Revenir en haut Aller en bas
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Summerbee et de Professeurs ! (a)
Partagez | .
 

 Hide&Seek (j1) ♦ (fb. Arsenault/Blow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Othello Lovingblow
répliques & tirades en folie ~
›› parchemins postés : 584
›› connexion : everyday.
›› avatar : Максим Матвеев
›› crédits : Gainsboro., prd.
›› multinick : elena la furie.
›› âge : 39 ans
›› situation : Fiancé(e)
ENSEIGNEMENT
par gigi la street que jem
›› profession : acteur, animateur dans son propre centre d'activités artistiques à inverness.
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 462

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Hide&Seek (j1) ♦ (fb. Arsenault/Blow)   Dim 1 Oct 2017 - 13:14


Une semaine de cousinades

Hide&Seek ~ you may respect the rules.

Ca y est, enfin, le vingt-cinq juin deux mille huit est arrivé. Ce jour, Othello l’a attendu avec tant d’impatience que tout lui semblait passer au ralenti ; comme chaque année, la fratrie Arsenault et la fratrie Lovingblow sont réunies. Pendant presque une semaine, les seize cousins et cousines se retrouveront et feront des jeux dans l’immense parc de la maison familiale. L’acteur a tout juste trente ans, et en tant qu’aîné, sa mère lui a demandé de préparer les jeux. Pris au dépourvu -cela faisait bien longtemps qu’il ne créait plus de jeux-, Othello avait opté pour un planning très simple ; aujourd’hui, ce serait un cache-cache géant dans la maison. Il faut dire que cette dernière avait les dimensions idéales pour ce genre de jeux ; trois étages, une quinzaine de chambres, trois salons,… Son achat s’était avéré particulièrement coûteux mais il avait vraiment valu la peine.

Othello s’était donc réveillé tôt ce matin-là ; sa chambre se trouvait au premier étage, et la vue était plein parc. C’était reposant, agréable, tout ce dont il avait besoin. En moins d’une heure, il fut lavé et habillé ; il savait que toute sa famille aimait lorsqu’il mettait ses tenues fantaisistes ; il avait donc choisi une jolie chemise bleue claire sur laquelle était dessinés à la main quelques vagues, de façon très simplifié, rappelant La Grande Vague de Kanagawa. De jolies Derby jaune poussin et bois aux pieds, il quitta l’étage et se rendit dans le premier salon. Sa mère était toujours aussi jolie, coiffée avec précision, elle portait un tailleur rose pêche et une jupe assortie. « Mon chéri, ils vont bientôt arriver. » Il lui sourit avec tendresse. « Je sais maman, je sais, je les attends. » Il entend Ayla, derrière, qui arrive. Elle n’a jamais été aussi jolie que dans sa petite robe préférée. Othello lui fait un grand sourire.

Moins d’une minute plus tard, ils entendirent une voiture se garer dans l’allée. Des portières se claquer. Emma sourit. Elle a reconnu la voix grave de son grand frère, Octavius. On sonne à la porte, Othello se hâte d’aller ouvrir. C’est Valeria qui rentre la première, suivie de Peeta et Levy qui se chamaillent, puis de Jules qui donne la main à la petite Alix. Un grand sourire illumine les visages. Emma les embrasse chaleureusement, prend de leurs nouvelles, puis leur demande à tous d’aller se déchausser, et d’un coup de baguette, elle fait sortir les chaussons d’un placard. Chacun a son nom inscrit dessus, et chaque couleur a été soigneusement choisie par la tenancière des lieux. Octavius sourit à sa sœur, la prend dans ses bras, la faisant voler. « Tu n’as jamais été aussi belle, mon Emma ! » Il y a tellement de bruit dans le grand hall que vous n’avez même pas remarqué qu’une autre voiture se garait. De celle-ci émergent Jasper et toute sa famille. Esteve court vers la maison, laissant aux autres le soin de s’occuper des bagages. La porte étant ouverte, elle se jette dans la maison et se lance dans les bras d’Emma, la couvrant de bisous. Othello, lui, prend dans ses bras la jolie Lyzon, pendant que les garçons arrivent avec les valises. Jasper sourit à leur hôte, lui parle un peu puis se dirige vers l’étage supérieur, soucieux de poser ses affaires. Gary et Davyd arrivent enfin, jettent leurs sacs dans l’escalier, puis sautent dans toute la pièce, jusqu’à ce que Cristobal leur demande de se calmer un peu. Véritable capharnaüm, personne n’entend Octavius glisser quelques mots à sa sœur. « Antigone arrivera en retard, tu la connais, toujours en train de se perdre alors qu’elle a fait le tour du monde ! » Cette blague est récompensée d’un rire cristallin.

