Revenir en haut Aller en bas
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Pokeby & de Sorciers ! (a)
Toi aussi, tu aimes Hungcalf ?
Alors vote sur les top-sites et laisse un petit com' sur Bazzart et PRD !

Partagez | .
 
tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 16 Oct 2018 - 18:29 Sujet: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Evie rentrait du travail. Il était dix-sept heures trente, habituellement, la libraire terminait plus tard mais l’avantage d’être propriétaire était qu’elle pouvait arrêter quand elle le voulait. Aujourd’hui, la journée avait été bonne mais son mal de tête l’avait empêché de rester plus longtemps. Elle passait la porte de son logement qui avait du mal à se fermer et la brune retirait ses chaussures ainsi que ses vêtements pour aller sous la douche. L’eau chaude détendait ses muscles beaucoup trop tendus ces derniers temps, sûrement parce qu’elle bossait et se donnait énormément dans son boulot. Evie fermait les paupières et penchait son visage en arrière, profitant de la chaleur appréciable de l’eau. La libraire aimait y rester longtemps, sauf qu’à la fin, la sorcière prenait des factures très salées et elle ne pouvait pas se le permettre, déjà que la femme avait du mal à payer son logement de misère.

Evelyn sortait de sous la douche et enfilait son peignoir en soie noire après s’être totalement séchée. Son carré brun humide glissait le long de son visage. Puis, la libraire allait s’allonger avec douleur sur son lit en fermant les yeux, souhaitant se reposer avant de dîner. Pourtant, son esprit ne cessait de reproduire les traits de Kashmiri, ce dernier hantait la brune et bien qu’elle ne l’avouait pas, ses sentiments grandissaient de plus en plus. C’était frustrant pour la Blackwood qui avait toujours tout contrôlé dans sa vie, tout était remis en question maintenant que le libano-espagnol occupait ses pensées.

Son corps fut pris d’un violent sursaut, qui la fit se relever d’un coup sec. Un bruit sourd avait retenti dans l’appartement froid. Était-ce Sasha ou bien Ian ? Peu de monde connaissait son adresse, elle détestait l’idée qu’on puisse voir son logement de misère. Paniquée, la brune restait immobile : peut-être que la personne allait partir parce qu’elle s’était trompée ? La libraire l’ignorait. Un deuxième puis troisième coup retentit : il n’y avait pas d’erreur. Evie se levait et attachait convenablement son peignoir et arrangeait son carré avant d’ouvrir la porte en bois.

Elle était prise au dépourvu lorsqu’en entrouvrant la porte, Evie vit son jeune frère. Prise d’un élan de panique, elle sortit aussitôt dans le couloir en fermant à moitié la porte, qui avait du mal à se fermer. La brune faisait face à son frère, un air énervé étirait ses traits. « Qu’est-ce que tu fais ici ? Et d’abord, comment sais-tu où je vis ? » Non, Ethan n’était jamais venu ici pour la simple et bonne raison qu’Evelyn refusait qu’il voit l’endroit minable dans lequel sa sœur vivait. Tout tenait dans une pièce : sa cuisine, son lit, une armoire et une bibliothèque. Il n’y avait que ça, l’espace étant dépourvu de meubles et de décorations, il manquait cruellement de chaleur. De plus, la libraire versait la moitié de son salaire au Blackwood et ils avaient l’habitude de se retrouver dans un lieu public, lui donnant son argent. Lui qui l’avait aidé dans le passé, Evie lui devait bien la pareille mais pourtant, aujourd’hui la sorcière ignorait la raison de sa présence. Tandis que ses mains tenaient fermement la poignée de porte, elle le fixait d’un air furieux. « Je n’ai pas encore d’argent à te donner, Ethan. Va-t-en maintenant. » Persuadée qu’il venait pour l’argent, elle refusait qu’il découvre son logement et qu’il prenne encore pitié d’elle. Non, cela ne devait pas arriver.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Sam 20 Oct 2018 - 10:12 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Allongé, t'as les yeux rivés sur le plafond ; le myocarde un peu trop calme. Parce que tu l'es, dans ces rares moments tu n'as pas besoin ni de substance, ni de sensations fortes pour te sentir vivant. Une drogue plus puissante le fait à la place de toutes ces merdes que tu prends ; la douleur. Elle se diffuse un peu partout dans ton corps, inhalant toute autre sensation ; mais c'est surtout dans ton crâne qu'elle se propage. Les pensées fusent, éclatent. Tu fais genre d'être entouré mais au fond, t'es tout seul gamin. Père et mère vivants, tu te sens pourtant sans parents. Frère et sœurs éparpillés, tu n'as jamais vraiment eu de relation avec eux. Deux d'entre eux se sont barrés sans se retourner, quand à la dernière, tu ne fais que la décevoir. Malédiction d'une famille trop prospère, trop sévère. T'es seul. Tout le temps. T'as un goût de rouille dans la bouche à mesure que tu rumines ces pensées noires. Voilà pourquoi t'aimes pas te retrouver tout seul. La solitude t'oblige à penser à des choses que tu préfères garder loin de toi. Le déni, c'est mieux. Tu fermes alors les yeux. Tu cherches dans les méandres de tes souvenirs, des choses qui te prouvent que putain, non, t'es pas tout seul. Tu veux te rassurer, mais rien. Tu constates presque avec dégoût, toujours la même chose. Tu remarques que les gens que t'as aimé, finissent toujours par se barrer. À tort ou à raison, t'en à rien foutre. Ils sont partis, et t'ont laissé comme un mal propre. Sursaut du palpitant. Tu préfères te noyer dans des souvenirs qui ne sont pas les tiens finalement. Tu fais genre de collectionner les secrets, mais ce n'est qu'à demi-vrai. Tu vis à travers la vie des autres en ce moment. Parce qu'eux, ils sont aimés. Malédiction ou bénédiction d'un legilimens. Tu te lèves d'un sursaut. T'as pas envie de rester là. Il faut que tu sortes. Tout de suite. Tu regardes le bout de papier sur ta table de chevet. Une adresse. Tu n'hésites pas. Tu ne regardes pas l'heure ça n'a aucune importance, qu'il fasse jour ou nuit, c'est la même chose. T'enfiles une veste, et tu transplanes dans un quartier que tu connais bien. Myrddin Wyllt District.

Tu perds toujours la notion du temps quand tu rumines, et une vieille pendule t'indique qu'on est en fin d'après-midi. Tu demandes ta route à un mec qui bosse sans doute au ministère de la magie vu ses fringues ; et tu trouves rapidement ce que tu cherches. La maison d'Evie. Ta grande sœur, celle qui aurait dû être là avant, celle avec qui t'essaie de renouer des liens maintenant. C'est elle que t'avais envie de voir. C'est toujours elle que tu viens voir quand t'as des problèmes de toute façon, sale gamin. Tu arrives devant sa porte, vérifiant quand même que c'est la bonne. Tu frappes une première fois, mais tu ne reçois aucune réponse. T'es tenté de te rendre à la librairie, peut-être qu'elle y travaille encore ? Tu retapes, une deuxième, puis une troisième fois. Presque une quatrième, mais la porte s'ouvre enfin sur une Evie aux cheveux mouillés et en peignoir. Elle a les traits tirés, tu le connais assez pour savoir qu'elle est vénère de te voir. « Moi aussi je suis ravi de te voir sœurette. L'accueil est commun ou il est personnalisé juste pour ma belle gueule ? » Tu ne t'offusques pas de son ton sec, de son visage tiré par la colère. Comme d'habitude, tu t'en fous. Tu te contentes de sourire, parce que t'es quand même heureux de voir quelqu'un, de voir ta sœur surtout. Puis tu fais une mine faussement boudeuse. « Hey ! De la manière dont tu le dis je suis le petit frère ingrat, petit con, qui gratte sa sœur. » Où est-ce qu'elle a tort exactement ? Sur le côté petit con ou gratteur ? Tu fais une bise sur son front, et tu pousses la porte pour entrer. L'automne est là, et tu te les gèles à traîner dehors depuis tout à l'heure. Tu ris, parce que t'as l'impression qu'elle te cache quelque chose. Un mec peut-être ? C'est quand tu entres que tu comprends. C'est … Triste. « C'est quoi cette merde ? » Tu te retournes, le regard pleins de questions.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 20 Oct 2018 - 12:16 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Ce n’était pas qu’Evelyn détestait son frère, non, mais sa famille avait une place restreinte dans son cœur. À l’exception de ses parents, qui eux, avaient totalement été retirés de cette case « amour », rayés de son cœur. Elle les haïssait et ne s’en cachait pas, bien que la petite brune ait totalement renoncé à son envie de vengeance, la femme n’avait plus de temps à leur consacrer. Autant elle ne supportait pas l’aîné de la famille, ce mouton de première classe, autant son jeune frère l’énervait au plus haut point. Il était idiot, inconscient, machiste, un comportement de petit con que détestait la libraire. De plus, elle le jugeait beaucoup trop envahissant et protecteur, vu son âge, il devrait plutôt apprendre à s’occuper de lui-même au lieu des autres. Mais pourtant, une part en Evie refusait qu’il subisse ce qu’elle avait subi elle-même. L’abandon, la misère, les envies de suicide. Parce que oui, Evelyn Blackwood vivait dans la misère. En jugeant son logement, il y avait de quoi se foutre en l’air tant le lieu était vide, froid et misérable. Alors, oui, Evie en avait honte et ceci expliquait sa colère lorsqu’en ouvrant la porte, elle vit son frère.

