soupir passait ses pulpes avant que le comportement du client ne l'intrigue. Elle fronçait ses sourcils : avait-elle fait quelque chose de mal ? Alors, pour changer de sujet en restant à ses côtés, tout en garnissant une étagère, elle ajoutait : « Vous êtes du coin ? Je crois ne vous avoir jamais croisé ici. » Non, Evelyn ne l'avait jamais vu dans sa librairie. Elle se souvenait de tous ses clients, la brune possédait une assez bonne mémoire. Rien ne lui échappait, le moindre détail, la moindre des conversations, étaient gravés dans son esprit, bien qu'elle avait plus du mal à se souvenir de ses anciens camarades durant sa scolarité. Elle descendait du tabouret sur lequel Evie était montée précédemment pour s'occuper des rangées du bas. « Aimez-vous la poésie de Rimbaud ? C'est mon petit préféré, bien que bon nombre d'auteurs sont incroyables. » Confiait la libraire d'un sourire en tenant un recueil de Rimbaud entre ses doigts frêles. « Je m'appelle Evie. »
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
En ligne
›› parchemins postés : 152
›› miroir du riséd : Jeremy Irvine
›› crédits : /
›› multinick : Thomas Cioban
SORCIER SALARIE
›› âge : 28 ans
›› situation : Célibataire
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 396

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 19:23 Sujet: Re: The quietness of books

Le visage du jeune homme s'était égayé d'un sourire discret au moment où la libraire s'enhardit à poursuivre le poème. Malgré cela, son regard était demeuré rivé sur les pages du recueil, comme si rien en ce monde  n'était véritablement en mesure de l'en décrocher. Mais maintenant qu'il avait relié l'identité de la jeune femme à son ancienne camarade d'école, Levius ne pensait plus à la poésie ni à quoique ce soit d'autre.
Il avait quitté les Trois Corneilles porté par l'idée que cette journée lui appartiendrait et qu'il n'aurait à la partager avec personne. D'une certaine façon, l'apparition d'Evelyn avait bousculé son plan et même si cela pouvait sembler tout à fait anodin (pour le commun des mortels) Levius s'en sentait perturbé de la voir. Il n'aimait pas les imprévus : ça l'angoissait beaucoup. Ce garçon avait besoin de cadre, de monotonie et de sécurité pour se sentir à l'aise et là où la plupart des gens voyaient de belles opportunités (comme celle de prendre des nouvelles d'un vieux camarade), lui ne ressentait que des contraintes.

C'est pourquoi, quand Evelyn interrogea Levius sur ses origines (tout en relevant le fait qu'elle ne l'avait jamais vu), il sentit ses doigts se crisper légèrement contre la couverture du livre. Peut-être ne l'avait-elle pas reconnu, après tout ? Le jeune homme n'aimait pas cette situation. S'il ne relevait pas le fait qu'il la connaissait, la chose risquait de devenir étrange... Mais d'un autre côté, Levius n'avait aucune envie de lui signaler qu'ils s'étaient effectivement fréquenté par le passé.
Ces quelques considérations occupèrent tant et si bien l'esprit du jeune homme que celui-ci omit simplement de répondre, laissant ainsi à la libraire l'opportunité de poursuivre et ce, jusqu'à se présenter. A cet instant, Levius comprit qu'il était coincé. Son esprit gela pendant quelques secondes, puis il tenta de se reprendre en se répétant qu'il était tout à fait impoli de demeurer ainsi silencieux, alors qu'on lui adressait directement la parole.

« J'ai lu « Les Illuminations » il y a longtemps... Mais je crois que j'étais un peu jeune pour tout comprendre.

Ce recueil était écrit en prose et comportait beaucoup d'images et de métaphores difficiles à appréhender pour un jeune esprit (et plus encore quand ce jeune esprit possédait des caractéristiques de l'autisme). Le jeune homme s'était presque angoissé à la lecture de certains textes (notamment « Parade » construit comme une énigme et qui mettait en scène un théâtre de bohème imaginaire). Y repenser n'aidait malheureusement pas Levius à se sentir mieux.
Néanmoins, il allait bien falloir qu'il se décide à rompre le silence. Alors, après dix ou quinze secondes supplémentaires, Levius s'en alla chercher au fond de lui tout le courage dont il disposait pour se tourner vers la jeune femme et lui tendre le prochain livre de sa pile.

« Levius.

Dit-il. Si elle l'avait oublié, il s'en apercevrait tout de suite. Le jeune homme ne savait pas ce qu'il préférait, en dehors de disparaître... (Même si, même en étant un excellent mage, il n'en était pas capable).



