Bienvenue
Où : Inverness City (Scotland) Quand : Année 2017. Qui : Étudiants, professeurs, personnel et sorciers venus de tous horizons. Le Comment du Pourquoi : Après avoir terminé leurs études à Poudlard, certains sorciers ne s’arrêtent pas là. Soit parce qu'ils n'ont pas envie d'entrer dans la vie active (tout de suite), soit parce que leurs parents souhaitent les voir continuer leurs études. Les cours sont donc encore loin d’être terminés, certes, mais heureusement pour vous petits veinards, l’ambiance n’est plus du tout la même qu'a Poudlard. Débauches, folies, beuveries, sorts à gogo, kiss à tire-larigot, le monde des jeunes sorciers n’a jamais été aussi rock’n’roll ! ♥
Liens utiles
Informations
Hungcalf est sur Topic'it ! Toi aussi, télécharge l'application mobile gratuite (iOS et Android) qui te permettra de consulter et participer à ton forum de façon simple et conviviale. Pour ce faire, rdv sur https://topicit.net/fr
C'est avec grand plaisir que nous accueillons Cordelia Warrington et Malcom MacNaughton / Sullivan Phelps dans le staff ! Nous tenons également à remercier tous ceux d'entre vous qui ont postulé, ça fait chaud au cœur ! *--* Merci de vouloir vous investir autant sur Hungcalf ! ♥
Cours
MÉTAMORPHOSE (1)
THÉÂTRE (1)
ASTRONOMIE (1)
SPM (1)
Sorcière-Hebdo
Emma
Blackwood

Profil
Evangeline
Rosebury

Profil
Revenir en haut Aller en bas
ATTENTION
Merci de ne pas encombrer vos profils avec plusieurs gifs (il y une case prévue à cet effet).
Merci de réduire vos signatures au maximum (en mettant vos images/gifs divers sous spoiler).
Pensez à ceux et celles qui ont une connexion à la noix

QUIDDITCH CUP | THE GAME IS ON !
Participez à l'event de novembre et remportez des gallions ! (a)


Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Pokeby et Summerbee ! (a)

Partagez | .
 

 coronaeh ◊ more than you know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nevaeh D'Alverny
MODO - Damned of Heaven
›› pseudo : jumanji
›› parchemins postés : 789
›› avatar : Emilia Clarke
›› © : .nyx & jumanji
›› double-compte : cordelia warrington & ravena vautier
MEDICOMAGIE

›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 5ème année
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 706

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: coronaeh ◊ more than you know   Mer 20 Sep 2017 - 22:15



More Than You Know
Le bruit du vent avait suffit à te sortir de ton sommeil cette nuit la, pendant quelques secondes en ouvrant les yeux, tu t’attendais à trouver le berceau de ta petite Héloïse à droite de ton lit; mais il n’y avait que tes colocataires qui dormaient à point fermé. Un soupir de mécontentement s’échappe de tes lèvres pleines tandis que tu t’extirpes de ta couette sans discrétion. Enfilant une robe et des chaussures tu récupères ta veste sur un fauteuil avant de sortir de la pièce sans plus de cérémonie. La salle commune était déserte; vous ne deviez pas être nombreux à souffrir d’insomnie. La rentrée était dans toutes les têtes; les nouveaux cours, les nouveaux camarades, les professeurs, plus ou moins agréables, tu n’entendais que ça en parcourant les couloirs de l’université. Mais ce n’était pas ça qui te maintenait éveillée le soir venu : tu ressasses encore tes années perdues; ton isolement, la perte de tes repères, t’as besoin d’air.

T’as l’impression que le temps s’est arrêté dans l’université, rien n’avait changé depuis que tu en avais fuis les murs plus d’un an auparavant. C’est le seul aspect qui ne te rappelle pas brutalement que le monde n’a pas arrêté de tourner pendant que tu n’étais plus là. En dehors de ces murs centenaires, tout avait changé, tout avait évolué, sans toi. Les personnes que tu tenais sous ta coupe ont pris leur envol, tes amis, ou du moins, connaissances se souviennent à peine de ton nom, tes ennemis ont trouvé de nouveaux rivaux : tu te rends compte que tu n’es pas irremplaçable et t’as du mal à l’accepter. A peine t’es tu assise sur un banc que tu laisses échapper un râle agacé alors qu’une page de l’ouvrage que tu viens d’ouvrir sur tes genoux entaille légèrement le bout de ton doigt. T’as trouvé refuge entre les arbres du cloitre; t’apprécie de te retrouver dans la cour intérieure : un esprit de liberté y souffle, tu n’es pas enfermée comme tu peux l’être dans la salle commune. Et pour quelqu’un qui n’a pas eu l’occasion de quitter sa cellule dorée durant des mois et des mois, le moindre espoir était réconfortant. Les pages et les minutes défilent sans qu’aucun bruit ne vienne troubler ta concentration, la solitude te fait du bien même si la présence des autres te réconforte : tu ne sais plus où donner de la tête, les relations humaines t’écoeures.

Des bruits de pas résonnent dans le cloitre, perdue dans ta lecture, tu n’aurais certainement pas réagis si une chevelure de geai n’avait pas attiré ton attention. Un simple coup d’oeil et tu sors brusquement de tes pensées en reconnaissant la Wright qui traverse la cour intérieure. Haussant un sourcil, soudainement ennuyée par le contenu de l’ouvrage, tu refermes brusquement le grimoire avant de le poser sur le banc. Veillant à rester discrète tu t’approches de la jeune femme avant de débouler devant elle un sourire mutin au coin des lèvres : « Je ne savais pas que tu étais si matinale Coronis. » Tu relèves les yeux au ciel pour observer la lune quasiment à son apogée « Ou nocturne plutôt. » Passant une main dans tes cheveux tu scrutes son visage d’un regard appuyé : T’avais toujours trouvé la Reeves très belle, ce n’était pas pour rien que tu avais tenté de la séduire, quelques années auparavant. Mais, deux ans de plus n’avaient fais qu’accentuer ce qui était déjà bien visible. « Et bien, on dirait que tu as vu un fantôme, tu ne me reconnais pas? »  Reprends-tu d’un ton qui se voulait amusé : tu n’as aucun mal à cacher ton agacement, certainement l’habitude qui reprenait le dessus, mais enfin, tu te serais au moins attendue à des retrouvailles plus amicales : tu étais partie pendant presque deux ans par merlin, pourquoi personne ne semblait enclin à t’offrir une possibilité de reprendre ta vie où tu l’avais laissée? « Tu deviens quoi ma belle? » Demandes-tu en te radoucissant : tu ne sais pas trop comment réagir face à Coronis, tu tâtes le terrain en guettant ses réactions d’un regard en coin. Au loin le bruissement des ailes d’un oiseau attire ton attention : ce que t’aurais aimé avoir des ailes comme lui pour t’échapper de ta prison de pierres penses-tu, à la fois rêveuse et envieuse.