Evie se demandait comment avait-il eu son adresse et même pourquoi était-il venu la voir, elle ? Quand bien même il se sentait mal, n’avait-il pas des amis ? De son côté, la brune allait voir Sasha, ou bien Jazmin, mais certainement pas un membre de sa famille, d’ailleurs elle préférait en mourir. La libraire ne cachait pas son mécontentement, dans un autre lieu, tout aurait été différent mais pas cette fois. « C’est exactement ce que je pense. » Pestait-elle en son encontre, faisant barrage entre Ethan et la porte de son appartement qu’elle cachait et protégeait comme un trésor. Trésor pourri, oui. La dominant par sa taille et sa force, il repoussa le bois de la porte en bousculant sa sœur pour rentrer. À quoi bon lutter ? Elle soupira malgré elle et fit quelques pas pour claquer fermement la porte derrière elle, seul moyen de la fermer convenablement. Ses mots la blessèrent, était-il con ou faisait-il exprès de ne pas comprendre qu’elle se sacrifiait pour que lui soit heureux et épanoui ? Son sang ne fit qu’un tour et sa paume vient se fracasser contre la joue de son petit-frère, il ne fallait pas sous-estimer la force de la libraire.

Elle se gorgeait de colère et le regardait de ce même air glacial, énervé. « Parce que toi tu as le privilège d’être nourris, logé et blanchis, tu oses critiquer ceux qui n’ont pas eu cette chance ? Tu es vraiment un gros con Ethan et c’est bien pour ton côté prétentieux, idiot et inconscient que je te déteste. » Evie lui balançait toute sa haine en pleine figure, depuis quand était-il devenu ce gosse vénal ? D’un geste violent, elle le poussait de ses paumes pour le faire reculer contre le mur proche. « Tu oses me dire que je vis dans la merde alors que je te donne plus de la moitié de mon salaire Ethan ? Que je préfère me sacrifier pour que tu sois heureux au lieu de m’occuper de moi-même ? Parce que je ne veux pas qu’il t’arrive la même chose, cela te donne le droit de me manquer de respect ? Tu es incapable d’être reconnaissant. » Une deuxième, une troisième puis une quatrième gifle partirent après chacune de ses questions. Elle explosait. Evelyn ne supportait plus ce comportement venant de son frère, c’en était trop.
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Lun 22 Oct 2018 - 9:55 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Clac. Un bruit violent résonne entre les murs blancs, stériles, dénudés de toutes décorations futiles. Les yeux ronds, t'es abasourdi. Tu viens de te prendre une claque, une grosse en pleine gueule ; la douleur mordant ta joue te prouvant bien ce qui vient d'arriver. Oh ce n'est pas la première loin delà, ni la dernière bien malgré toi ; néanmoins, tu ne comprends pas celle-ci. Pourquoi ? Quelle en est la raison ? Alors tu la regardes cette sœur que tu ne connais que très peu finalement, faisant face à une colère sourde dont l'origine t'es inconnue, imperceptible. T'as encore rien demandé, ni rien dit putain ; en tout cas pas dans le sens où Evie le sous-entend. Ce n'est pas ce que tu voulais dire, ce n'est pas ce qu'elle aurait dû comprendre. Ce n'était pas une critique. Tout simplement. Ta remarque n'étant que l'expression d'une incompréhension légitime ; pourquoi vivre dans un environnement pareil en te faisant en plus la charité ? C'est à s’amputer un membre supplémentaire, non ? Mais tu n'as pas le temps de t'expliquer. Elle explose, littéralement. Elle te crache au visage des mots acerbes, des mots que tu trouves injustifiés. Elle hurle, te frappe de nouveau. Une deuxième, puis une troisième claque. Tu laisses faire. Tu ne te places pas en victime non, t'attends juste ton tour pour répliquer, parce que ce que tu entends te paraît injuste, et blessant. Si toi tu la considères comme une sœur, qu'elle est par les lois du sang ; elle, ne voit en toi qu'un parasite, un poids. Le boulet de ses malheurs. Un déchet qu'elle ne peut pas jeter, famille oblige.

Un sourire sarcastique se glisse alors sur tes lèvres. C'est bon, elle a fini ? Bien, c'est ton tour. « Ceux qui n'ont pas eut cette chance ? Te fous pas de ma gueule Evie. T'es née sous le même toit que moi je te rappelle, et tu connaissais les règles, c'est toi qui as fait le choix … Comme moi, je vais faire les miens. » Pauvre Cendrillon, petite malheureuse rejetée par ses parents. Tu la trouves quand même un peu gonflée de se plaindre alors qu'au final elle a fait des choix, qui ont eu des conséquences. Forcément. Même toi t'en as conscience. Tu ne défends pas tes parents, non loin delà, tu les méprises d'ailleurs ; mais toi au moins tu les as dans le froc pour subir fièrement depuis des années ce qu'ils te m'ont sur la gueule. Tu désobéis, ils te coupent les vivres. C'est tout. Jamais tu ne t'es plains de ça. Alors oui, tu as une famille de merde et des parents à chier ; mais t'en as rien à foutre de tout ça. Tu te veux intouchable vis-à-vis d'eux, quand elle, se consume de colère et d'aigreur en pensant à vos géniteurs. Une perte de temps, assurément. « Ce n'est pas ce que je voulais dire, mais soit, vu ce que tu penses de moi j'ai pas envie de me justifier. » Tu hausses des épaules ; tu fais l'insensible, alors qu'au fond t'es vraiment blessé. T'as toujours eu l'habitude de ne pas recevoir d'amour de ton père et de ta mère. Tu t'es accommodé au départ de ton frère, puis celui de ta sœur ; mais ça fait toujours mal de se sentir rejeté encore, d'être toujours celui qu'on laisse derrière. T'en as marre de faire des efforts. « J'étais venu pour te dire que j'hésitais à arrêter la fac pour me consacrer au Quidditch. » Parce que t'avais besoin de quelqu'un de proche, d'une sœur. Tu voudrais des avis éclairés, en ayant bien conscience que tu vas te faire jeter toi aussi par tes parents en prenant certaines décisions qui changeront sans doute ta vie. « L'équipe nationale m'a remarqué. Avec ça, le parasite te remboursera toutes ses dettes jusqu'aux derniers centimes. » Tu la regardes, tes pupilles brillants d'une rancœur triste. Cendrillon redeviendra princesse.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Lun 22 Oct 2018 - 11:03 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Evelyn n'était pas disposée à le recevoir, ni à accueillir quiconque de sa famille. Il était dur pour elle de revoir ses frères et sa sœur maintenant qu'elle avait été dégagé comme une malpropre et que sa vie avait eu des allures d'enfer. La brune ne pouvait pas contenir sa colère envers son jeune frère, d'autant plus que quasiment tout chez lui l'énervait. Depuis son départ, ils avaient totalement perdu ce lien fusionnel qui les unissait autrefois, qui s'était davantage renforcé lorsqu'il avait vu sa sœur s'ouvrir le crâne. C'était le fruit de sa colère et de son désarroi, elle qui n'avait jamais imaginé finir ainsi en arrêtant simplement des études. Un long soupire s'échappait de ses lèvres lorsque Evie lui crachait toute sa haine, elle rêvait qu'il disparaisse de sa vue tant cette situation était insupportable, ce caractère d'enfant qui enrageait la brune au plus haut point. Il ne disait rien et subissait les coups sans broncher, cette furie incontrôlable qui explosait.

