Revenir en haut Aller en bas
VINGT MILLE LIEUES SOUS LE LAC
Le domaine est infesté de strangulots et les êtres de l'eau requiert votre aide !
Participez au défi et remportez des gallions !
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Wright ! (a)
Toi aussi, tu aimes Hungcalf ?
Alors vote sur les top-sites et laisse un petit com' sur Bazzart et PRD !
Partagez | .
 

 Don't faint redhead girl. It's dissection time. (Giurydice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Giuseppe Vlass
Liar King
›› parchemins postés : 806
›› connexion : idk
›› avatar : ken samaras
›› crédits : afanen
›› multinick : vini, vidi, vici, vindictus bell
›› âge : Ventidue anni (22)
›› situation : Désespéré(e)
MEDICOMAGIE

›› années d'études : 4ème année
›› options obligatoires & facultatives : Potions, Sortilèges, SACM, + Études des Runes, Dragonologie, Botanique, Astronomie
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 451
MessageSujet: Don't faint redhead girl. It's dissection time. (Giurydice)   Dim 19 Nov 2017 - 4:38


Giuseppe & Eurydice

Don't faint redhead girl. It's dissection time.


Je me réveilla en sursaut de mon litToujours à cause d'un cauchemar, mais cette fois-ci il était différent. J'étais enfermé dans une salle d'opération seul, opérant un cadavre humain. Soudain, du sang se mit à couler abondamment de l'incision , comme une fontaine le ferait. Le cadavre, couvert entièrement de l'écoulement d'hémoglobine, me sauta dessus. Je me retrouva prisonnier. Je ne pouvais même pas crier à l'aide, le corps s'appuyant fortement sur ma poitrine. Lors de mon réveil, j'éprouva des difficultés respiratoires et une vive douleur au niveau du diaphragme. Pourtant, rien de ce qui s'était passé ne s'est réellement passé. Tout ça, c'est dans ma tête. Paralysie nocturne sans doute. Un grand verre d'eau fraîche m'aiderait à retrouver mes esprits. Et je devais les retrouver au plus vite. Car aujourd'hui, une grande tâche m'attendait : dissection d'un cadavre humain. Tiens, quelle coïncidence.

Je regardai mon reflet dans la glace. Putain que j'avais l'air pitoyable. On aurait pu facilement me confondre avec un cadavre, avec mon éternel teint blanchâtre et mes cernes creusées. Ne t'inquiète pas Giuseppe, tout va bien aller, tu ne vas pas être seul cette fois-ci, calme toi. J'essayai tant bien que mal de retrouver un état de contrôle sur moi. J'allais peut-être accompagné pour ce coup-là, mais ça ne voulait en rien dire que l'opération à se dérouler sans accrocs. J'avais tout de même confiance, puisque le professeur m'avait jumelé avec quelqu'un de compétent, tout de même. Eurydice Bushnell. Je ne pourrais pas vraiment décrire avec des mots la relation que je partage avec elle. Je sais qu'on a beaucoup de ressemblances. Deux très bon étudiants de 22 ans, étudiant en médicomagie, attirant l'attention et nos deux familles ayant du faire face à plusieurs scandales. Nos ressemblances sont surement aussi nombreuses que nos divergences. Eurydice, m'intrigue. Son côté peste Véritablement. Comment peut-on autant se ressembler mais en même temps être autant différents ? Je déteste ne pas avoir de réponse à mes questions. Ça a la facheuse tendance de me donner des maux de tête insupportables.

Je transplana jusqu'à l'hôpital Sainte-Mangouste, là où notre travail allait devoir prendre place. Toujours dubitatif face à l'épreuve future. J'ai développé une peur bleue quant à la vue du sang. Un phobie, pourrait-on dire. Bizarre quand on est dans le cursus de médicomagie, hein ? Ça serait un beau défi, m'étais-je dit au tout début. Une tête bien faite comme moi ne deviendrait pas acteur afin d'amuser les petites gens. Non, si je devais passer le rester de mon existence ici, je ferais au moins quelque chose d'utile. Quelque chose pouvant peut-être les aider à retarder leur date de départ pour l'au-delà. Quelque chose qui pourrait les inciter à ne pas prendre le même chemin que j'ai décidé de prendre. 

