Revenir en haut Aller en bas
Recensement de la rentrée
N'oublie pas de venir recenser ton/tes personnage(s) dans ce sujet avant le 21 octobre !
Tu ne sais pas quel groupe rejoindre ?
Et bien sache que nous manquons cruellement de Lufkin ! (a)
Toi aussi, tu aimes Hungcalf ?
Alors vote sur les top-sites et laisse un petit com' sur Bazzart et PRD !

Partagez | .
 
the evil queen - scylla&lilas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 10 Mar 2018 - 1:15 Sujet: the evil queen - scylla&lilas

L’immense et froide demeure des Muller surplombe le beau Londres de toute sa splendeur. Les derniers flocons viennent de perler sur la toiture immaculée, le printemps vous ouvre ses bras. Tu fais graviter tes valises jusqu’à la porte d’entrée. Tu n’as pas fait dans la demi-mesure, comme d’habitude. Le lustre du hall d’entrée illumine tes cheveux et les fait refléter sur les centaines de miroirs qui ornent les murs. Tu jettes un regard à ton reflet et passes délicatement le dos de ta main sur ton teint de porcelaine. Jamais un défaut. Aucune erreur n’est commise. Jamais Et surtout pas au moment de rentrer à la maison. Ton patriarche t’accueille à bras ouverts, le regard fier et le ton enjoué. C’est l’accueil qu’il te réserve à toi et seulement à toi. « Ma princesse. » Il dépose un baiser sur ta joue et te prie de bien vouloir partir te changer. En vérité, le patriarche Muller vous a tous réuni pour une raison bien précise, il ne fait jamais rien au hasard. Il doit vous parler et tous ses héritiers se doivent d’être là pour la petite soirée qu’il a organisé pour l’occasion. Tu lui souris et jettes ta douce crinière dans ton dos avant de rejoindre ta chambre. Tu t’assoies devant ta coiffeuse calmement et commences à te préparer. Les ordres de ton père sont les seuls auxquels tu obéis. Depuis toujours. Tu te dois d’être parfaite. Digne représentante du nom de Muller. D’ailleurs parlant de ça, tu n’as pas encore eu le malheur de croiser le reste de ta fratrie. En ce moment c’est pire que d’habitude. Le simple fait de les croiser à Hungcalf te provoque des nausées que tu peines d’ailleurs à dissimuler. Ils sont ton sang et pourtant le fait de te retrouver dans la même pièce qu’eux le temps d’une soirée risque de te couter l’intégralité de ton énergie. Tu décides de penser à autre chose. Tu sors les trente-deux robes que tu as ramenées de l’école pour toutes les étaler sur ton lit. Comme à ton habitude, tu les regardes pendant un long moment avant d’en venir à la conclusion évidente qu’aucune ne conviendra. Tu montes les yeux au ciel et te hisses sur tes pieds nus jusqu’à la chambre de ta sœur ainée. Peut-être qu’elle aura une fripe que tu pourras rendre portable pour l’occasion. Tu es tellement focalisée sur ton objectif que tu ne remarques même pas les valises déposées sur le côté du lit. Tu commences à fouiller en sortant et jetant par terre les premières robes absolument affreuses que tu trouves. Au bout de quelques minutes, tu commences à désespérer assise au milieu d’un tas de vêtements que tu refuses catégoriquement de porter. Tu t’apprêtes à renoncer quand un dernier tiroir attire ton regard. Tu fronces les sourcils et y plonges les mains. On ne sait jamais. Tes doigts caressent assez vite une autre texture que le coton qu’ils cherchaient, du papier. Tu fronces les sourcils et t’empares de ce qui se trouve être une enveloppe. Ste Mangouste. Un sourire presque malsain vient déformer tes lèvres. Tu n’hésites pas une seule seconde, tu t’empares de la lettre et tu en bois chaque syllabe. Un rire sourd s’échappe de tes lèvres au moment où tu comprends de quoi il s’agit. Tu t’apprêtes à courir tout raconter à ton père. Lui raconter comme sa fille met toute son âme pour salir le nom qu’il lui a donné. Sauf qu’elle est là. sur le seuil de la porte. Scylla. Tu ne fléchis pas. Tu restes droite et fière devant cette sœur que tu as en horreur. Aux aguets. Prêts à rugir. La panthère en toi  ne demande que ça. « Je suppose que les félicitations ne sont plus de rigueur du coup ? » lances-tu un léger sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scylla Muller
Magyar à pintes
›› parchemins postés : 3031
›› miroir du riséd : Xenia Tchoumitcheva
›› crédits : @Mad'Eyes
›› multinick : Tzvetelina Skinner & Sterenn Walsh
SORCIER SALARIE
›› âge : 27 ans
›› situation : En couple
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 2130

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 10 Mar 2018 - 2:16 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Ce week-end, c'est présence obligatoire pour Scylla et le reste de la fratrie Muller. L'invitation, si on peut appeler ça une invitation, car aucun des enfants ne peut refuser d'y venir à été envoyé par le patriarche le matin même. Qu'est-ce qu'il a aussi d'important à vous annoncer ? Un nouvel investissement qu'il vient de faire et il veut fêter ça en famille en se pavanant de son succès ? Il veut leur parler fiançailles ? Ça pouvait être tout et n'importe quoi.