Elle reculait de quelques pas lorsque son frère retrouvait un semblant de voix et Evie fronçait les sourcils, ouvertement mécontente du discours que tenait le brun. « Tu crois réellement que je pensais être virée ainsi, comme un déchet, une ordure ? Personne n'avait arrêté jusque là leurs études, tu penses que j'avais imaginé un tel résultat Ethan ? Est-ce que j'y suis pour quelque chose si personne ne respectait ce que j'aimais ? » Des souvenirs de ses parents, rejetant ouvertement sa passion des livres revenaient en tête de la libraire. Ils n'avaient jamais fait aucun effort pour la comprendre et jamais, avant le jour j, Evelyn n'avait pensé être mise à la rue. Elle levait un instant ses mains, indignée. « Comment veux-tu que je pense autre chose de toi ? Tu n'as jamais essayé de me prouver le contraire. » Elle soupirait et faisait quelques pas dans cet endroit confiné, la sorcière écoutait malgré tout la voix de son frère en demeurant un long moment silencieuse, apaisant ce brasier qui s'était déclenché en elle.

Le fait qu'il hésitait à arrêter ses études ne surprenait guère la petite brune, qui glissait une partie de ses cheveux derrière son oreille. Ethan était, malgré elle, celui qui lui ressemblait le plus, de par son fort caractère et ses choix, qui avaient des allures dévastatrices. « Si c'est un plan sûr, fonce. On s'en fiche des études, tant que... Tant que tu fais quelque chose que tu aimes. » Ces mots que la femme aurait aimé entendre mais qui n'avait jamais été prononcé par quiconque. Evie lui disait ceci un peu plus calmement, bien qu'au fond, elle craignait qu'il finisse à la rue comme elle. Ne finis juste pas à la rue comme ton idiote de sœur, pensait-elle en s’immobilisant. Lentement, le visage de la Blackwood se redressait vers celui d'Ethan et un maigre sourire venait étirer ses croissants de chairs. « Non, tu as faux. Un parasite prend tout et ne rend jamais rien, c'est Michel Serres qui l'a dit. »

Pourtant, un air douloureux vient étirer ses traits, anciennement étirés par la colère et la rage. « Je n'ai pas besoin que tu ressentes de la pitié pour moi, ni même besoin de ton argent, c'est ton mérite, toi qui travailles pour. » Evie ne le méritait pas, comme toute l'aide qu'elle avait refusé jusqu'à présent. Mais en se confessant à Ian ou encore Sasha, la brune leur avait fait la promesse d'accepter de l'aide, maintenant qu'elle désirait profondément changer. « Est-ce que tu as les épaules pour supporter ça ? » L'abandon, bien sûr, qui terrifiait sa grande sœur mais qui taisait ses pensées. Ce n'est pas parce qu'elle avait accepté de l'aide, que sa fierté avait diminué, mais Evelyn y travaillait.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.


Dernière édition par Evelyn Blackwood le Mer 24 Oct 2018 - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Mer 24 Oct 2018 - 9:08 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Ah la famille, ce que t'aimes parler d'elle. Un euphémisme, oui. Tu n'as que des mauvais souvenirs de cette grande maison où tu as vu le jour, autant de la bâtisse que des gens qui y habitent. Ton indifférence envers ton sang est à la hauteur de la haine que lui porte ta sœur. « Les vieux ont toujours été clairs sur le sujet, il me semble. » Mais d'où elle sort à la fin ? T'as l'impression qu'elle n'a pas été éduquée par les mêmes parents que toi, que vous n'avez pas eu la même éducation, la même enfance. Pourtant, le petit toi de six ans se souvient très bien des mots durs de maman, de ses menaces constantes ; les joues du gamin de douze ans se souviennent encore des claques de papa après ta mauvaise note en cours de potion. L'élite ne touche que le sommet, voilà ce qu'on te répétait encore et encore. De jour comme de nuit. L'échec n'est pas toléré, une devise ; un adage marqué au fer rouge, une prière cité tous les soirs. Évidemment que sans diplôme et devenant « juste » libraire en plus, Evie n'allait pas rentrer dans les cases de la bonne héritière. Elle ne s'en est pas douté qu'elle te dit ? C'est une blague ? Putain, comment a-t-elle pu être aussi naïve ? Même toi, tu le sais bordel, alors que jusque-là t'en a jamais rien eut à faire de ce que te disais les vieux Blackwood. C'est limite irréaliste ce que t'entends. « Toi t'es née un jour hors de la semaine pour avoir cru ne serait-ce qu'une seconde qu'ils te laisseraient faire. » Une lueur d'incompréhension se lit dans ton regard, tu lèves les bras de dépit, presque blasé ; te remémorant fatalement ces années passées chez tes parents. Tu détestes y repenser.

Toi, contrairement à elle, t'as toujours été le vilain petit canard. Dès ton plus jeune âge ils ont vite vu que toi, tu ne rentrerais jamais dans les cases. Ils ont donc été plus sévères, et t'aurais dû être plus amer. Mais aujourd'hui, il n'en est rien. Je-m'en-foutiste en herbe. T'es passé outre. « Et tu ne m'as pas laissé assez de temps pour te le montrer. Si tu n'avais pas tant de secrets aussi ... » Tes bras bougent de nouveau, montrant cet appartement. Si seulement tu avais su. Tu pensais être le seul dans la merde. T'as fait trop de conneries ces derniers temps, et papa t'as coupé les vivres. Si tu avais su que ta sœur vivait dans cette misère, tu ne lui aurais jamais rien demandé. Tu la sens se calmer, quand tu lui parles de ce que tu aimerais faire. T'es dans le flou en ce moment. Pas que t'as peur de la réaction de tes géniteurs, t'es juste indécis. Tu doutes beaucoup de tes capacités sportives et morales, bizarrement peu confiant. Après tout, tu n'as toujours été qu'un gamin, un enfant, loin d'être un homme sûr de lui. Tu la regardes donc, posant tes fesses sur un petit fauteuil. Tu hoches de la tête, buvant littéralement ses paroles. T'as besoin qu'une 'adulte' te guide, te montre la voie. T'es perdu. « Ton Michel Séssèche ne joue pas au Quidditch professionnel. » Tu te caches derrière les blagues, mais tu n'es pas du tout confiant. Tu soupires un peu, une main glissant dans tes cheveux signe que t'es bien dans l'embarras. « Vu ton caractère tu n'as nullement besoin de pitié. » D'une laisse et d'une muselière par contre … « Je suis tout seul depuis longtemps. Je n'ai jamais été assez fou pour attendre le soutien des vieux … Et je suis bon, je sais que je suis doué. » Oui, t'es fait pour le Quidditch.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 24 Oct 2018 - 12:21 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Cette confrontation qu'elle détestait tant, ces membres de son ancienne famille, fut-il un temps où la brune les avait apprécié. Elle se souvenait d'une nouvelle lue il y a quelques années qui disait lors de sa morale finale, qu'il fallait assumer ses propres choix et ne pas s'étonner des tournants que cela prendrait, ne pas craindre la solitude de l'anticonformisme. Cela résumait en quelque sorte la vie d'Evelyn depuis sept années maintenant, sept ans où elle avait été effacé de l'histoire familiale, où son prénom n'était sûrement plus prononcé lors des repas de familles et où ce qui restait d'elle avait dû être jeté, effacée des mémoires de ses géniteurs. Evie se demandait comment était-il possible de finir ainsi avec une telle mentalité, un tel besoin de pouvoir et de gloire, comme si c'était l'oxygène des parents Blackwood.