On était dans une salle quasiment entièrement blanche. La même que dans mon cauchemar. Quel beau commencement, j'ai confiance. Eurydice était la, elle aussi, évidemment. Elle n'avait pas l'air d'avoir peur, elle semblait plutôt sure d'elle. Même si elle aurait eu la trouille, je doute qu'elle l'aurait montré explicitement. Je devais me montrer solide. Je ne devais pas flancher, surtout pas devant la jeune rousse. D'ailleurs, sa chevelure de feu était bien le seul truc colorée par ici. T'as pas intérêt à t’évanouir, parce que je ne serai pas là pour te relever , lui dis-je, bien sûr sur un ton sarcastique. Je ne m'appellerais pas Giuseppe si mes dires n'étaient pas entachés d'une touche de sarcasme. Je couvrit ma bouche d'un masque, avant d'attraper un scalpel, sur la table d'opération. J'espère bien que t'es prête Eurydice, on a pas le droit à l'erreur sur ce coup-là, dis-je, cette fois-ci d'un ton impérieux.  
AVENGEDINCHAINS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7875-giuseppe-vivera-la-tua-vita-e-lasciare-un-commento
avatar
Eurydice Bushnell
✝ queen of thorns
›› parchemins postés : 962
›› connexion : Au moins le week-end
›› avatar : Madelaine Petsch
›› crédits : charney (avatar) ; beerus (signa) ; tumblr (gif)
›› âge : Vingt-deux ans
›› situation : Célibataire
MEDICOMAGIE

›› années d'études : 5ème année
›› options obligatoires & facultatives : Sortilèges, potions, soin aux créatures magiques
(+ Botanique, métamorphose et défense contre les forces du mal)
›› profession : Stagiaire à l'hôpital Sainte-Marie
›› particularité : Occlumens
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1031

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
boutique de gallions:
MessageSujet: Re: Don't faint redhead girl. It's dissection time. (Giurydice)   Dim 17 Déc 2017 - 10:08

Don't faint redhead girl. It's dissection time.
EXORDIUM.

« Maman, je suis à l’hôpital aujourd’hui. », dis-tu au bas des escaliers, suffisamment fort pour qu’on puisse t’entendre même depuis l’autre bout du manoir. Aujourd’hui, tu allais enfin mettre en pratique tout ce que tu as appris à l’université d’Hungcalf depuis ces quatre dernières années. Et il y en avait des choses qui parcouraient ta tête. Que ce soit les pathologies, les remèdes et les protocoles pour les réaliser, ton cerveau a su créer de solides connexions pour qu’un maximum d’informations puisse s’ancrer dans ta mémoire. Bien que tu apprécies te savoir érudite, il te manquait l’application de tes connaissances, de quoi les employer sur le terrain et enrichir tes expériences avant que tu ne rentres dans la vie active. Toutefois, tu n’envisageais pas une seule seconde de te voir toi, un scalpel à la main, pour une première expérience. De ce fait, lorsque tu appris la nouvelle il y a quelques jours, ta réaction ne fut pas gentillette.

(***)

« J’ai dû mal entendre… », avais-tu dit plutôt offusquée en te tournant vers tes camarades de table. Tu te trouvais dans la salle de classe de médicomagie pour que l’on t’attribue ton nouveau travail de groupe, à la fois impatiente de tout savoir et choquée par ce que tu venais d’entendre. Tellement choquée que tu ne prêtais pas attention aux autres groupes énoncés après toi. Il fallut que tu attendes la fin de la réunion pour obtenir des réponses auprès de ta professeure. « Excusez-moi Madame. », formulas-tu pour interpeller l’attention de ton encadrante. « Comment ça une dissection avec Giuseppe Vlass ? » Une interrogation qui démontrait plutôt bien ce qu’il se passait dans ta tête. L’enseignante, sereine, ne mit pas beaucoup de temps à te répondre. « Pourtant, votre binôme à l’air de plutôt bien fonctionner. » Là n’était pas la question et manquant de lui couper la parole, tu repris avec autant de mordant. « Giuseppe n’est pas la problème. Le problème vient de la dissection ! Pourquoi les autres ont des visites au jardin botanique et des ateliers potions alors que nous, nous allons devoir disséquer un… corps ? » Ta vivacité fit sourire ton interlocutrice. « Peut-être parce que vous êtes les meilleurs de votre promotion et qu’il ne vous fallût une activité à la haute de vos capacités. » Tu étais étonnée par sa réponse, mais pas trop non plus. Tu ne t’attendais pas à cette raison, même si tu croyais déjà faire partie de l’élite de ta classe. Tu laissais passer un « Oh… », l’entendre de la bouche du professeur étant d’autant plus jouissif. Tu paraissais tout de suite plus confiance et apaisée. Tout devrait bien se passer vu que vous êtes les meilleurs.