Do I wanna know?

If this feeling flows both ways Sad to see you go Was sorta hoping that you'd stay Baby we both know That the nights were mainly made for saying Things that you can't say tomorrow day Crawlin' back to youanaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coronis Reeves
☼ ray of fucking sunshine
›› parchemins postés : 254
›› connexion : 7/7
›› avatar : naomi scott
›› © : vava : forward, signa : astra, gifs : dailynaomiscott, quotes : dodie
›› double-compte : aedan galbraith le nerd
BOTANIQUE ET MAGIZOOLOGIE

›› âge : 24 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : botanique, soins aux créatures magiques, astronomie (obligatoires), divination et vol (facultatif)
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 236

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Ven 22 Sep 2017 - 21:37

MORE THAN YOU KNOW
OU POURQUOI IL FALLAIT DONNER DES NOUVELLES + ft. nevaeh d'alverny.
Coronis était restée debout volontairement cette nuit-là ; elle voulait téléphoner à sa famille et du fait du décalage horaire, il fallait qu'elle le fasse à des heures indécentes. Pour éviter d'embêter ses colocataires, elle était bien évidemment sortie pour attendre dehors.
Les appels à sa famille durait des heures. Elle appelait toujours sur le téléphone de son père, car c'était le seul qui le gardait à portée de main et répondait dès qu'il sonnait -par ailleurs, il savait décrocher un téléphone, ce qui n'était pas le cas d'une petite moitié de la famille. Une des tantes de Coronis lui avait glissé quelques mornilles dans la poche, presque au bord des larmes, lorsque sa nièce avait proposé de prendre un appel à sa place.
Elle commençait donc par son père, les nouvelles usuelles, tout le monde va bien, et tes cours, et les tiens. La conversation terminée, il lui passait sa mère, qui posait les mêmes questions -ainsi que plusieurs sur ses frères et soeurs-, qui lui passait sa grand-mère, qui lui passait son grand-père, si celui-ci ne faisait pas sa sieste à ce moment-là, qui lui passait successivement tantes et oncles, puis cousins, petits-cousins, demi-cousins et oncles par alliance. Pour peu qu'il se soit passé quelque chose d'intéressant chez les Carras, ça pouvait durer une heure, sans exagération. Quelques mois plus tôt, elle avait écouté successivement sept membres de sa famille différents raconter minute par minute comment sa cousine s'était cassé la cheville en courant dans les escaliers.
Une fois sortie de sa chambre, Coronis avait prévu de s'installer dans la salle commune des Wright pour passer son appel, mais un couple semblait bien décidé à baptiser le canapé et elle avait dû sortir pour éviter d'avoir à les regarder faire. Téléphone en main, ses pas l'avaient guidé vers le premier étage. Elle avait tenté de passer un premier appel, mais son père l'avait rapidement décliné en disant qu'il était encore en cours. Sa mère travaillait. Coronis devait donc attendre qu'ils en finissent avec leurs boulots respectifs, ou tenter le coup un autre jour.
Or ce soir-là elle était plutôt en forme, elle décida donc de patienter quelques heures -ou peut-être quelques minutes, si l'un des deux parvenait à se libérer. A la recherche d'animation, peut-être d'une fête non-officielle ou de connaissances insomniaques, elle commença à se promener dans le château, appréciant le froid naissant de septembre, qui caressait ses lèvres et enlaçait ses doigts. Elle aimait ce style de froid -il annonçait la reprise de la saison de Quidditch, autrement dit, la saison préférée de Coronis.
Elle traversait la cour intérieur d'un pas tranquille lorsqu'elle entendit appeler son nom. Elle frémit une seconde, craignant encore d'avoir été trouvée par un professeur lors d'une nuit blanche à Ilvermorny, mais ce n'était qu'une fille, et prise dans sa petite frayeurs, Coronis n'entendit que les derniers mots qu'elle lui adressa ;
-Ou nocturne plutôt.
L'américaine fit une moue perplexe, pour signifier qu'elle ne comprenait pas ni ce qui lui avait dit, ni pourquoi cela lui avait été dit à elle. Elle battit des paupières pour reconcentrer sa vue, admira la fille face à elle. Son visage sembla illisible à Coronis jusqu'à ce qu'elle le reconnaisse. Le nom qui y était associé mit encore quelques secondes à revenir, puis leur histoire, encore un temps après. La réponse appropriée à la question de Nevaeh vint automatiquement à Coronis, sans qu'elle ne contrôle ce qui sortait de sa bouche :
-Désolée, j'avais quasiment complètement oublié qui t'étais.
Elle avait dit ça sur le ton de la bonne copine mais voulait que ça soit ressenti comme une insulte. Coronis avait une fierté. Elle n'aimait pas qu'on lui pose des lapins et le prenait personnellement -surtout quand ledit lapin était long de plus d'un an. On ne commençait pas un flirt avec quelqu'un si on n'allait pas jusqu'au bout, encore plus si l'on avait prévu de quitter l'université avant qu'on parviennent au bout des choses.
Comme passablement exaspérée, Nevaeh détourna les yeux pour admirer le ciel. Profitant de cette occasion, Coronis jeta un coup d'oeil circulaire à la cour, considérant l'idée de simplement poursuivre son chemin, disparaître dans les couloirs tortueux, ne plus jamais adresser à la parole à la Grymm, tout ça sans demander son reste -lui rendre la pareille, finalement. Mais la curiosité la consumait et elle était encore attiré comme un magnet vers Nevaeh ; elle ne pourrait pas s'en détacher tant qu'elle n'avait pas eu des explications. Une conclusion.
En guise de fuite finalement, elle esquissa quelques pas pour s'écarter de son interlocutrice, que rien ne reprendrait comme il y a deux ans tant qu'elle n'aurait pas obtenu ce qu'elle voulait. Bien décidée à extorquer ces fameuses informations, elle répondit d'un ton un peu moins feint :
-Je vais...bien ? Toujours en magizoologie. Toujours célib'... Pas grand-chose n'a changé.
Elle s'efforçait de ne pas se laisser dépasser par sa rancoeur, bien qu'elle sente les rancunes bouillonner au fond d'elle, préparer une potion aux effets sûrement terribles et destructeurs. Il fallait qu'elle se contienne, au moins le temps d'obtenir des explications. Elle reprit en parlant presque avec difficulté, cherchant à éviter le mot de travers.
-Et toi ? Je peux te demander qu'est-ce que tu fichais ?
Les mots pouvaient sembler violents mais elle les avait cette fois-ci énoncés avec une infinie douceur, se voyant déjà se la jouer good cop, bad cop. Elle avait quelques bouts d'informations, mais voulait les raisons.
Coronis savait qu'elle avait quitté l'université en plein milieu d'année. Sans avoir cherché Nevaeh, elle s'était posé des questions quand l'étudiante avait cessé de répondre à ses sollicitations, fait remonter la question aux Grymm, qui avait renvoyé la succincte réponse annonçant, sans fournir de raison, que la brune avait quitté l'université. Ce n'était pas assez pour Coronis ; elle voulait savoir comment quelqu'un pouvait être si malpoli qu'il était prêt à couper un si beau début de relation d'une façon aussi nette.