Un rire presque sarcastique quittait les lèvres de la petite brune qui ne quittait pas son jeune frère de son regard clair. « Parce que tu penses que ces humains sont honnêtes ? Tu te berces d'illusions, Ethan. Couper les vivres, ça, j'étais au courant, mais me foutre dehors, sans rien, comme une malpropre, sans me laisser la chance de m'expliquer et ceci, en quelques jours, comme si je n'avais pas existé, tu crois qu'ils se sont tenus de me l'expliquer, ça ? Arrêter mes études, c'était impensable pour eux, certes, mais de là, me prévenir de me foutre dehors, tu penses réellement qu'ils m'ont prévenu ? » Evie ne savait toujours pas pourquoi ce sujet revenait constamment, elle qui ne voulait plus y penser, ce souvenir qui resterait pourtant éternellement graver dans sa mémoire, ce nom de famille qui ne cesserait de la hanter jusqu'à la fin de ses jours, celui qu'Evelyn désirait tant changer et remplacer par un autre. Un long soupire quittait ses lèvres sèches, ses derniers mots révoltaient profondément la brune, depuis quand avait-il besoin d'elle dans sa vie ? « Je n'ai pas confiance en toi, alors pourquoi est-ce que je devrais me confier à toi ? » C'était insensé. La libraire ne lui faisait absolument pas confiance mais pourtant, cet idiot était toujours là, dans les parages, avec son caractère insupportable et ses manières qui lui donnaient envie de lui en mettre des belles dans la tronche, incapable de le foutre dehors comme ses parents avaient fait avec la petite.

Elle ne soutenait plus son regard, fuir avait toujours été une des spécialités de la Blackwood lorsqu'elle éprouvait un fort sentiment d'inconfort. Evie s'asseyait sur son lit, rien d'autre ne lui permettait de s'installer ailleurs. Son regard fixait son peignoir avec lequel, ses doigts jouaient avec la ceinture. La brune l'écoutait parler, c'était comme s'il avait besoin de son aide et cela mettait mal à l'aise la femme, qui se laissait bien trop souvent emporter par ses sentiments d'injustice et de rébellion, une tornade qui renversait tout sur son passage et qui constatait après les résultats de sa colère. Tant de signes prouvaient son malaise et Evie ne se rendait pas compte qu'à l'instant, elle paraissait misérable, faible et fragile, ce que la libraire cachait en permanence, son âme brisée par les aléas de sa foutue vie.

La sorcière ne riait pas, même pas ironiquement, non, son esprit et tout son être étaient chamboulés par cette conversation, par son frère et l'aide qu'il demandait implicitement à sa sœur, qui était incapable de le conseiller. Elle avait toujours été nulle, pourrie et incompétente dans son rôle de grande sœur. « Alors qu'est-ce que tu attends pour te lancer ? » C'était les seuls mots que la femme avait réussi à prononcer.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Mar 30 Oct 2018 - 15:40 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Je n'ai pas confiance en toi, alors pourquoi est-ce que je devrais me confier à toi ? À ces mots, personne ne devinerait que le même sang coule dans vos veines, et pourtant … Cette famille est une farce, une grosse blague. Personne n'est uni, personne ne se comprend. Personne ne s'aime, tout le monde se déteste. Parents et engeances. Le mot 'famille' n'a plus aucun sens. L'a-t-il déjà eu finalement ? T'en sais rien, en tout cas pas chez toi. Ce que tu sais par contre c'est que rien ne changera jamais. C'est inscrit dans vos gênes toute cette merde. Blackwood. Là où les gens ne voit que fortune et nom illustre, toi, tu n'y vois qu'un blase vide. Vous êtes pires que les Lannister, l'inceste en moins ; et dieu seul sait que t'es un Stark, un vrai. « Parce que moi je te fais confiance. » T'es niais, certains dirons même que t'es un nigot, un simplet qui croirait que le ciel est bleu parce que les anges pleurent si on lui disait. Sauf que ce n'est pas la carte de la naïveté que tu joues là, mais celle de la famille. T'es peut-être le seul de la fratrie à l'avoir cette carte dans ton jeu, mais tu comptes bien l'utiliser avec elle. Après tout, il fut un temps pourtant où tu as été proche de cette femme assise sur ce lit ; et tu aimerais retrouver un jour ces instants légers que vous partagiez. T'as envie de retrouver ta sœur, est-ce si difficile à admettre ? Pourtant enfant, tu as toujours été proche de ton frère et de tes sœurs, à croire que maintenant t'es devenu fils unique. Les fossés entre vous que le temps a creusé sont trop grands à présent, devenant peut-être infranchissable malgré tes efforts de géant. Tu soupires. Tu peux sentir le malaise entre vous, et t'aimes pas ça.

Tu la regardes, constates qu'elle, elle ne te regarde pas. Ce tableau résume parfaitement ce qui se passe entre vous. Tu fronces les sourcils. Qu'a-t-elle vu et vécu durant toutes ces années pour être aussi amère encore aujourd'hui ? T'es tenté de regarder dans sa tête bien que tu t'es juré de ne jamais le faire à tes proches. Mais 'proche' … est-ce que ça convient vraiment à Evie ? Tu pourrais t'en servir en guise d'excuse, mais tu n'en fais rien. Pas que t'es devenu sage, t'es juste un peu blasé au final ; t'as l’impression que les efforts ne vont que dans un sens. T'es le seul à bouger ton cul et ça t'agace. « Pour que ça marche, il faut qu'on parle. Tu sais, 'communiquer' ... » Tu sors ton paquet de clope, t'as envie de t'en griller une. Néanmoins, ta main se stoppe subitement ; rangeant le dit paquet. T'as peur de t'en prendre une, et t'as encore mal à la joue après la précédente rage de la brune. Reste sage Ethan, garde une certaine distance et ne bouge pas. Tout ira bien. Finalement, c'est toi qui te confies. Tu partages tes angoisses, tes craintes. Tu nages en eau trouble, et tu ne vois aucun phare à l'horizon pour te guider vers le bon chemin. Tu n'as trouvé aucune oreille pour t'écouter. Alors qu'est-ce que tu attends pour te lancer ? Bonne question. Tu te la poses tous les jours. « J'ai peur. » Tes jambes commencent à être prise de spasme, elles se secouent comme si tu étais nerveux ; et tu l'es. T'as envie de nicotine, bordel. « Je sais que je suis doué, mais peut-être pas assez … Je n'ai pas envie de lâcher la fac pour rien. Ou pire, de constater que ce rêve était ridicule. » T'en deviendrais presque sérieux.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 30 Oct 2018 - 18:50 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Evelyn avait toujours plus ou moins fui son rôle de grande sœur. Il fallait dire que cette ancienne fille hyperactive, qui ne tenait pas en place, cascadeuse et inconsciente appartenait au passé. Quand bien même dans sa jeunesse, Evie en avait été proche, son départ avait tout chamboulé. Elle se doutait qu’ils s’étaient tous portés bien sans elle, voir mieux portés, au moins la brune ne pouvait plus ternir le réputé et glorieux nom Blackwood. Désormais assise sur son lit le visage baissé, la sorcière se sentait honteuse de rejeter tous les efforts qu’il faisait. Elle le voyait. A sa place, elle serait déjà partie, lâche, peur d’affronter sa famille et de souffrir. Lui, il était obstiné et restait là, à lui dire qu’il lui faisait confiance. Confiance pas réciproque, ce n’était pas contre lui mais elle craignait de souffrir encore avec un Blackwood, c’est pour cette raison que la jeune femme préférait se renfermer ou fuir, fuir tous les échanges visuels, cachant sous ses airs insensibles, sa culpabilité.