(***)

Aussitôt après avoir reçu l’approbation de ta mère, tu sortis de chez toi pour finalement transplaner jusqu’à l’hôpital Sainte-Mangouste. Une fois sur place, tu demandais ton chemin à la première hôtesse que tu croisais, celle-ci t’indiquant une salle relativement éloignée des autres. Directement, tu pensais qu’ils éloignaient les dissections pour ne pas heurter les patients et les passants. Tu arrivas la première et le moins que l’on puisse dire était que la pièce était vide. Des murs blancs, une fenêtre bien trop petite pour cette salle et sur le côté, un lit et de quoi autopsier. Tout cela t’oppressait quelque peu. Tu posas tes affaires dans un coin de la pièce, mimant un sentiment d’aisance pour te rassurer. Puis, arriva ton partenaire quasi-quotidien, Giuseppe Vlass, l’italien qui partageait plusieurs points en commun avec toi. « T'as pas intérêt à t’évanouir, parce que je ne serai pas là pour te relever. » Tu fis mine de ne pas relever, comme dérangée par cette soudaine prise de parole. « On préfère vous enseigner la recette du tiramisu plutôt que les formules de politesse en Italie ? » Une réplique cliché et percutante digne de toi. Tu continuas d’un ton sarcastique et globalement narquois. « Bonjour Giuseppe. Comment vas-tu en cette superbe journée pluvieuse d’automne ? » Puis, tu finis par revenir sur le propos du garçon. « Ravie d’apprendre qu’on peut te faire confiance... Et puis, je sais très bien que tu es un chevalier servant refoulé. » Tu manquais de pouffer un rire. Tu le suivis au niveau de la table d’opérations, un drap recouvrant l’entité sur la table.

Vous n’avez reçu aucune indication quant à la ce que vous allez disséquer. Tu t’attendais donc au pire, à un troll ou à détraqueur. Tu mis une paire de gants, le masque avant de te tourner vers Giuseppe. « J'espère bien que t'es prête Eurydice, on a pas le droit à l'erreur sur ce coup-là. » Tu le trouvais un peu trop cynique pour le coup mais il est vrai qu’un échec ne serait pas apprécié. Tu plaças tes mains sur le drap, te penchas quelque peu puis ouvras légèrement le tissu pour laisser transparaitre la nature de l’élément à autopsier. Tu expiras lentement, soulagée. « C’est bon, c’est un homme. » Tu détendis complétement le tissu, dévoilant un corps d’homme à la peau rose pâle, signe d’une mort plutôt récente. « D’ailleurs, à la fin du dernier cours, la professeure m’a clairement dit que nous étions les meilleurs de la classe. », ajoutas-tu pour vous mettre un peu plus en confiance. Ton partenaire ayant pris en main le scalpel, tu décidas de l’assister dans ses incisions. Tout se passait bien pour le moment, jusqu’à ce que ton regard ait perçu un mouvement, tremblement qui ne devrait pas avoir lieu étant donné l’état du corps. Affolée, tu enlèves tes mains de l’homme, faisant échapper un petit cri. « Dis-moi que toi aussi tu l’as vu bouger ! », annonças-tu en pointant du doigt la main du mort. S’il ne pouvait pas, il avait de quoi te prendre pour une folle.
 


A girl (yeah-yeah, yeah)

Dream lover, until then I'll go to sleep and dream again that's the only thing to do till all my lover's dreams come true.
   