code by bat'phanie


❝ life lessons ❞ That colourful mess is just colorful regret, black lipstick will never be a sin, we'll regret when we're old. And we're not bruised, they're just party tattoos. 




Dernière édition par Coronis Reeves le Lun 25 Sep 2017 - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7752-passionately-smashing-every-expectation-coronis
avatar
Nevaeh D'Alverny
MODO - Damned of Heaven
›› pseudo : jumanji
›› parchemins postés : 789
›› avatar : Emilia Clarke
›› © : .nyx & jumanji
›› double-compte : cordelia warrington & ravena vautier
MEDICOMAGIE

›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 5ème année
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 706

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Dim 24 Sep 2017 - 11:44



More Than You Know
L’oiseau s’envole et disparait rapidement au loin. Mais il n’emporte rien de tes préoccupations, tes démons te clouent au sol. « Désolée, j'avais quasiment complètement oublié qui t’étais. » Un rire cristallin s’échappe de ta bouche, comme c’était mignon. Passant une main dans tes cheveux tu t’appuies contre une table de pierre face à la jeune femme : « Oh, tu me vexes Reeves. » Bien sûr, c’était faux, aussi faux que le sourire qui étire légèrement tes lèvres pleines : le ton de la bonne copine ne prenait pas avec toi, tu maitrisais assez bien tes émotions pour comprendre quand celles des autres étaient feintes. Mais après tout, pouvais tu réellement en vouloir à la wright de ne pas vouloir se souvenir de toi? Encore plus de ressentir une légère rancoeur à ton égard? Après tout, t’avais été plus qu’entreprenante auprès d’elle, deux ans auparavant, et puis tu avais disparu, sans donner quelconque nouvelle. Tu aurais été plus que rancunière à sa place.

Coronis te demande ce qui t’as maintenue loin de l’université pendant tout ce temps. Bien sûr tu savais que tu n’y échapperais pas mais par merlin elle aurait au moins pu attendre plus d’une minute. « Non tu ne peux pas. » Soupires-tu en lançant un regard à la brune, agacée par toutes les questions liées à ton retour, ou ton départ plutôt : « Mais je suis d’humeur généreuse, je vais te le dire quand même. » T’avais le don pour créer des problèmes là où il n’y en avais pas Nevaeh, ton mensonge était bien ficelé mais tu ne pouvais t’empêcher de ressentir un pincement au coeur dès que ton histoire franchissait le rempart de tes lèvres. Comme si les mensonges brulaient ton palais et ta langue : « Mon père a été envoyé pour une mission de diplomatie sorcière dans une contrée asiatique. » Ce n’était pas totalement mentir que de dire ça, ton père avait en effet dû se rendre de nombreuses fois en Corée ces dernières années, la situation du monde moldu ayant un impact bien trop important sur la vie des sorciers là bas. Mais jamais tu n’y avais mis un pied, du moins pas en même temps que lui. « Et mes parents ont eu besoin de moi pour s’occuper des petits, tu sais la famille tout ça. Une sacrée corvée. » Tu connaissais assez ta camarade pour savoir que parler de ta famille ferait écho dans son esprit. Américaine, elle était éloignée d’eux pour ses études, un peu comme toi tandis que les d’Alverny étaient basés en Suisse. Toi, t’avais tes petits frères, encore jeunes, qui avaient besoin d’attention et qui ne voyaient pas leur grande soeur assez souvent. « Je devais suivre des cours par correspondance mais la situation là bas était trop tendue pour que je puisse garder un lien régulier avec le Royaume Uni. » Le mal qui t’avait frappée était pire qu’un risque de guerre civile, impossible de rester concentrée sur des ouvrages, ton esprit malade avait capté toute ton attention. « Crois-moi, j’aurais préféré rester ici. » Termines-tu en lui lançant un regard qui se voulait sincère. C’était la seule phrase qui était vraiment réelle. T’aurais tout donner pour ne pas avoir à quitter Hungcalf. « J’ai été libérée de mes obligations pendant l’été, alors me re voilà, prête à reprendre ce que j’ai laissé en plan. » Obligations. Un frisson te parcourt et tu resserres les pans de ta veste autours de ton buste. Ce n’était pas le froid, même si c’était ce qui transparaitrait de ton gestion, mais l’écho de tes paroles sur tes souvenirs qui te glaçait. Tes obligations de mère, protéger ton enfant, l’aimer, le chérir, en prendre soin plus que de la prunelle de tes yeux. Avais-tu au moins été une bonne mère l’espace de quelques mois?

Un voile passe sur ton regard tandis que des souvenirs émergent de ton esprit. Les soirées passées à bercer Héloïse, cette berceuse qui résonnait à tout va dans le manoir familial, les premiers sourires du nourrisson… Tu avales difficilement ta salive, bloquée entre deux époques et ta main fait tourner la médaille de naissance de ta fille autours de ton cou. La nuit aura surement masqué ce déferlement d’émotions à la vue de Coronis. Du moins tu l’espères. « Célibataire alors ? » Tu changes de sujet, impatiente d’en finir avec les récits de tes faux exploits des mois passés. Tu devais avouer que la nouvelle t’avait plutôt réjouie, Coronis t’avait toujours plu, ce n’était pas ces derniers mois qui pouvaient effacer cela. Mais tu savais que le tempérament de la Wright était aussi flamboyant que son regard ; « Tu vas me dire que personne n’a encore réussi à séduire ce joli minois? » Demandes-tu avec un léger sourire en t’asseyant sur la table croisant tes jambes sous ton corps.



Do I wanna know?