Pensine
Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10862-levius-bird-nerd-is-the-new-sexy#237349
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 126
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Aslaug et Tumblr.
›› dispo RP : 0/5 (sasha, levi, elios, ian, levius)
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : Célibataire
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 276

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 16 Sep 2018 - 21:07 Sujet: Re: The quietness of books


the quietness of books
Levius & Evelyn

« Le vase où meurt cette verveine d’un coup d’éventail fut fêlé ; le coup dut effleurer à peine : aucun bruit ne l’a révélé. Mais la légère meurtrissure, mordant le cristal chaque jour, d’une marche invisible et sûre en a fait lentement le tour. »
Dès que l'on parlait poésie à la jeune femme, elle s'emballait. Il était rare de nos jours de croiser des amoureux de cet art, d'habitude elle voyait des étudiants à la recherche de manuels ou encore de la littérature pour leurs cours. Être libraire avait permis à la brune de faire des rencontres et de trouver des personnes qui partageaient son goût prononcé pour la poésie. Evie en était ravie et bien qu'en apparence, personne n'associait la littérature à son prénom, la sorcière aimait en surprendre plus d'un grâce à ses connaissances. C'est avec une certaine fierté que la petite femme complétait les vers de l'homme, d'un petit sourire qui ne masquait pas sa joie. En plus d'être spontanée, Evelyn ne cachait pas sa passion pour le jeune Rimbaud, qui en peu de temps, avait écrit des mots délicieux et tendres pour ceux qui parvenaient à les comprendre. « Je peux vous conseiller Une saison en enfer, peut-être. » Annonçait-elle en désignant le recueil entre ses doigts, d'un petit sourire.

Curieuse, la brune aimait établir une certaine connexion entre ses clients et elle, ou du moins en savoir un peu plus sur eux. Evie savait, cependant, les mots qu'elle ne devait pas prononcer afin de ne pas paraître intrusive. Malgré son fort caractère et son côté revanchard, ces deniers ne devaient pas influencer son travail en tant que professionnelle. Accroupie, elle était occupée à ranger des livres tandis qu'un silence s'installait, peut-être était-il trop absorbé par sa lecture pour lui répondre ou même l'écouter ? Evie laissait tomber et continuait ce qu'elle était en train de faire, avant de se redresser, un air surpris étirait ses traits. Ce prénom sonnait comme familier aux oreilles de la Blackwood, qui tendit ses mains pour prendre le livre que le dénommé Levius lui tendait. Soudain, le souvenir de ce garçon lui revenait en tête et elle se mit à sourire malgré tout. « Je me souviens de toi, tu te faisais embêter par des élèves et je leur ai faits la peur de leur vie, aha. » Evelyn se mit à rire, parfois il lui arrivait d'avoir l'air d'une brute mais la libraire n'aimait pas l'injustice. De plus, elle n'avait pas peur de se battre pour se défendre, alors passant par là, Evie ne pouvait ignorer ce jeune homme et malgré ses fréquentations, sa réputation également, il lui arrivait de venir en aide aux autres. « Tu as vraiment changé, je ne t'avais absolument pas reconnu. » Depuis ses années à Poudlard, la sorcière n'avait pas réellement changé, elle avait toujours été très petite et avec un énorme caractère, ses traits, peut-être, avaient changé avec le temps. Puis, la librairie fronçait les sourcils. « Enfin, peut-être que tu ne sais pas du tout qui je suis ? » Finissait par dire Evie, en rangeant le livre qu'il lui avait tendu plus tôt.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
En ligne
›› parchemins postés : 152
›› miroir du riséd : Jeremy Irvine
›› crédits : /
›› multinick : Thomas Cioban
SORCIER SALARIE
›› âge : 28 ans
›› situation : Célibataire
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 396

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 19 Sep 2018 - 18:01 Sujet: Re: The quietness of books

L'expression de la jeune femme s'éclaira de cette lueur typique qu'ont les gens au moment de se rappeler une chose oubliée. En effet, elle venait finalement de le reconnaître, son esprit raccommodant sans doute de vieilles images à la sonorité (plutôt unique, il fallait bien le dire) de son prénom. En outre, elle évoqua cette fameuse anecdote du jour où elle avait pris sa défense contre une bande de brutes moqueuses, comme on en trouve dans tous les établissements scolaires. Levius s'en rappelait certainement tout autant qu'elle. C'était à partir de là qu'il avait commencé à revoir son jugement à son égard (ou disons plutôt, à le pondérer).
A ce titre, le jeune homme observait le sourire de la libraire d'un air circonspect. Evelyn n'avait visiblement pas vécu l'événement de la même façon que lui. Il faut dire qu'elle avait toujours fait montre d'une grande assurance et d'un aplomb sans faille (souvent reproché par ses professeurs, quand il prenait la forme de la défiance à l'endroit des règles), là où lui vivait dans la crainte et l'incertitude.
Cependant, l'eau avait coulé sous les ponts et il est vrai que Levius n'avait plus de raison non plus de regarder cet incident à travers un autre prisme que celui de la légèreté. Cela faisait près de dix ans que ces deux jeunes gens avaient quitté Poudlard. A ce titre, Evelyn releva tout de suite un changement chez Levius (ce dernier n'était pas en mesure de dire si elle parlait de son physique ou bien de son attitude, les deux ayant évolué de pair). De son côté il était moins catégorique, même s'il trouvait (il est vrai) quelque chose d'étrange à la voir ainsi ranger des livres dans une petite librairie de quartier.

« Tu es Evelyn Blackwood.