Elle ne répondait pas à ses immenses appels de phares, la confiance ou communiquer, Evie se sentait beaucoup trop embarrassée pour lui répondre positivement. Le silence devenait pesant et lorsque la petite brune entendit les mots de son frère, elle relevait son visage vers le sien : avait-il dit qu’il avait peur ? La femme se sentait désolée, elle aussi elle avait eu peur de se lancer, craignant que son rêve sois stupide mais ce n’était pas le cas. Venant d’Ethan, Evie était surprise : la sorcière ne s’en doutait pas. Sûrement parce que sa sœur ne s’y intéressait pas. « Je... J’avais aussi peur de me lancer, mais je me suis dit que je préférais être heureuse dans ce que j’aimais plutôt que de m’enfermer dans des études insignifiantes. Je l’ai fais pour moi, pas pour les autres. Si tu ne te lances pas, tu ne le sauras jamais. » Ses doigts viennent se nicher contre sa chevelure et enroulèrent quelques mèches autour de son index, trahissant sa nervosité. « Tu peux fumer à la fenêtre. » Ajoutait Evelyn en désignant le paquet du Blackwood dans sa poche. Elle n’avait pas loupé les jambes tremblantes d’Ethan, signe qu’il était probablement déjà bien addict à la cigarette et plus. Evie ne comprenait pas mais était-elle en droit de lui faire la morale ? Non, elle n’était plus personne, n’avait plus cette place dans la vie du jeune homme. La libraire se levait et venait ouvrir sa fenêtre, en appuyant ses bras contre le rebord, fixant les bâtiments en face. Foutu appartement de misère. « Puis, si jamais il s’avère que cela ne marche pas, tu peux venir ici. » Fierté, kofkof, ça lui avait raclé la gorge, fierté oblige, elle s’en voulait déjà de lui proposer ça et se mettait à rougir, ouvertement mal à l’aise. « Pardon c’est... idiot. Je te frappe, je suis la pire des sœurs puis je te propose de... Laisse. » Evelyn ne continua pas sa phrase, glissant sa paume tremblante contre sa tempe marquée de cette cicatrice. L’air évasif, pensif, la sœur ajouta : « Comment est-ce qu’on a pu finir comme ça ? Est-ce réellement à cause de moi ? » Sa voix se brisait lors de cette dernière question : et si le problème venait uniquement d’elle ? De sa fierté ? De sa colère ? De son passé de SDF ? De ses tentatives de suicide ? D’ailleurs, peut-être devait-elle lui en parler mais sur l’instant, Evie réalisait petit à petit le poids de ses erreurs, elle qui constatait les dégâts toujours plus tard.
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Sam 10 Nov 2018 - 9:33 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Oui, pour la première fois de ta vie sans doute, t'es confronté à un sentiment qui te dépasse totalement ; la peur. La vraie, celle qui empêche le sommeil de venir, celle qui prend aux tripes. T'as peur d'échouer, de faire le mauvais choix. T'as peur des conséquences, de voir rêve et espoir se dissoudre à cause d'une réalité trop acide, trop corrosive. C'est que Peter Pan commence – enfin – à grandir, à prendre conscience de certaines choses qui jusque-là n'existait pas. Étrange sensation, trop sûr ou trop inconscient ; jusqu'à présent, tu n'as jamais douté de toi. Il t'en coûte de te confier, de faire par à Evie de tes craintes les plus profondes, les premières, les plus importantes peut-être. T'en es gêné, mal à l'aise. Ton indécision brise cette carapace que t'ériges entre toi et ton toi intérieur. Néanmoins, tu veux lui montrer ta bonne foi ; tu veux lui montrer les efforts que tu fais pour améliorer cette relation détériorée par une famille destructrice, implacable. Et surtout, tu veux te soulager. Tu veux te sortir de ce merdier en écoutant des conseils avisés. T'as jamais été quelqu'un de sérieux, de responsable ; tu le sais. T'as pas encore ce qu'il faut pour être un homme, un vrai ; car tu te rends compte que les décisions, tu ne sais pas encore les prendre tout seul. T'as besoin d'un adulte, de quelqu'un de mâture. Tu l'as choisi elle, cette sœur que tu affectionnes malgré des antécédents chaotiques. Alors tu la fermes, t'écoutes avec soin. Elle aussi elle a eu peur. Vraiment ? Tu t'es toujours demandé ce qui était passé par la tête de cette Evie d'avant, elle ne t'en a jamais parlé, ne s'est jamais confié non plus. Par peur, sans doute. Tu acquiesces. Elle a raison. Tu devrais te lancer, sinon tu ne sauras jamais, pas vrai ? « Mais … et si j'échoue ? Comment on fait pour vivre après qu'un rêve soit brisé ? » T'as surtout peur de ça, en fait. Petit garçon qui jusque-là tu n'as jamais rien attendu de la vie, n'a jamais vraiment eu envie de quelque chose autant que le Quidditch.

Tu peux fumer à la fenêtre. Inutile d'en dire plus, tu te précipites vers la fenêtre, la rejoignant après qu'elle l'ait ouverte. T'as besoin d'une dose, de te calmer. T'as le cœur qui palpite presque autant qu'en plein match. Tes frayeurs te font dérailler. Tu t'allumes une cigarette sur laquelle tu t'empresses de tirer, recrachant la fumée. Tes yeux se perdent aussi dans ce décor qu'offre la vue de son appartement, et la proximité entre vous te calme un peu bizarrement ; ça te rappelle avec nostalgie des souvenirs d'enfance. Tu te perds, mais retrouves vite ton chemin à l'entente de ce qu'elle te propose. Venir chez elle ? Pour de vrai ? Tu as les yeux brillent – d'eau ou d'étoiles - ; t'es ému, touché. Elle aussi fait des efforts au final, et t'apprécies ; bien qu'elle essaie de faire machine arrière. Trop tard, t'as tout entendu. Tu ne laisseras pas sa fierté bousillé la joie qui brûle dans ton cœur. « Dis pas n’importe quoi. C'est vrai que t'es pas terrible comme sœur ... » C'est dit comme une boutade, en rien méchant. « … Mais je ne t'échangerais pour rien au monde. » Et c'est vrai. Elle a toujours été importante pour toi, et t'aimerais qu'elle s'en rappelle, qu'elle ne l'oublie jamais. Yeux dans les yeux, tu balances ta cigarette ; le moment bien trop important. Tu vas avoir besoin de tes mains, car tu la prends dans tes bras. Un câlin, un vrai. À quand remonte le dernier ? Tu ne sais plus, mais bon dieu, ça fait du bien. Prit par l'impulsivité et par l'émotion que t'entends dans sa voix, tu ne réfléchis plus. « C'est à cause des vieux tout ça. Avant on était tous les quatre biens, et maintenant tout part en couille … Caleb fait n'importe quoi par devoir, toi et moi on est toujours obligé de dire merde et Emma est paumée. » Tu voudrais revenir dans le passé, là où vous rigoliez tous les quatre ...
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 10 Nov 2018 - 12:54 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
La peur avait bien trop souvent gouverné la vie de la Blackwood. Celle de mourir de froid, de faim, de mourir à cause de son inconscience et tout autre chose, depuis ses tentatives de suicide, la mort avait pris une place beaucoup trop importante dans sa vie. Alors face à son frère terrifié par la même chose qu’elle, Evie se montrait forte et voyait pour la première fois ce gamin perdu, abandonné, qui avait besoin d’aide, sincèrement touchée par son geste de venir la voir, chez elle, dans sa cage dorée. Elle haussait cependant ses épaules suite à sa question : Evelyn était effrayée à l’idée que son rêve, sa librairie, s’effondre. Sa peur bleue. « Mon rêve, c’est ma librairie. Même si c’est difficile par période, je me bats pour elle, pour sauver mon rêve. Vivre grâce à son rêve, c’est une sensation incroyable. » Ses doigts froids, à défaut d’avoir un chauffage, glissaient sur ses pulpes. « Je suppose que tu dois constamment croire et te battre pour ton rêve pour qu’il ne s’effondre pas. » Un tendre sourire étirait ses lèvres, elle qui ne connaissait pas les réponses aux questions du brun, était quand même touchée par la situation.