If this feeling flows both ways Sad to see you go Was sorta hoping that you'd stay Baby we both know That the nights were mainly made for saying Things that you can't say tomorrow day Crawlin' back to youanaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coronis Reeves
☼ ray of fucking sunshine
›› parchemins postés : 254
›› connexion : 7/7
›› avatar : naomi scott
›› © : vava : forward, signa : astra, gifs : dailynaomiscott, quotes : dodie
›› double-compte : aedan galbraith le nerd
BOTANIQUE ET MAGIZOOLOGIE

›› âge : 24 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : botanique, soins aux créatures magiques, astronomie (obligatoires), divination et vol (facultatif)
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 236

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Lun 25 Sep 2017 - 21:00

MORE THAN YOU KNOW
OU POURQUOI IL FALLAIT DONNER DES NOUVELLES + ft. nevaeh d'alverny.
Nevaeh, sur la défensive, opposa d'abord un refus catégorique, mais se ravisa et offrit à Coronis des explications de raisons familiales sur un plateau. Le dos droit, les mains dans les poches et le regard fixé sur la belle brune, Coronis les écouta en s'efforçant de garder une ouverture d'esprit, une capacité de compréhension...après tout elle en savait peu sur la famille de Nevaeh, seulement ce qu'elle lui en avait dit. Peut-être que son père était effectivement parti en Asie, laissant les petits à la charge de leur grande sœur ; par ailleurs, c'était une information très vérifiable. Mais, progressivement, tandis Nevaeh tordait et entrelaçait les liens de ses paroles pour expliquer son absence à l'américaine, Coronis fut gagnée par la conviction qu'il ne s'agissait de rien d'autre qu'un nœud de mensonges. Un nœud gordien de mensonges, qui pouvait seulement être tranché par la vérité. Quand Nevaeh s'interrompit finalement, Coronis s'assigna elle-même la tâche de lui arracher la réelle histoire de gré ou de force, se pensant sûrement, à tort, comme une grande défenseuse de la franchise. C'était une décision immature pour quelqu'un avec son expérience, mais elle s'en fichait pas mal.
Si quelqu'un d'autre avait été présent, il aurait peut-être vu dans les yeux de Coronis le désir de poser encore plus de questions. Son excuse n'expliquait rien. Ou plutôt, rendait tout plus compliqué et illogique. Devoir jouer les baby-sitter n'empêchait pas de répondre à des messages. D'ailleurs, pourquoi les d'Alverny n'avaient-ils pas engagé une baby-sitter ? Ils devaient largement avoir les moyens. Et si elle avait poursuivi ses cours par correspondance, pourquoi devait-elle reprendre son cursus là où elle l'avait quitté ? Est-ce que le monde sorcier offrait vraiment des cours par correspondance ? Tout ça faisait très peu sens selon Coronis. Si cette personne hypothétique avait été présente, elle aurait sûrement cherché à l'empêcher de poser ces questions, au moins pour respecter la vie privée de Nevaeh ou ménager ses émotions. Mais cette personne n'était pas là.
-Les prix internationaux étaient trop chers pour que tu répondes à mes messages ?
Ce n'était que le début dans l'esprit de Coronis, un tour de chauffe pour tester la logique des explications de Nevaeh. Elle acérait déjà les questions suivantes, préparait déjà les piques si son interlocutrice tentait de se dérober. Les mensonges, c'était comme de la maçonnerie ; ça ne marchait que si les fondations étaient bonnes. Autrement, les fissures apparaissaient, les plus malins s'y engouffraient et élargissaient le passage pour leurs comparses plus naïfs.
Un ange passa. Malgré la nuit, noire comme le ramage d'un corbeau, les rayons de lune frappèrent une seconde un pendentif au cou de Nevaeh, qui renvoya un éclat qui agressa une fraction de seconde les yeux de Coronis.
L'air entre elles sembla trembler, comme saisi d'un trémolo d'émotions. Sans trop savoir pourquoi, Coronis s'en trouva le souffle coupé. Bien qu'elle sache les reconnaître, Coronis était rarement aussi sensible aux émotions. Elle avait tendance à se couper des siennes, pour éviter d'être triste, pour éviter d'avoir à passer des heures à se les expliquer, pour éviter de s'éloigner de l'image générale qu'elle aimait renvoyer aux gens. Très tôt dans sa vie elle s'était rendue compte qu'il était plus facile pour elle de vivre sa vie, de faire des décisions si les choses était toujours blanches ou noires, si les neutralités et les variations étaient exclues de ses compas moraux et émotionnelles. Ce refus de voir les nuances l'avait amené à perdre de son tact, mais elle trouvait qu'elle y gagnait en simplicité. Comme une autre preuve de sa théorie, malgré sa distance elle venait d'absorber les émotions de Nevaeh comme une éponge. Elle ne savait pas de quelles émotions ils s'agissait, victimes d'une soudaine alexithymie, mais sentait son cœur s'alourdit progressivement dans sa poitrine, comme s'il faisait le poids d'une planète déformant l'univers jusque-là bien ordonné de ses organes, et brisant la barrière entre ses émotions et ses sensations. Cette soudaine émotion alla jusqu'à délier sa langue, et des excuses en glissèrent avant même qu'elle n'ait le temps de les retenir.
-Désolée. Oublie ça, c'est pas grave.
Lorsque son accès d'empathie la quitta, comme le retour d'une vague lissant le sable après une déferlante dévastatrice, Coronis soupira profondément, soulagée mais sentant toujours le goût de cette forte émotion sur la langue. Elle constata, extrêmement mal à l'aise, qu'il était familier. Il avait cette pointe de saveur métallique des aspirations perdues, des rêves qu'on avait caressés une seconde revenus nous poignarder dans le dos.
Dérangée jusqu'aux tréfonds de son être, ne désirant pas susciter à nouveau de telles émotions chez Nevaeh de peur d'avoir encore à en supporter les conséquences, elle décida que l'interrogatoire était terminé pour aujourd'hui. Aujourd'hui seulement. Tête brûlée qu'elle était, Coronis oubliait la douleur aussi vite qu'elle passait, et n'hésiterait pas à continuer sa poursuite de réponses lorsque l'occasion se présenterait à nouveau.
Nevaeh détourna le sujet et s'assit sur une table proche, au grand soulagement de Coronis. Toutefois, l'étudiante hésita à nouveau entre tracer son chemin et demeurer au beau milieu de la cour, à faire la conversation avec elle. Si ce fut l'espérance d'avoir des raisons plus vraisemblables, ou simplement l'envie de demeurer quelques minutes de plus avec quelqu'un dont la conversation était aussi agréable que son visage, elle ne trancha pas. Peut-être qu'elle n'avait pas envie de se remettre à marcher tout de suite. Elle avait peur de ses jambes qu'elle pensait encore tremblotantes, alors elle prit place sur la table à côté de Nevaeh, juste un peu trop près, pour apprécier la chaleur humaine, et afficha un mince sourire.
-Le joli minois, si, mon incroyable personnalité, non.
Un ton sarcastique et un éclat de rire maladroit, pour s'assurer que Nevaeh ne pense pas qu'elle soit devenue aussi prétentieuse en un si court laps de temps. Elle jeta un coup d'oeil furtif à la main de Nevaeh avant de retourner la question, sachant à quel point ces choses-là pouvaient aller vite chez les sang-pur.
-Et toi ? Quelqu'un en vue ? Ou vraiment rien n'a changé depuis tout ce temps ?
Le regard vers le sol, elle enfonça ses poings dans les poches de son vieux sweat affichant les armoiries d'Ilvermorny. Elle se félicitait d'avoir emmené un sweat, il faisait définitivement frisquet. L'odeur familière du vieux vêtements la rassurait alors qu'elle avait l'impression d'être en terrain inconnu avec Nevaeh. La gêne était toujours présente, comme aux débuts timides d'un flirt, et pourtant elle craignait aussi d'être rasoir ou répétitive -après tout elles avaient eu les mêmes conversations une douzaine de mois plus tôt. C'était comme recommencer du début sans avoir effacé la sauvegarde, et alors qu'elle était rôdée à beaucoup de choses, Coronis ne savait pas faire ça.
-J'arrive pas à croire qu'aucune de nous deux n'ait réussi à se caser, en un an et demi.
Elle se sentait terriblement gauche en lançant ça.
-On ne doit pas être très douées.