Répondit doucement le jeune homme d'un air presque étonné, quand elle termina ses réflexions en posant l'hypothèse qu'il ignorait peut-être qui elle était.

« Bien sûr, je te reconnais...

Il esquissa un léger rictus, avant de reporter son regard sur le recueil qu'elle venait de lui conseiller et le prendre pour en considérer la couverture. Levius se sentait curieusement moins nerveux depuis qu'elle l'avait reconnu et même s'il n'était pas parfaitement détendu, de savoir une ambiguïté levée allégeait grandement son état.

« Je croyais que tu avais poursuivi tes études en médicomagie.

Souffla-t-il, sans savoir s'il devait l'interroger ou non sur le sujet. Ayant quitté Poudlard ensemble, Evelyn et Levius avaient mécaniquement commencé leurs études supérieures la même année. Néanmoins, ils se fréquentèrent encore moins durant cette période qu'à Poudlard ce qui, quand on faisait le compte, revenait à presque rien (sans doute s'étaient-ils croisé dans les couloirs sans même se remarquer). Le jeune homme connaissait l'ancien choix d'étude d'Evelyn comme on connaît toute sortes d'informations inutiles, c'est à dire par hasard. Sans doute avait-il vu son nom sur une liste, un beau jour, et ses facultés extraordinaire s'était ensuite chargée d'inscrire cela au registre de sa mémoire.



Pensine
Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10862-levius-bird-nerd-is-the-new-sexy#237349
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 126
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Aslaug et Tumblr.
›› dispo RP : 0/5 (sasha, levi, elios, ian, levius)
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : Célibataire
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 276

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 23 Sep 2018 - 12:25 Sujet: Re: The quietness of books


the quietness of books
Levius & Evelyn

« Le vase où meurt cette verveine d’un coup d’éventail fut fêlé ; le coup dut effleurer à peine : aucun bruit ne l’a révélé. Mais la légère meurtrissure, mordant le cristal chaque jour, d’une marche invisible et sûre en a fait lentement le tour. »
Son identité révélée, la Blackwood se remémorait ses anciennes années de souffrance d'études à l'université Hungcalf. La médicomagie ne l'avait jamais intéressée, alors même sil elle essayait de travailler, la petite brune n'avait jamais pu se forcer. A vrai dire, elle n'avait jamais prêté une grande importance aux physiques des personnes qu'elle fréquentait et malgré son caractère fort, Evie avait pris la défense de Levius dans le passé. Ce souvenir la faisait sourire, parce que même si elle avait vu une différence chez l'homme, Evelyn ne s'y était jamais attardée. Le peu de fois qu'elle l'avait vu, elle n'avait pas voulu le faire quitter ses pensées. Alors, c'était une rencontre pour le moins inattendue pour la libraire. Lorsqu'il prononçait son prénom entièrement, elle fronçait les sourcils. Depuis qu'Evie était arrivée ici, plus personne ne l’appelait Evelyn, cela lui rappelait beaucoup trop ses parents. « Juste Evie, s'il te plaît. » La sorcière se permettait de le corriger d'un petit sourire avant de s'appuyer contre le rebord de l'étagère.

Parfois, la Blackwood était consciente de marquer les esprits, notamment auprès des professeurs qu'elle s'était amusée à rendre fou avec l'aide de ses complices, Sasha et Ian, ses deux meilleurs amis. Bien qu'ils étaient craints, la fille n'avait jamais intimidé quiconque, elle, sa spécialité, c'était les professeurs et toutes les formes d'autorités possibles. C'est ainsi, qu'avec dédain et légèrement brutal, que la libraire s'était chargée des élèves qui embêtaient le sorcier. Il lui arrivait parfois de se battre, avec des hommes ou des femmes, pour se défendre, non Evelyn n'avait pas froid aux yeux. Elle esquissait une moue brève et se remit à ranger les livres. « Non, j'ai arrêté mes études après trois ans d'enfer. » Evie souriait malgré tout cette décision avait considérablement changé la vie de la petite femme. Quand bien même, la vie était dure, la brune continuait de se rattacher à ses rêves et refusait catégoriquement de retourner voir ses parents. Ils ne faisaient définitivement plus partie de sa vie. «  Cela a été la meilleure décision de toute ma vie. » Se confia-t-elle en étirant ses bras frêles au-dessus de son visage avant de se concentrer sur Levius. « Tu as continué tes études ou bien es-tu dans le milieu du travail ? » Elle n'avait jamais su quel chemin l'homme avait pris, après tout ils ne s'étaient jamais réellement parlé. La brune paraissait inaccessible et toujours fourrée avec ses deux amis, il était difficile de l'aborder bien qu'Evie était loin d'être un monstre.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
Contenu sponsorisé
DATE:  Sujet: Re: The quietness of books

Revenir en haut Aller en bas
 
The quietness of books
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Men poukisa Dominiken rayi Ayisyen. Pou sa ki pa konnen istwa.
» «Que faire?». Par Michel Lominy
» Extreme Cube
» Du nouveau au Gamers Vault
» New book by former Haitian President Jean-Bertrand Aristide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Myrddin Wyllt District
-