Tous enfilent leurs chaussons, et on passe directement à table, véritables ogres affamés qu’ils sont. Emma a soigneusement préparé le premier repas ; en entrée, elle a confectionné une centaine de petites tartines, certaines au thon, certaines au poulet, d’autres au saumon, ainsi que quelques petits fours classiques, minis hot-dog, minis pizzas,… Elle demande aux enfants d’en laisser un peu pour leurs cousins Arsenault, et sert une Biéraubeurre à Octavius, tandis que Jasper se « contente » d’une Heineken. Pour les enfants, Othello a choisi toutes sortes de boissons gazeuses, allant du Perrier au Diabolo, jusqu’à même du Crachofeu, ce soda dont tous raffolent car il leur fait jaillir quelques flammèches de la bouche lorsqu’ils soufflent. Alors qu’Emma repart en cuisines, heureuse et fière de sa famille, Antigone et ses enfants débarquent en courant dans la maison. Ils enfilent leurs chaussons à la hâte, projettent leurs valises à l’étage d’un coup de baguette et rejoignent la mère d’Othello en cuisines. « Ne me dis pas que vous avez pris un Portoloin, Anty ? » Sa sœur lui sourit, lui assure que si, mais que c’est bien, c’est formateur pour les enfants. Ils l’aident ensuite à apporter les plats à table, dans la salle voisine.

C’est un véritable défilé pour les papilles que vous a concocté Emma, et c’est aussi pour cela que le repas se passe dans la bonne humeur. Lorsque, enfin, arrivent les desserts, elle vous sourit et s’amuse du fait que chacune des verrines qu’elle vous a préparé, avec amour bien entendu, a des effets étranges. Il y en a six types, chacune se différenciant des autres par sa couleur et sa composition. Othello choisit d’en prendre une bleue, que sa mère lui assure comme étant faite de cerises colorées et de chocolat blanc. Soudainement, ses cheveux virent au bleu nuit, et tous commencent à rire, se jetant sur les verrines.

Le repas terminé, chacun monte s’installer dans sa chambre. Une heure passe, durant laquelle des jeux calmes sont faits dans chaque pièce, puis l’acteur descend, glisse quelques mots dans l’oreille de sa mère, puis se poste en bas de l’escalier impérial. Là, il hurle, de façon à ce que tous l’entendent. « Bon, les cousins, on va faire un cache-cache, que tout le monde descende ! » C’est une véritable ruée qui s’opère, et il s’écarte pour que tous descendent. Le compte est bon. Tout le monde est là. « Bien, parfait. On va juste fixer quelques règles : on a tiré un nom au hasard, et ce sera donc à moi de compter pour aller tous vous trouver. On a le droit de se cacher partout, que ce soit au sous-sol ou dans le grenier, mais pas dehors. De même, lorsque je vous demande de crier, c’est obligatoire de répondre. Maman, tante Anty et tonton Octave jouent aussi. Nous sommes donc précisément vingt joueurs. Je compte jusqu’à soixante… Alors, à vos marques, prêts, partez ! »