code by bat'phanie


❝ life lessons ❞ That colourful mess is just colorful regret, black lipstick will never be a sin, we'll regret when we're old. And we're not bruised, they're just party tattoos. 




Dernière édition par Coronis Reeves le Ven 6 Oct 2017 - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7752-passionately-smashing-every-expectation-coronis
avatar
Nevaeh D'Alverny
MODO - Damned of Heaven
›› pseudo : jumanji
›› parchemins postés : 789
›› avatar : Emilia Clarke
›› © : .nyx & jumanji
›› double-compte : cordelia warrington & ravena vautier
MEDICOMAGIE

›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 5ème année
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 706

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Jeu 28 Sep 2017 - 23:39



More Than You Know
Tu oscilles encore entre le plaisir de recroiser la jolie Coronis et la déception de devoir raconter à nouveau cette histoire. Mais au moins, une fois ton monologue terminé, tu pensais que cela serait réglé. C’était sans compter sur la Wright. « Les tarifs quoi? » Lâches-tu abasourdie. A-t’elle totalement perdu la raison ou bien était-ce l’amertume qui lui faisait dire des choses insensées ? Tu croises les bras sous ta poitrine, quelque peu agacée. Premièrement parce qu’elle semblait douter de ton histoire, et ensuite car sa réaction ressemblait à celle d’une adolescente égocentrique en mal d’affection. « Excuse moi de te le dire Coronis mais dans un pays dirigé par un dictateur totalement givré, les téléphones portables ne sont pas des plus courants. Comme si mes parents allaient me permettre de prendre des risques pour envoyer un message eux qui savent à peine ce qu’est un téléphone. » Et ça pour le coup, inutile d’aller chercher dans l’étendue de tes mensonges, tes parents avaient une aversion folle pour tout ce qui s’apparentait à de la technologique moldue. La seule raison pour laquelle tu avais eu la possibilité de posséder un téléphone portable, c’était pour rester en contact avec certains de tes amis les années passées bien qu’ils ne fussent pas nombreux à se trouver dans cette catégorie. Tu étais plutôt élitiste dans tes fréquentations, bien que pas totalement réfractaire à la diversité, tant qu’ils ne souillaient pas ton sang…

La lueur bougonne qui brulait dans les yeux de Coronis laisse soudain place à une incompréhension certaine, peut-être ton trouble n’était-il pas si invisible que tu l’aurais pensé, ou espéré du moins. Cela au moins l’effet de la dévier de son interrogatoire. Ce n’était pas que ses questions t’inquiétaient, mais tu étais lasse de devoir y répondre sans cesse. La conversation te devient bien plus agréable lorsqu’elle s’intéresse aux histoires amoureuses de ta compagne du moment, curieuse de savoir si vous pourriez reprendre là où vous vous étiez arrêtées un léger sourire mi satisfait mi attendri se dessine sur tes lèvres en l’écoutant parler. « Il ne savent pas ce qu’ils ratent. » Indiques-tu en lui donnant un léger coup d’épaule lorsqu’elle vient s’assoir tout prêt de toi.

Tu renifles dédaigneusement lorsqu’elle te retourne la question, le sujet t’est sensible : « Mes parents souhaitent me voir avec une bague au doigt le plus vite possible; je vieillis et ne pas être fiancée à mon âge ne renvoie pas une bonne image aux grandes familles. »  Tu soupires, parfois tu avais l’impression que les sangs-pur étaient attardés. A une époque où les études finissaient de plus en plus tard, cela n’avait aucun sens de forcer les jeunes femmes à se marier à un si jeune âge. Si ce n’était pour leur arracher leur rêves et leur liberté en les cantonnant à des fonctions de second rang. Tu ne te laisserais pas reléguer à l’arrière plan, surtout pas pour un homme que tu n’aurais pas choisi. « Heureusement il semblerait que la recherche du parfait parti soit plutôt compliquée : je n’ai pas envie de me retrouver affublée d’une potiche sans intérêt dont le seul objectif sera de m’engrosser le plus rapidement possible. » Tu frémis, cette idée te panique totalement. Rien que l’idée d’accueillir à nouveau la vie au sein de ton corps te donnait la nausée. Donner naissance à un nouvel être alors que tu avais arraché celle de ton propre enfant, le serrer dans tes bras comme tu l’avais déjà fais tant de fois, l’aimer peut-être même alors que jamais il ne remplacerait celle que tu as perdu. Tu ne t’en sentais pas capable. Pas encore, peut-être jamais. Et l’idée que tes parents te lient à un homme dans cette optique, puisque c’était de ça dont il s’agissait : faire survivre la famille d’Alverny à travers ta descendance, perpétuer le sang bleu de ta lignée.