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7673-poison-ivy-eurydice-b
avatar
Giuseppe Vlass
Liar King
›› parchemins postés : 806
›› connexion : idk
›› avatar : ken samaras
›› crédits : afanen
›› multinick : vini, vidi, vici, vindictus bell
›› âge : Ventidue anni (22)
›› situation : Désespéré(e)
MEDICOMAGIE

›› années d'études : 4ème année
›› options obligatoires & facultatives : Potions, Sortilèges, SACM, + Études des Runes, Dragonologie, Botanique, Astronomie
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 451
MessageSujet: Re: Don't faint redhead girl. It's dissection time. (Giurydice)   Jeu 1 Fév 2018 - 3:20


Giuseppe & Eurydice

Don't faint redhead girl. It's dissection time.


Je n'en avais pas conscience, mais plus mon scalpel s'approchait du corps de l'homme, plus ma main tremblottait. À vrai, j'avais peu confiance en ce que je m’apprêtais à disséquer. Même en étant l'un des meilleurs de ma promotion, comme Eurydice me l'a rapporté, le stress me suit et me suivra toujours. N'est-ce pas de là que naît le courage, du stress permanent ? Ça ne m'étonne pas plus que ça, dis-je à mon acolyte, en réponse à son commentaire qu'elle eut énoncé tantôt. T'en connais des meilleurs que nous? Il faut dire qu'une Bushnell et un Vlass, ça travaille étonnement bien. Je me surestimais peut-être un peu trop, mais je ne disais aucune fausseté apparente. Lentement, mais surement, j'appliqua une pression bien calculé avec mon couteau chirurgical sur la peau rosée, ma foi assez épaisse, de l'homme. Au même moment, alors que l'hémoglobine commençait à couler de l'incision pré-faite, Eurydice poussa un cri et m'annonça que le corps avait bougé, tout en me le pointant du bout de son doigt. Normalement, je lui aurai purement et simplement répondu que je n'avais pas le temps pour ces conneries, mais là je me retins, car elle ne déconnait pas.


Un mouvement à peine perceptible m'avait parcouru tout le corps, de l'index jusqu'au bas de mon échine. Putain de chair de poule. Perché arrivi sempre nel momento sbagliato? Mon cœur n'en finissait plus de battre. Il était surement rendu à 280 bpm. Je remis le couteau chirurgical à présent tâché de sang dans la bâche à instruments et me retourna vers la rousse. Qu'est-ce qu'on est censé faire Eurydice ? Crier à l'aide ? Je ne penses pas. Un raisonnement logique commençait à s'échelonner. Je cherchais surtout à nous déstresser tous les deux. C'est pas tous les jours qu'on voit un homme censé être mort bouger. Si, comme tu l'as dit, la professeure nous qualifie de meilleurs de la classe et bien, nous devons lui montrer qu'elle dit la vérité. La situation pourrait nous être favorable. Mon regard furtif laissa place à un sourire nerveux. Je m'approcha d'elle, pour lui chuchoter à l'oreille, comme si le corps pouvait nous entendre: C'est pas ça qui va t'abattre, hein ? Lorsque je me retourna, je crus que j'allais rencontrer à nouveau l'objet de dissection sur la table d'opération, mais au lieu de ça, je le vis, non pas bien couché sagement sur la table, mais bien droit devant moi, debout. Oui oui, l'homme supposément mort qu'on nous avait confié était à présent en train de me fixer d'un regard dur. De plus, il saignait, du fait de l'incision que j'avais pratiqué quelques minutes auparavant. Mon cauchemar devenait réalité. Littéralement. Mon corps se tétanisa, ma peau s'humidifia et des larmes coulèrent de mes yeux, même si je n'éprouvais aucune tristesse. Les seuls mots qui sortirent de ma bouche furent: Oh. Merde.

 
AVENGEDINCHAINS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t7875-giuseppe-vivera-la-tua-vita-e-lasciare-un-commento
 

Don't faint redhead girl. It's dissection time. (Giurydice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Londres & le monde :: Londres & Alentours :: L'hôpital Ste-Mangouste
-