Un. Deux. Trois. Il entend quelques pas dans les pièces voisines. Quatre. Cinq. Six. Quelques marches dans l’escalier font retentir la montée à l’étage supérieur. Sept. Huit. Neuf. Othello entend des portes s’ouvrir, d’autres encore se fermer. Dix. Onze. Douze. Treize. Quatorze. Quinze. Sa mère rit, il reconnaît aussi la voix d’Antigone dans la cuisine, qui se rend compte qu’il a déjà commencé à compter. Seize. Dix-sept. Dix-huit. Dix-neuf. Vingt. Il discerne quelques mots échangés entre Prudence et Peeta. Vingt-et-un. Vingt-deux. Et ainsi de suite. Lorsque enfin arrive quatre-vingt, il regarde tout autour de lui.

Ça y est, le jeu commence enfin.

Code by Fremione.



Ce RP se passe donc il y a précisément neuf années, je vous laisse donc faire le calcul avec l'âge de vos personnages. Les cousinades ont lieu plus ou moins chaque année, car c'est un moment de joie, de détente, de jeux et de partage de toute la famille. Aucune limite de mots, aucun contexte imposé, juste un cache-cache dans la maison familiale... Alors, à vos marques, prêts, cachez-vous !

(toutes les infos supplémentaires sont en bas)

Pour les verrines:
 

Répartition des chambres:
 

Plans des étages:
 



- le temps est incertain, mais l'amour est assuré, ce sont les bijoux d'une époque passée.

crews:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hide&Seek (j1) ♦ (fb. Arsenault/Blow)   Mer 11 Oct 2017 - 3:23


une semaine de cousinades (+) hide&seek
arsenault & lovingblow
Aujourd’hui était un grand jour. En ce vingt-cinq juin deux mille huit, tu étais certaine de pouvoir profiter d’une merveilleuse journée, même de quelques journées géniales considérant ce qui t’attendait. C‘était après tout un jour que tu avais tant attendu : la réunion familiale des Arsenault-Lovingblow. Cela faisait forcément naitre un sentiment de joie dans ton fort intérieur. Il n’y avait rien qui te faisait plus plaisir que de passer du temps avec ta famille, encore plus lorsque ça impliquait la famille élargie. Très proche de tes cousins et tout particulièrement d’Othello, il te tardait de les revoir. Ainsi, avant même qu’il soit temps de partir, tu étais prête, sagement installée dans le hall de la maison. Tu avais de quoi t’occuper : les bouquins ne manquaient pas pour te préparer aux B.U.S.E. que tu devrais passer cette année.
Puis vint le temps de prendre la route pour vous diriger chez votre tante Emma. Ce n’était pas bien loin, un tour de voiture qui s’annonce tout de même un minimum pénible lorsque c’est Peeta qui s’installe à tes côtés. Tu avais beau apprécier ton frère, il arrivait que vos interactions finissent en chamailleries. Cette journée semblait vous prédestiner à une telle conclusion, l’excitation ne faisant pas ressortir vos meilleurs côtés. Tu fus donc encore plus contente lorsque la maison de votre tante se dessina dans ton champ de vision. Votre petite dispute, partie pour on ne sait trop quelle question, ne cessa que lorsque toute la famille ait passé le cadre de la porte. Tu t’empressas d’aller saluer ta tante avant de faire comme elle disait et enfiler des chaussons à la place de tes chaussures. Tu étais en train de t’atteler à la tâche que de nouvelles personnes entre dans le hall. Ton sourire s’agrandit lorsque tu réalisas qu’il s’agissait des cousins Lovingblow - qui n’étaient techniquement pas dans ton arbre généalogique, mais que tu appréciais tout autant. Il ne restait qu’une branche de la famille, celle de ta tante Antigone, mais leur arrivée ne saurait tarder.