La brune ouvrit ensuite la fenêtre pour laisser Ethan s’allumer une cigarette et calmer sa crise, ses jambes tremblantes et ses gestes nerveux. Elle y resta et contempla l’horizon de son éternel air rêveur, calmant le feu qui s’était propagé en son intérieur. Evelyn avait toujours été maladroite dans ses relations, celle qui blessait et se rendait compte après du mal, c’était ce qui se passait actuellement, après lui avoir proposé de vivre ici, avec elle. Eux qui avaient perdu leur complicité, leur alchimie, lui qui avait désormais besoin de la présence de quelqu’un à ses côtés. Evie se jurait de donner son maximum pour l’aider, blessée par sa détresse, semblable à celle qu’elle avait toujours vécu seule. Son cœur s’ouvrait peu à peu, la glace se transformait en un feu réconfortant, une chaleur familière et apaisante. Sa remarque fit sourire la belle mais sa confession la touchait au plus profond d’elle. « Même si tu n’es qu’un petit con, je ne t’échangerai jamais. » Avec douceur, la paume d’Evie se déposait sur celle d’Ethan, dans une attention bienveillante.

Evelyn le regardait désormais dans les yeux, puis il vint l’enlacer fermement, l’attirant contre lui. Elle ignorait à quand remontait le dernier, sûrement très loin et doutait même de son existence. Celui-ci avait un goût différent, il était authentique, puissant et sincère. La femme restait immobile un instant, ses bras le long de son corps puis les glissait autour de son buste, lentement, se blottissant d’une douceur inhabituelle contre lui. Evelyn ne disait plus rien, silencieuse un long moment. Puis, rompant ce silence, elle dit : « Je suis désolée de t’avoir abandonné et de n’avoir rien fait pour essayer de te comprendre. » Evie se décalait un peu et posait ses paumes contre la nuque de son jeune frère, son regard dans le sien. « J’espère qu’il n’est pas trop tard pour essayer de remplir mon rôle de grande sœur. » La libraire souriait puis déposait un long baiser sur son front. « Je t’aime, petit frère. » Lui confia la sorcière, son front contre le sien.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Jeu 29 Nov 2018 - 22:09 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Parce qu'il y a des gens qui s'en vont, d'autres qui restent, ou qui reviennent dans notre vie. Parce que des fois c'est toi qui t'en vas, qui reviens puis qui regrettes d'être resté ou parti. Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis. 'Tu n'as plus qu'une sœur Ethan.' Des mots assassins, tueurs de raison. Tu te souviens des mots du paternel, de sa voix froide, de son regard éteint. Tu l'as haï ce jour-là, plus que jamais, plus que les dernières vingt années de cette putain d'existence passé dans ce putain de manoir. Emma muette, t'a voulu crié pour deux, frapper pour deux ; mais tu n'as pas bougé, les phalanges sous tension prête à rompre. À quoi bon ? Pourquoi faire ? Un soulagement fugace qui, tu le sais, n'aurait rien changé. Papa est un sale con, et il le restera pour toujours. Maman quant à elle se tait, maman ne dit jamais rien. Jamais, au point que parfois tu te demandes si elle dira quelque chose à ton enterrement ; on sait jamais tu crèveras peut-être avant elle, qui sait ? Un sort interdit est si vite prononcé … Est-ce qu'elle te pleurera au moins ? T'en est pas certain. Quant à Caleb, il s'est barré le con. Emma n'a pas les épaules pour faire face à James, alors il ne reste plus que toi. James te regarde. James t'attend. Il attend que tu pètes les plombs, que tu hurles, que tu déverses ta rage ; contre lui et sa sale gueule, contre cette putain de famille. Tu te fais néanmoins violence, tu te mords la langue, sers un peu plus les poings. Tu ne peux pas te permettre de lâcher prise, bien que t'as cette envie virulente de lui fracasser la tronche. Mais non. Qu'il te renie toi aussi, et Emma se retrouvera toute seule … Il t'en coûte, mais tu recules, t'abandonnes le combat avant même qu'il ne débute. Tu sors de son bureau sans rien dire, chaque pas émiettant un peu plus ton palpitant. Et tu craques. Une, deux, puis des centaines d'autres. Ce sont des larmes. Ça fait longtemps que t'as pas pleuré Ethan, à quand remonte la dernière fois ? Tu pleures de colère, de rage, de frustration, mais surtout tu pleures une sœur. T'as pas eu le temps de lui dire au revoir ; peut-être ne la reverras-tu plus jamais ?

***********

'Même si tu n’es qu’un petit con, je ne t’échangerai jamais.' T'es de nouveau ce gosse, celui qui n'a pas pu dire au revoir à sa grande sœur, celui qui n'a rien dit du tout, au final. Ses mots te touchent, tambourinent fort ; baumes les blessures du passé. Ils résonnent, font écho à tant de choses. Alors tu l'enlaces sans prévenir garde ; t'as besoin de ce câlin, de retrouver cette proximité qu'on t'a arbitrairement spoliée. Et la colère revient, la même qu'à cette époque. Rapide, violente … Incontrôlable. T'as cette envie de hurler, de tout casser ; surtout la gueule de ton cher papounet. Tu veux que quelqu'un paie pour tout ça, et il n'y a qu'un seul responsable. Toujours le même. Le démon de tous les sangs Blackwood. « Ce n'est pas à toi de t'excuser Evie, c'est moi … J'aurais dû faire ou dire quelque chose ce jour-là, mais je ne l'ai pas fait. Je ne pouvais pas laisser Emma. » Confession que tu chuchotes ; honteux. Un regret qui te hante encore aujourd'hui. Evie se recule, est-elle de nouveau fâcher ? Non. Elle pose tendrement ses paumes contre ta nuque. Tu te sens à ta place pour la première fois depuis longtemps ; à l'instar de Peter Pan retrouvant sa Wendy. « Mieux vaut tard que jamais, c'est ça qu'on dit non ? Et puis tu n'as pas raté grand-chose. » Tu hausses des épaules essayant de minimiser les conséquences. T'es pas idiot. Tu sais que le temps, on ne peut pas le rattraper. Néanmoins, tu ne veux pas être défaitiste, pas maintenant, alors que t'as retrouvé cette sœur que tu pensais perdu à jamais. « Je t'aime aussi soeurette. » Tu souris, timide. Evie a beau être ta sœur, t'es toujours gêné quand tu parles de tes sentiments. D'ailleurs, ta main se perd dans tes cheveux, les ébouriffants ; et tu te racles la gorge pour emplir le silence. Ce qui est terriblement violent quand t'es quelqu'un de sensible ; c'est que tu ressens jamais rien à moitié. Toujours trop expressif, ou bien trop renfermé. Y a jamais d'entre deux avec toi. « Peut-être que ça ne sera plus jamais comme avant entre nous, mais t'en que t'es là, le reste je m'en fous. » Il fallait que tu lui dises.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 30 Nov 2018 - 17:26 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Ethan l’enlaçait. Cette étreinte semblait tout reconstruire en elle, tout ce qui avait été brisé, piétiné par les Blackwood, reconstruit par un Blackwood. Douce ironie du sort. La brune n’avait jamais rien attendu de son jeune frère mais pourtant, elle aurait pu pleurer à cet instant, dans ses bras. Elle n’avait jamais pu déverser ce flot d’émotions qui l’avait submergé après « ça », mais désormais, Evie était rassurée par les mots de son jeune frère. « Je sais. Je comprends. » Elle non plus ne voulait pas les laisser, Ethan et Emma. Caleb, lui, la libraire avait toujours douté de son existence dans sa vie et pour cause, Evie se souvenait si peu de cet individu. Elle le haïssait tout bonnement. « Je ne voulais pas vous laisser seuls... » Elle murmurait ceci d’une voix brisée, toutes ses émotions étaient décuplées dès l’instant où les tensions étaient redescendues entre eux.