La plainte de la brune te sort de tes pensées moribondes et tu laisses échapper un léger rire avant de déposer ta main sur l’épaule de Coronis en lui lançant un regard taquin :  « C’est peut être un signe tu sais, les choses n’arrivent jamais par hasard. » Tu doutais que la rouge se laisse piéger dans tes filets aussi facilement mais ton naturel revenait toujours au galop en sa présence, séductrice, aguicheuse selon certains, tu aimais ce jeu qui avait fini par s’installer entre vous : aujourd’hui, un nouveau tour commençait et tu plaçais tes pions avec le désir de gagner la partie.




Do I wanna know?

If this feeling flows both ways Sad to see you go Was sorta hoping that you'd stay Baby we both know That the nights were mainly made for saying Things that you can't say tomorrow day Crawlin' back to youanaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coronis Reeves
☼ ray of fucking sunshine
›› parchemins postés : 254
›› connexion : 7/7
›› avatar : naomi scott
›› © : vava : forward, signa : astra, gifs : dailynaomiscott, quotes : dodie
›› double-compte : aedan galbraith le nerd
BOTANIQUE ET MAGIZOOLOGIE

›› âge : 24 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : botanique, soins aux créatures magiques, astronomie (obligatoires), divination et vol (facultatif)
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 236

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Ven 6 Oct 2017 - 21:11

MORE THAN YOU KNOW
OU POURQUOI IL FALLAIT DONNER DES NOUVELLES + ft. nevaeh d'alverny.
Bien que l'envie la titillait, Coronis ne répondit pas aux nouvelles remontrances de Nevaeh, parce qu'étant sans argument. Elle n'allait pas saisir une autre occasion de se faire ridiculiser par la brune -elle s'était assez fait remonter les bretelles pour l'année. Elle sourit faiblement au compliment dissimulé de Nevaeh, mais la conversation entra bien vite sur le terrain du mariage chez les sang-pur. Terrain accidenté s'il en était.
Coronis avait été bien soulagée de ne pas avoir à faire face à ce genre de bigoteries chez les Carras. Bien qu'en Amérique, la situation au niveau du sang soit encore plus compliquée du fait des législations arriérées, la famille n'aurait pas pu plus s'en ficher qu'ils ne le faisaient déjà. Le fait qu'elle ne soit que sang-mêlé par rapport à ses cousins aidait pas mal sa situation, bien qu'elle n'ait pas toujours été confortable avec ce fait. Elle avait quelques histoires à raconter sur des types l'ayant approchée avec cette idée en tête, épouser la fille et récupérer l'empire, mais apprendre qu'elle était en réalité sang-mêlé et qu'en plus elle partagerait son héritage avec des dizaines de cousins suffisait à les faire fuir. Elle s'en souvenait avec un sourire, mais devinait au nœud dans la gorge de Nevaeh que ça devait être moins drôle pour elle. Elle n'avait que quoi, vingt-cinq, vingt-six ans ? Et elle était déjà censée être mariée. C'était vraiment comme si les sang-pur n'avaient jamais dépassé le Moyen-Age. Et puis chez les sang-pur mariage voulait dire enfants. Avoir des enfants à vingt-cinq ans. Alors qu'on était presque encore un enfant -l'état des dortoirs des étudiants témoignait de leur puérilité. C'était inhumain. Ne pas avoir un contrôle entier sur sa vie, surtout amoureuse, devait être quelque chose d'incroyablement frustrant, se disait Coronis. Déjà qu'en ayant le contrôle, elle avait du mal à tout gérer...
-J'imagine bien. Enfin, non, pas vraiment, mais ça doit être horrible.
Elle trouvait ses mots plus facilement, d'habitude, mais agit comme si elle n'avait pas remarqué son propre manque d'aise. 
-Oh, et puis t'imagines ? Te marier à vingt-cinq ans. Quel gâchis.
Si Coronis se retrouvait à se marier l'année prochaine, elle s'arrangerait pour mourir avant son trentième anniversaire. Dans sa tête, il fallait retarder le plus possible les grandes choses de la vie. Se poser, se marier, faire des gosses, pour elle c'était la même chose ; comme planter un panneau dans son jardin à l'adresse de la Grande Faucheuse « viens me chercher, je n'attends plus rien de la vie ». Non pas qu'elle ne s'imagine pas, un jour, éventuellement, faire des mini-elle et avoir son propre bungalow chez les Carras. Cette idée lui semblait seulement très, très lointaine. Et puis s'installer chez les Carras, c'était un rêve de Debora, pas le sien. Elle s'était glissée dans la peau de Coronis depuis bien longtemps, et comme une mue, Debora pourrissait dans un coin. Il lui arrivait de s'endormir parfois en se demandant quelle vie elle aurait mené avec ça -ce que les autres ne pouvaient voir que comme un prénom de différence, mais semblait à Coronis comme un univers alternatif. Debora avait sûrement son propre compte Netflix, était restée en Amérique, et avait travaillé à Target pour pouvoir se payer son propre appartement avant de trouver un travail -Debora travaillait sûrement déjà, elle avait au moins en commun avec Coronis son dégoût pour les études. Peut-être dans la police. Coronis l'aurait bien vue dans la police. Et avec un animal de compagnie bien moldu, style golden retriever appelé Rex. Dépendant de son humeur lorsqu'elle se perdait dans ses réflexions, Coronis trouvait ce chemin de vie terriblement ennuyeux ou très enviable. Tout comme celui de se marier et d'avoir des enfants.
Nevaeh n'avait sûrement pas le luxe de s'imaginer une vie alternative. Elle devait être coincée dans ce carcan poussiéreux depuis l'enfant. Pas même un échappatoire, un rai de lumière l'autorisant à rêver du soleil. Ce devait être mille fois pire. 
La brune changea à nouveau de sujet, voulant sûrement éviter de s'enfoncer plus dans ces considérations déprimantes. Elle semblait déjà être prête à reprendre la partie, ses yeux brillant étrangement dans la nuit, sa main blanche posée sur l'épaule de Coronis. Celle-ci posa sa propre main sur celle de Nevaeh d'un geste excessivement gracieux, et battit des cils comme si elle était une princesse dans un film Disney.
-Tu penses vraiment, Nevaeh ? Dit-elle avec un ton niais à souhait, comme si elle parlait à la caméra.
Elle rit fort dans la nuit, à sa propre blague comme elle commençait à en avoir l'habitude maintenant, et retira rapidement sa main, comme si le contact allait la brûler. Elle ne voulait surtout pas envoyer à Nevaeh les mauvais signaux. Se replonger comme ça dans un flirt, vraiment ? Après ce que Nevaeh venait de lui dire ? Et surtout après ce qu'elle venait de penser...même si Coronis semblait avoir un goût pour les relations dysfonctionnelles, il ne la dévorait pas au point de se lancer dans un jeu de séduction avec quelqu'un qui semblait ouvertement lui mentir.
Et en même temps...les mensonges n'enlevaient pas à Nevaeh une once de son charme. Après tout, ce n'était que des soupçons. Coronis pouvait bien les mettre de côté le temps de s'amuser un peu, de profiter enfin de quelque chose dont elle avait été, injustement lui semblait-il, privée il y avait peu de temps encore. Jouer un peu ne lui poserait pas de problème tant qu'elle ne mettait pas en jeu ses émotions -et vu son passé amoureux, ça n'était pas demain la veille.
-Sérieusement, Nevaeh.
Elle appuya bien sur le prénom de son interlocutrice, comme pour se faire pardonner de sa précédente boutade. Coronis avait tourné la tête vers elle maintenant, et la regardait droit dans les yeux.
-Tu sais tout de même que je suis pas une débutante...Les clichés comme ça, ça m'atteint plus depuis longtemps. Et on a déjà perdu assez de temps en banalités.
Elle laissa ce dernier membre de phrase se percher comme un oiseau sur une branche, qui ne s'envolerait pas avant d'avoir obtenu une réponse claire à ses sous-entendus.