En attendant, tous passèrent à table et tu fis bien attention de t’installer loin de Peeta. Hors de question de vous chamailler à nouveau, cela pourrait assombrir cette belle journée. C’est donc à côté d’Ayla que tu décidas de t’assoir en lui adressant un beau sourire. Le repas était un délice que tu savouras volontiers sans pour autant te gaver. Déjà à quinze ans, tu était bien soucieuse de ton apparence. Cela dit, l’arrivée des verrines brisa ta belle motivation. Elles avaient l’air bien trop bonnes pour que tu puisse y résister en toute conscience. Il était encore plus difficile de refuser d’en prendre en voyant l’effet de celle que prit Othello. Ta curiosité était bien trop piquée pour que tu ne tentes pas à ton tour. Ton choix se porta sur une verrine d’une couleur différente, justement pour assouvir ton envie de découverte. C’est donc une verrine blanche que tu décidas de gouter. La saveur était exquise, mais elle faisait pâle figure en comparaison des effets qu’elle causait. Tu sursautas lorsque des étincelles quittèrent ta bouche dès que tu l’ouvris. Tu adressas un sourire à Ayla avant de faire remarquer : « Moi qui aime les dragons, j’ai presque l’impression d’en être un. » C’était bien quelque chose qui s’en rapprochait, ces étincelles. Un peu plus et tu pourrais cracher du feu sans l’aide de Crachofeu.

Une fois le repas terminé, tu montas t’installer dans la chambre que tu partageais avec Esteve. Tu te doutais d’ores et déjà que de nombreuses activités étaient prévues, si bien qu’en attendant tu préféras t’installer à nouveau avec un bouquin. Tu ne vis pas le temps passer avant que la voix d’Othello résonne dans la maison. Tu descendis avec les autres cousins pour écouter les instructions. Cache-cache, voilà un jeu pour lequel tu n’étais pas trop nulle normalement. Tu avais certes un désavantage du fait des étincelles qui scintillaient à chaque fois que tu ouvriras la bouche, mais peut-être qu’avec de la chance tu saurais te cacher avec brio. Dès que le signa fut donné, tu te précipitas vers les escaliers. Tu n’avais pas d’idée particulière, si ce n’était que plus tu te cachais loin d’Othello, moins il y avait de chance qu’il te trouve la première. C’est donc vers le grenier que tu dirigeas. Il contenait suffisamment de meubles pour que tu y trouves une cachette. Ton choix se porta finalement vers une grosse armoire dans laquelle tu pouvais entrer en te repliant un peu. Avec de la chance, ce ne serait pas une si mauvaise cachette.
londres | 2008
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cristobal Lovingblow
stitch by stitch I tear apart
›› parchemins postés : 304
›› connexion : quotidienne les amigos!
›› avatar : Richard Madden.
›› crédits : gorgeousmali
›› multinick : Theodore Maslov.
›› âge : 32 printemps et quelques poussières.On dit que le temps passe vite, Cristobal ne peut le nier.
›› situation : Désespéré(e)
SORCIER SALARIE

›› profession : Langue-de-plomb. Il est même superviseur de sa division.
›› nature du sang : sang-mêlé
›› gallions sous la cape : 326

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: Hide&Seek (j1) ♦ (fb. Arsenault/Blow)   Ven 3 Nov 2017 - 17:26

les cousinades

"Ohana signifie famille. Famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié."