Elle déposait ses paumes contre la nuque de son frère et embrassait lentement son front. Son regard clair dans celui obscur d’Ethan, Evie sentait ses yeux de plus en plus humides. Surtout à cause des confessions du brun qui chamboulait la jeune femme. Evelyn ne s’était jamais montrée aussi émotive ni sensible face à lui et pourtant, la belle ne parvenait pas à contenir ses larmes. Ces dernières coulèrent le long de ses joues rouges, elle ne ressentait pas de honte, non, mais était sincèrement touchée et heureuse de retrouver son frère. Elle glissait sa paume délicate contre sa bouche, étouffant ces bruits qui trahissait sa tristesse. « On est ensemble maintenant. Promis, je ne partirai plus. » Ce n’était pas des mots dans le vent ni même une fausse promesse, non, cela venait tout droit de son cœur reconstruit. Glissant ses bras autour de ses épaules, la sœur revenait l’enlacer longuement, en silence, leurs gestes parlaient à leur place. Puis, à nouveau, sa douce voix venait briser ce silence. « Pars de là-bas maintenant et viens ici. Avec moi. Je t’aiderai à réaliser tes rêves. S’il te plaît. » Elle lui faisait la demande osée mais sincère de laisser les parents Blackwood et de venir habiter ici, avec elle, endroit où il serait bien mieux.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Mer 5 Déc 2018 - 19:57 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
'Je ne voulais pas vous laisser seuls …' Des mots qui déchirent, qui font mal aussi. Ils représentent la volonté d'une sœur, une volonté tuée dans l’œuf. C'est vrai, vous n'étiez que des enfants à l'époque, tu le comprends maintenant ; mais t'es tout de même frustré putain. Si seulement tu avais été plus grand … Des 'et si' qui te pourrissent la vie. Tu caresses ses cheveux avec douceur, réminiscence de ce petit garçon qui jouait avec les tresses de sa grande sœur. 'T'es belle' que tes yeux lui disent, timides. Tu peux voir à travers les fenêtres de son âme qu'elle est aussi bouleversée que toi, touchée par les confessions que tu viens de faire, que tu viens d'avouer à regret. Et c'est ce que tu voulais. L'atteindre. Briser la muraille, pierre par pierre ; n'ayant que les mots en guise de pioche. « J'ai réussi ma mission. » Un baiser sur le front qui te rappelle encore une fois cette époque où tu étais haut comme trois pommes ; puis vient, ce que tu pensais ne jamais voir jusque-là. La forte, l'insoumise ; pleure devant toi. T'es presque subjugué par l'image qu'elle t'offre. Tu regardes ses cristallines se frayer doucement un chemin sur ses joues encore arrondies, puis se laisser mourir en s'écrasant contre sa poitrine. T'es attendri, mais plus encore, t'es triste. Tu n'as jamais aimé voir les femmes pleurer ; leurs larmes, précieuses, elles devraient les garder. À jamais. Alors comme un don, un cadeau qu'elle te dédie, tu récoltes avec délicatesse ses perles éphémères. 'Ne pleure plus, gardes tes larmes' que disent tes doigts en caressant son visage. Tout se dit en silence, car les mots sont inutiles ici. Elle « t'entend » comme tu l'écoutes ; et pour la première fois depuis longtemps, ton cœur se sent emplit. Tu ne te souviens pas avoir été aussi proche de ta sœur, du moins, tu ne t'en rappelles plus : mais tu le jures, tu veux revivre l'instant. Encore et encore. T'es comme ce môme sans foyer qui retrouve enfin sa maison, t'es Hansel qui redécouvre enfin sa Gretel. Tu te baisses en retour pour l'embrasser de la même manière, un baiser tendre que tu lui apposes sur le front. Comme un pacte scellé, le frère et la sœur se sont retrouvés aux bords d'une fenêtre, ayant les premières étoiles de la nuit, comme seuls et uniques témoins. Elle t'enlace de nouveau, tu l'imites sans plus d'hésitation. Tes bras imposants viennent étreindre ce petit bout de femme au si grand caractère, et au cœur bien présent. Le silence s'écoule, mais Evie le brise d'une demande. Grande. Sans doute, la plus importante. Elle veut que tu viennes vivre ici ; avec elle. Le myocarde qui trésaille, ses mots sonnent magiques à tes oreilles. Évidemment que t'as toujours voulu te casser de chez tes parents, chose que tu as faite d'ailleurs, faisant du porte-à-porte pour ensuite trouver refuge dans une colocation. Tu ne veux pas quitter la résidence, mais tu ne veux pas non plus laisser ta sœur. Deux logements, ce n'est pas de refus. Ils te partageront tous la garde. « D'accord, mais je tiens à participer aux frais, maintenant, je pourrais. » Tu le vois venir en refusant, alors t'ajoute : « Et ne vois pas ça comme de la charité, c'est une dette de plusieurs années et un loyer que je paierais. » Tu esquisses un sourire que personne ne pourra te décrocher avant longtemps.
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 5 Déc 2018 - 21:36 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
C’était une scène que la brune n’aurait jamais pensé vivre, peut-être même revivre car elle ne se souvenait pas d’un moment où les deux rebelles avaient eu un tel moment de tendresse. À vrai dire, la tornade avait tout envoyé valser sur son chemin. En abandonnant tous ses souvenirs, la libraire avait fait une croix sur ses frères et sa sœur, reniant tout ce qui restait d’eux, son sang, sa chair, ceux qui n’avaient pas bougé le petit doigt pour lui venir en aide. Et pourtant, il y a tout juste une petite heure, Evelyn était à deux doigts d’égorger son jeune frère et les voilà désormais, face à face, à cœur ouvert, plus uni que jamais. Puis, Evie se mettait à pleurer, un mélange de tristesse et de joie. Au fond, la sorcière avait toujours attendu de tels mots venant d’un Blackwood, des mots lui prouvant qu’elle n’avait pas été oubliée et que quelqu’un dans cette maudite famille l’aimait encore. Il essuyait ses larmes, à cet instant, il n’y avait plus besoin de mots, leurs yeux ne faisaient plus qu’un, leurs cœurs battaient à l’unisson devant le ciel étoilé, témoin des retrouvailles pudiques des deux Blackwood.

Evelyn avait baissé les armes, rien ne pouvait perturber le bonheur qui s’était emparé de son être. Elle l’enlaçait ensuite, plus fermement, soupirant d’aise par la suite, elle qui pensait avoir perdu tout soutien familial. Glissant ses paumes contre le dos de son jeune frère, elle lui demandait de venir habiter ici, chez elle, partager cette cellule, cet appartement de misère. Alors que la libraire s’apprêtait à le contredire, il lui coupa l’herbe sur le pied et bien que ses sourcils se froncèrent, montrant son désaccord, ses traits finissaient par s’adoucir. Evie avait bien besoin d’une aide financière si elle ne voulait pas retourner à la rue. Elle devait cesser d’être aussi bornée parfois. « D’accord. » Oui, la belle venait bien de balayer sa fierté, acceptant une aide, une main tendue après tant d’années de solitude, à prouver que la femme n’avait guère besoin d’aide.