code by bat'phanie


❝ life lessons ❞ That colourful mess is just colorful regret, black lipstick will never be a sin, we'll regret when we're old. And we're not bruised, they're just party tattoos. 




Dernière édition par Coronis Reeves le Ven 10 Nov 2017 - 9:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7752-passionately-smashing-every-expectation-coronis
avatar
Nevaeh D'Alverny
MODO - Damned of Heaven
›› pseudo : jumanji
›› parchemins postés : 789
›› avatar : Emilia Clarke
›› © : .nyx & jumanji
›› double-compte : cordelia warrington & ravena vautier
MEDICOMAGIE

›› âge : 26 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 5ème année
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 706

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Sam 14 Oct 2017 - 12:15



More Than You Know
Chacune d’entre vous tâte le terrain, comme pour savoir si l’autre est toujours disponible, avais-tu la bague au doigt ? La corde d'une relation s’était elle enroulé autour du cou délicat de la brune ? Quelqu’un pourrait-il s’interposer si brusquement tu décidais de gouter au fruit de ses lèvres ? A ton grand bonheur il semblerait que personne ne soit prêt à vous empêcher de vivre vos vies comme vous l’entendiez : ce n’était certainement qu’une questions de jours, de semaines avant que la tienne ne soit liée à celle d’un fiancé mais en attendant, tu souhaitais profiter de chaque instant. Si certains d’entre eux pouvaient se passer en l’agréable présence de la jeune femme tu ne t’en passerais pas. « Ne parle pas de malheurs, j’espère au moins pouvoir terminer mes études sous le nom d’Alverny. »  C’était sans doute ce qui te dérangeais le plus dans l’idée d’un mariage : ne plus porter le nom du clan. Même si tu aurais certainement un moyen de contourner la coutume, tu refusais de laisser le poids de l’héritage de la lignée sur les épaules de tes petits frères, t’avais déjà failli bien trop de fois à ton rôle de grande soeur. Il y avait ça, et l'idée de devoir lui donner un héritier, bien sur, c'était le rôle d'une femme... Comment pouvais tu même en envisager l'idée alors qu'elle n'était plus là.

Son petit jeu d’actrice t’arrache un sourire, tu connaissais bien Coronis pour ne jamais se laisser emporter par des préoccupations romantiques, elle semblait totalement détachée de toute émotion amoureuse, mais il y avait toujours eu comme une latence entre son discours et ce que son comportement laissait parfois transparaitre. Vous aviez tous vos problèmes, vos préoccupations, vos démons qui grignotent petit à petit ce qu’il y a de meilleur : toi plus que personne tu pouvais le comprendre, ainsi tu ne l’entrainera pas sur ce terrain accidenté des émotions refoulées. A moins que cela te permette de te rapprocher un peu plus. Les papillonnements de ses yeux laissent place à une moue on ne peut plus sérieuse, elle avait retiré sa main de la tienne, t’arrachant un soupir quelque peu déçue, et se tourne vers toi pour te fixer d’un regard perçant. Tu ne baisses pas les yeux, tu te fous de ce qu’elle peut imaginer découvrir au fond de tes prunelles émeraude. Ses doutes sur ton histoire ne sont que passagers, tu sais très bien qu’au bout d’un moment elle te croira. Pas aujourd’hui, elle était trop méfiante pour te croire alors que tu étais en condition de mentir, mais au fur et à mesure du temps, lorsque tu lui donneras des preuves dans des situations banales, une mot échappé sur la situation en Corée, un sourire en recevant des nouvelles de la situation là bas, un message de tes frères à qui tu manquais, toutes les situations seraient propices à consolider ton histoire et tu le savais : tu n’étais pas inquiète Nevaeh, pas à cause de ça.

Ravalant un soupir tu passes une main dans tes boucles brunes sans quitter Coronis des yeux : « Loin de moi l’idée de te sous-estimer Coronis. » Tu prends un air entendu, comme pour t’excuser à demi-mots de l’avoir considérée de la sorte. Mais tu ne t’excusais jamais Nevaeh c’était loin d’être ton style, chacune de paroles que tu prononçais en la présence de ta camarade n’avait qu’un but, un objectif : réparer le lien qui avait commencé à se tisser entre vous des mois auparavant. Doucement mais surement, faire glisser la brune dans tes filets, comme tu avais commencé à faire l’année passée. « Dis moi tout, qu’est ce que tu attends de moi ? » Tu te pares de bonnes intentions, comme des dizaines de bijoux qui s’entrechoquent autours de ton cou, un vêtement d’apparat seulement là pour cacher ce qu’il y avait en dessous. Des marques d’un combat interne, des traces de lutte, les blessures de la guerre que tu menais avec ton propre esprit. Mais ces bijoux te pèsent, t’étouffent, ta gorge est serrée : pourtant rien ne transparait de ton armure, ni les peurs, ni les traces de ton mensonge, tu étais hermétique à toute émotion extérieure qui pourrait mettre à mal ta couverture, tu n’avais pas le choix, la chute serait brutale si quelqu’un apprenait la vérité. « Tu sais que je ne peux rien te refuser de toute façon. » Tu croises les bras sur tes genoux en jetant un regard discret à la Wright, tu lui donnais du pouvoir, comprendrait-elle que ce n’était qu’une façade pour avoir tes cartes en place et prendre l’avantage. « Allez, dis moi ce que tu veux que je fasse ? » Un sourire malicieux se glisse sur tes lèvres tandis que tu ajoutes en portant ton regard sur la bouche de ta compagne nocturne : « Si ça implique gouter à ces délicieuses lèvres… Je n’en serais que plus ravie. » Tu ne passes pas par quatre chemins, t’avais jamais été timide, tu n’attendais pas que le désir pointe le bout de son nez : tu savais bien qu’à un moment ou un autre vous partageriez le même état.  