Juin deux mille huit. L'été de toutes les folies déployait presque pleinement ses ailes. À l'aube d'un solstice chaleureux, les contrées anglaises perdaient peu à peu de ses bourgeons pour gagner en explosion florale. Une magnifique toile pour le regard de tous et chacun, qu'il soit de sang sorcier ou non. Il était toujours émouvant de voir à l'oeil nu l'éveil puissant d'une nature imprévisible. Cristobal avait vingt-trois années à son compteur et il était un des plus grands étudiants de sa maison, les Lufkins. Un élève  à l'écoute, silencieux, gêné certes, mais de franche camaraderie si on lui donnait sa chance. Il était peut-être encore célibataire, peut-être était-il solitaire également, mais il était comblé dans ces années-là. Et chaque année, il attendait ce fameux jour avec une impatience à peine camouflée. Il en parlait à ses amis et à quiconque voulait l'entendre qu'il allait rendre visite  à sa famille après la série d'examens. Chaque an se répétait la même histoire, mais c'était une boucle amusante. C'était l'occasion de revoir tout le monde.Qu'était-ce donc, cette fameuse journée dont l'aîné de sa fratrie s'enthousiasmait tant? Et bien, elle s'appelait  : les cousinades. La réunion des Arsenault et des Lovingblow, de tous les cousins en somme. Et ils s'entendaient tous. Chacun y trouvait son compte, autant chez les petits que chez les plus vieux. Cristobal se souvenait encore avoir plus que hâte de retrouver Othello, qui était de la même tranche d'âge que le prodigieux étudiant.

Ils étaient donc tous les neufs entassés dans une voiture familiale, lui, ses parents et les septs mini Lovingblow tout fringuants, vêtus de leurs plus beaux habits. Cristobal avait opté pour quelque chose d'extravaguant pour une fois, une grosse veste framboise contrastant délicieusement avec un pantalon de suède vert forêt, offerte par Madame Blansec, une amie de sa mère. « Calmez-vous les enfants, nous arrivons bientôt » avait-il intimement murmuré aux plus jeunes de sa fratrie alors que ça grouillait de vie derrière. Cristobal faisait office de second quand les parents n'étaient pas dans les parages. Or, comme ils ne pouvaient intervenir le jeune Lovingblow se permit un peu d'autorité pour le peu de temps que cela passerait tout juste avant d'arriver chez son oncle et sa tante où se déroulerait leur réunion familiale annuelle. Esteve ne prend pas le temps de les attendre qu'elle s'élance déjà vers la maison, les laissant avec leur bagage. Bien. Cristobal aiderait ses parents à les ranger d'un coup de baguette. Il aida tout ce beau monde et le temps fila à toute vitesse, bien vite les convives s'alignèrent à la table pour festoyer autour d'un majestueux festin. Vint le moment du fameux dessert où une verrine d'un jaune soleil au goût de banane et de citron qu'il mangea avec grand plaisir, il n'en connaissait pas encore les effets, bien qu'il se doutait qu'il y s'y trouvait certainement un peu de magie à voir la réaction de ses cousins. Mais le sien n'avait absolument aucun effet visible. Il haussa les épaules. Il monta à sa chambre, celle-là même qu'il partageait avec Peeta et c'est alors qu'on annonça une partie de cache-cache.

Il haussa les sourcils...N'était-il donc pas trop vieux pour cela? Qu'importe, les cousinades étaient faites pour lui rendre son âme d'enfant. Il descendit les escaliers furtivement, bien avant tout le monde et fixait Othello de ses grands yeux azurés. Il l'écouta attentivement annoncer le ton de la partie, et expliquer les règles très brièvement. Le jeune Cristobal acquiesça donc d'un bref signe de tête et se mit aussitôt à chercher une cachette des plus créatives. C'est en essayant de trouver la cachette idéale d'ailleurs qu'il se rendit compte qu'il pouvait se faufiler dans n'importe quel espace restreint, il sourit donc d'un air angélique et décida de se glisser en dessous du coussin du banc à l'entrée, s'y fondant parfaitement. Il ne lui restait qu'à attendre qu'Othello ne le trouve.
made by roller coaster


† Where only the sweetest words remain every kiss is a cursive line and every touch is a redefining phrase.I surrender who I’ve been for who you are for nothing makes me stronger than your fragile heart.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t8098-self-destructive-cristobal-lovingblow
 

Hide&Seek (j1) ♦ (fb. Arsenault/Blow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Londres & le monde :: Habitations moldues & sorcières
-