Après de longues minutes dans les bras d’Ethan, l’aînée se reculait et fermait la fenêtre, s’éloignant ensuite pour saisir la paume de son frère. Elle lui adressait un regard complice et l’attirait au niveau de son lit, où elle s’y allongeait avec lui, l’enlaçant tendrement de ses bras frêles. Evelyn ne parlait plus, elle caressait seulement les cheveux de son frère d’une tendresse particulière. C’était bien les moments qu’ils n’avaient jamais partagé ensemble, comme si la belle essayait de rattraper le temps perdu. Puis, un sourire délicat venait étirer ses lèvres, un sourire crispé qui semblait douloureux. « J’ai des choses à te dire mais je n’y arrive pas. Je crains de ne plus avoir la force d’aborder ce sujet. » Évidemment que la petite parlait de son passé dans les rues, mais également ses quatre tentatives de suicide et pourtant, la libraire était toujours là. « Il faut que je t’en parle car je ne veux plus mentir mais je n’y arrive pas. » Elle fermait les yeux comme si une vive douleur venait de s’emparer d’elle. Tout se bousculait dans sa tête, son corps se crispait également et soupirait douloureusement, le passé avait un goût amer.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
avatar
Ethan Blackwood
C R A P U L E.
›› parchemins postés : 485
›› miroir du riséd : diego barrueco.
›› crédits : weaslove (avatar) ; crackintime (signature) ; tumblr (gifs).
›› multinick : queen jazmin.
›› dispo RP : ◻◻◻◻◻ (full).
FORCES PUBLIQUES
›› âge : vingt-cinq ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 7ème année
›› options obligatoires & facultatives : OPTIONS OBLIGATOIRES :
DCFM, Sortilèges, Métamorphose.
OPTIONS FACULTATIVES :
Sport (vol).
›› profession : joueur de quidditch professionnel au poste de poursuiveur, il porte les couleurs de l'angleterre.
›› particularité : Légilimens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 473
DATE: Lun 10 Déc 2018 - 21:08 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Petit garçon qui devient grand, tu commences à avoir des responsabilités plus imposantes que ton immaturité ; et elles commencent par ta sœur. Tu es peut-être le plus jeune des deux, mais celle qui a le plus besoin d'aide, de toi, c'est elle. Il le faut, tu lui dois depuis longtemps ; toi qui as trop souvent joué au con. Et tu t'en rends compte, un peu tard certes … Mais mieux vaut tard que jamais, pas vrai ? Qu'elle soit partie ou non, son rôle elle le joue bien mieux que toi de toute façon, car elle te fait grandir, elle te fait prendre conscience des choses comme jamais ton père ne l'a fait jusqu'à présent. Ta grande sœur. Depuis toujours, c'est celle que tu estimes le plus ; bien avant les parents, avant Caleb, avant tout le monde. Tu as une dette envers cette femme, quoi qu'elle en dise ; la seule avec qui tu partages le sang, qui le mérite amplement. Alors c'est dans ce baiser sur le front que tu lui fais une promesse. Silencieuse, mais tout aussi sincère. Tu promets de prendre soin d'elle, d'être là, de sécher ses larmes. Tu ne veux plus être cet enfant désarmé, et fragile face à la dure fatalité. Tu vas la porter, de manière sûrement détournée ; tu la connais. Beaucoup trop fière, trop têtue aussi. 'D'accord' qu'elle te dit. C'est à la fois surprenant, et doux à ton oreille. Peut-être n'en a-t-elle pas conscience mais en ce simple mot, vous signez un pacte, perpétuant un engagement vieux comme le monde ; celui du sang. Elle peut bien cracher sur le nom des Blackwood, tant qu'elle t'aime toi, tu t'en fous des autres ; car au fond tu restes ce môme égoïste et petit con. « Parfait ! Me dire non n'était pas une option, de toute façon. » Tu esquisses un sourire mi-amusé, mi-espiègle. T'as peur de rien, sale gamin. Elle brise ensuite le câlin, elle s'éloigne de toi, fermant la fenêtre ; t'amenant ensuite vers son lit pour vous allonger. Décidément, aujourd'hui, tu es empli de nostalgie. Tu as tant de souvenirs qui refont surface en la simple présence d'Evie. Ça te fait du bien, autant que ça te fait mal ; te rappelant fatalement des bons comme des mauvais. Elle te caresse les cheveux, et tu fermes les yeux. T'as toujours aimé qu'elle fasse ça, enfant, pour t'aider à t'endormir ; et tu fini par froncer les sourcils. Tes paupières s'ouvrent sur ta sœur. « Je ne te forcerai jamais à parler Evie, si tu n'en as pas envie. » Mais je t'écouterai quoi qu'il arrive. Tu te mets sur le côté pour la regarder, tu te demandes ce qui peut autant la ronger. Tu l'as entendu dans la teinte de sa voix, c'est quelque chose d'important. T'es sans doute le roi des cons, mais tu restes un sensible. « Tu sais que tu n'es pas obligé de parler avec moi ... » T'es un legilimens, les mots sont futiles pour toi ; de simples instruments. Néanmoins, tu ne l'utilises jamais sur tes proches. S'en souvient-elle ? Inquiet, tu la prends de nouveau dans tes bras. Qu'est-ce qui peut bien la bouleverser autant pour être dans un état pareil ? T'as peur bizarrement, peur de découvrir quelque chose d'affreux. Tu veux faire le grand, mais tu restes cet enfant. Ça t'énerve. Tu glisses ta main sur son visage, l'obligeant à te regarder dans les yeux. « Je peux ? » Je peux entrer dans ton esprit pour te démasquer ? Toi qui es dévastée, laminée, à bout de souffle. Au terminus d'une chute sans fin, qui a terminé bien des années plus tôt ?
(c) DΛNDELION


so bad.
When I say or do something, I do it. I don’t give a damn what you think.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10436-ethan-lost-soul
avatar
Evelyn Blackwood
Oldie - experimented wizard ⚔
›› parchemins postés : 486
›› miroir du riséd : Emilia Clarke.
›› crédits : Kiko, Astra et Tumblr.
›› multinick : Fauve & Laelia.
›› dispo RP : Indisponible.
ENTREPRENEUR SORCIER
›› âge : Vingt-huit ans.
›› situation : En couple
›› profession : Propriétaire de la librairie "memoria" en ville.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 408

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 11 Déc 2018 - 7:04 Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)


tu grandis si vite et t’éloignes en silence
Ethan & Evelyn

« Souvent dans mon exil, je rêve à notre enfance, à nos matins si purs écoulés sous les bois, et sur mon front le vent des souvenirs balance les molles ombres d’autrefois. »
Des fragments de son enfance lui revenaient en tête lorsque ses doigts froids glissaient avec lenteur et délicatesse dans sa chevelure ébène. Elle les revoyait plus jeune, la grande sœur aidant son jeune frère à s’endormir. Quand la belle n’était pas avec Sasha, elle était avec Ethan et inversement, il n’y avait pas à discuter sur le fait que les deux hommes étaient ses piliers, ses moteurs dans la vie. Evelyn se souvenait également du moment où les rôles avaient été inversés et qu’au retour de l’hôpital après s’être ouvert le crâne, le brun avait pris soin d’elle comme si elle risquait de se briser à chaque moment. Soupirant longuement, la femme fermait ses paupières un instant, son esprit se remettait à la torturer en revoyant chaque moment à la rue, l’hiver ayant été son plus puissant ennemi. Aujourd’hui, il l’animait.

Evelyn savait qu’elle n’avait pas besoin d’utiliser les mots qu’elle chérissait tant lorsqu’elle s’adressait au plus jeune. La paix si fraîchement retrouver, la libraire craignait de le décevoir, de lui faire peur ou pire encore : le faire fuir. Parce que la brune l’aimait et le voir partir par sa faute lui briserait le cœur. Ethan l’enlaçait à nouveau, la forçant à le regarder. Elle hésitait un instant puis Evie se disait qu’elle ne pouvait plus avoir autant de secret. Ce n’était plus vivable. « Oui. » Son regard dans le sien, elle ne disait plus rien, repensant à ses années dans la rue, son corps paralysé par le froid. Cet être désespéré qui se tuait au travail, collectant autant d’argent que possible et commettant à plusieurs reprises l’irréparable : les tentatives de suicide qui avaient marqué ses poignets et surtout sa nuque, couverte par le tissu de son peignoir. La gorge sèche, le regard incertain, la jolie reprenait à nouveau la parole : « Est-ce que tu m’en veux ? » Il n’aurait jamais pu se douter de l’Enfer qu’Evelyn avait vécu, toutes ses années où les Blackwood l’oubliaient.
(c) DΛNDELION



❝ It's beginning to look a lot like Christmas ❞
There's a tree in the Grand Hotel, one in the park as well. The sturdy kind that doesn't mind the snow. Soon the bells will start and the thing that will make them ring, is the carol that you sing, right within your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t10851-evelyn-blackwood-la-nuit-est-ton-sejour
Contenu sponsorisé
DATE:  Sujet: Re: tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)

Revenir en haut Aller en bas
 
tu grandis si vite et t’éloignes en silence (ethan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» COnversion ork gros truk rouge qui va vite!
» Si c'est peint en rouge ça va plus vite !
» Se faire vite des amis... [PV]
» répondé c vite fait svp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Myrddin Wyllt District
-