Do I wanna know?

If this feeling flows both ways Sad to see you go Was sorta hoping that you'd stay Baby we both know That the nights were mainly made for saying Things that you can't say tomorrow day Crawlin' back to youanaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coronis Reeves
☼ ray of fucking sunshine
›› parchemins postés : 254
›› connexion : 7/7
›› avatar : naomi scott
›› © : vava : forward, signa : astra, gifs : dailynaomiscott, quotes : dodie
›› double-compte : aedan galbraith le nerd
BOTANIQUE ET MAGIZOOLOGIE

›› âge : 24 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : botanique, soins aux créatures magiques, astronomie (obligatoires), divination et vol (facultatif)
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 236

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: coronaeh ◊ more than you know   Ven 10 Nov 2017 - 10:00

MORE THAN YOU KNOW
OU POURQUOI IL FALLAIT DONNER DES NOUVELLES + ft. nevaeh d'alverny.
Coronis sourit sans trop croire que les parents de Nevaeh parents ne la marieront pas à temps pour avoir son nom de femme mariée sur son diplôme. En plus d'être bêtes et bigots, les sang-pur « à l'ancienne » avaient aussi le talent d'être têtus comme des ânes.
-Bon courage pour ça, dit finalement Coronis avec un sourire.
Elle entendait tellement d'histoires d'horreur sur les mariages entre sang-pur qu'elle plaignaient Nevaeh d'avance. Après tout, qu'elle se marie avant ou après avoir fini l'université, le résultat serait le même ; elle serait forcée à rester à la maison ou à bosser à mi-temps dans un job largement au-dessous de ses capacités, juste histoire de servir d'usine à bébés. Sang-pur, probablement destinés à la même vie morose et toute tracée de leur mère. Tout ça perdait vraiment de son intérêt au fur et à mesure que les mentalités évoluaient. Les sang-pur ne réussissaient à faire qu'une chose en soutenant ce système arriéré : embêter tout le monde, et principalement eux-mêmes.
Quand Coronis se tourne vers Nevaeh, celle-ci ne baisse pas les yeux, soutient le regard avec un air décidé, comme pour finir de la convaincre et finalement ce fut Coronis qui céda, plus par fatigue de ce contact visuel que pour s'avouer vaincue. Alors qu'elle avait détourné le regard, Nevaeh continuait à la scruter, lui adressa un semblant d'excuse, cherchait déjà à l'endormir. Elle lui demande ce qu'elle veut ; Coronis prend la vérité et la teint d'une autre couleur, avec un sourire mutin plaqué à ses lèvres :
-Je ne sais pas.
Lance à la main, Nevaeh commence à évaluer le terrain, à évaluer Coronis elle-même, le sourire aux lèvres. Pour les deux filles ce qui suivait étaient simple : ce n'était pas un jeu de séduction, mais une guerre. Nevaeh souriait comme un couteau, le plaisir coincé entre ses dents grinçantes, prête à mordre. Coronis avait aussi l'habitude de sourire comme ça, de se glisser dans son armure le cœur léger, de se lancer à l'attaque comme on attaque un buffet, mais ce soir elle avait du mal. Peut-être était la nuit, comme une chape noire alourdissant leurs épaules ; peut-être était-ce les mois qui venaient de passer, ses articulations qui avaient rouillé, ses muscles qui s'étaient enrayés à force de tourner à vide ; peut-être était enfin la discussion, la dispute qu'elles venaient d'avoir, les mots encore coincés en travers de sa gorge, les questions qu'elle brûlait d'envie de poser. Peut-être était-ce tout cela à la fois.
Coronis croyait fort au destin, voulait croire qu'elle n'était pas qu'une fourmi à la merci de vents contraires, que quelqu'un voulait l'envoyer quelque part. Si elle avait vraiment un guide penché par-dessus son épaule, il venait d'accumuler des signes, des excuses pour la forcer à ne pas se lancer là-dedans. Elle se rappela son téléphone dans sa poche, hésita à saisir la première occasion pour partir sous le prétexte que tout de même, elle devait téléphoner à ses parents. Qu'il ne fallait pas qu'elle soit sortie pour rien.
-Allez, dis moi ce que tu veux que je fasse ?  
Coronis ne répondit pas, évaluait encore ses possibilités, essayait désespérément d'écouter son guide. Si elle partait maintenant, si elle laissait Nevaeh en plan, elle aurait crâmé sa dernière allumette. Il était clair que la brune n'était pas de ces gens que Coronis pourrait poser et reprendre à sa guise, qu'elle n'allait pas se laisser jouer. Il fallait réfléchir vite, prendre une décision maintenant, au risque de la regretter à tout jamais.
A gestes lents Coronis enfila finalement son plastron, ajusta ses protections, se prépare à un choc d'abord physique entre elle et Nevaeh. Elle avait à peine entendu la proposition de Nevaeh, déjà plus explicite que sa première approche, mais son regard sur ses lèvres, le ton vacillant de sa voix comme une bougie sur le point d'être éteinte était assez pour que Coronis comprenne de quoi il s'agissait sans avoir à démêler les un des autres.
Le cœur lourd mais mue par l'envie de le faire, Coronis se pencha en avant et embrassa Nevaeh comme elle aurait menacé de tuer quelqu'un ; légèrement, pour rire, mais avec un sérieux sous-jacent, pour lui faire peur, comme si elle y pensait vraiment et préparait déjà son couteau. Sans trop s'attarder, elle s'écarta assez rapidement, laissant le loisir à Nevaeh, ou non, de remettre ça.
-Voilà, dit Coronis en rangeant une mèche derrière son oreille.
Un nouveau sourire se fit une place sur ses lèvres, sincère cette fois-ci.


code by bat'phanie


❝ life lessons ❞ That colourful mess is just colorful regret, black lipstick will never be a sin, we'll regret when we're old. And we're not bruised, they're just party tattoos. 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7752-passionately-smashing-every-expectation-coronis
 

coronaeh ◊ more than you know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
HUNGCALF UNIVERSITY
 :: Rez-de-chaussée :: La cour intérieure
-