La sorcière est arrivée il y a un peu plus d'une heure. Les salutations avec les parents ont été froides. Ce qui ne change pas de d'habitude à vrai dire. Elle monte dans sa chambre afin de déposer ses valises. Elle prend sort de son sac à main l'enveloppe qui porte le seau de Ste Mangouste. Elle voulait être au calme pour la lire. Se doutant de quoi il s'agit, elle ne voulait pas être entourée pour en découvrir le contenu. Mais elle n'ose toujours pas ouvrir cette foutue enveloppe. Cherchant un prétexte pour retarder le moment, elle prend la décision de réviser son dernier cours d'histoire de la magie. En cherchant le bouquin dans l'une de ses valises, elle tombe sur un livre d'arithmancie. Mais qu'est ce que ça fait là, ce n'est pas à elle. Elle se souvient alors qu'elle avait révisé ses cours à la bibliothèque avec un de ses amis qui a justement cette matière dans son cours. Un petit plaisantin à dû s'amuser à intervertir les bouquins. Ça n'aurait pas été derangeant si dans le bouquin d'arithmancie, il n'y avait pas un devoir maison à rendre pour le lundi qui suit. Après un parchemin envoyé à ce fameux élève Scylla jette l'enveloppe dans le tiroir de sa commode en les recouvrant par des vêtements. La sorcière se précipite alors pour rendre son bien à son propriétaire initial.

Elle n'a pas prévu de rester plus de cinq minutes sauf que pour la remercier de lui avoir sauvé la vie, dixit son ami, Scylla a eut le droit de goûter à un gâteau fait maison et de boire un cappuccino . Et de discussion en discussion le temps à filé à vive allure, si bien que quand elle décide de quitter les lieux, la petite aiguille de l'horloge à changé d'heure.

- Désolée faut vraiment que je file. Bon week-end à toi.

Elle transplane chez elle. Sa mère lui fait une réflexion.

- Tu comptes rester comme une souillon Scylla Elizabeth Muller ?

La jeune sorcière soupire, avant de remonter les étages pour parvenir à sa chambre. Elle a un mauvais pressentiment.

Quelle n'est pas sa consternation quand elle voit Lilas et son sourire narquois sur son visage de porcelaine. Dans SA chambre. Elle ne remarque pas tout de suite le bazar que la cadette a mis dans sa chambre. Elle ne voit pas les vêtements étalés au sol. Elle reste focalisée sur les paroles de sa soeur. Les félicitations ne sont plus de rigueur. Ces mots lui glace le sang. Elle remarque alors l'enveloppe de Ste Mangouste traînant  sur le sol.

- Qu'est-ce que tu fais ici Lilas ?


Sa voix est froide. Elle essaye de contenir les émotions qui bouillonnent en elle pour ne pas craquer. Elle doit garder son sang-froid devant sa soeur.

Ne surtout pas craquer devant elle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 10 Mar 2018 - 12:16 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

« Ecouter. Prendre toutes les informations qu’on t’offre. C’est ça la clé pour avoir le dessus. » Des paroles que t’avait confié ta mère en te brossant frénétiquement les cheveux un jour où tes frères et sœurs n’étaient pas là. Depuis ce jour, ces mots ont gravité dans ton esprit comme s’ils étaient profondément ancrés en toi. Ils ont modifié la personne que tu étais, la petite fille innocente dont l’ambition était pure. Tu t’es mise à tout calculer. Jamais un mot de travers pour la simple et bonne raison que tu voulais garder cette avance que tu avais sur les autres. Cette supériorité non dissimulée et presque malsaine. Tu t’es mise à laisser glisser tes oreilles dans les endroits les plus secrets et interdits. Tu voulais du challenge et rien ne t’avait encore résisté jusque-là. Pourquoi se priver ? Sauf que t’as fini par franchir la limite. T’as rompu tout lien avec le peu d’humanité qu’il te restait. Un choix ? Une fatalité ? L’amour des parents Muller a un prix et t’as décidé de le payer. L’enfant prodige. Le cœur de glace. Un avenir plus que tracé et des milliers de dommages collatéraux. C’est ça ta vie.
Tu laisses le papier glisser entre tes doigts. Tu viens de tomber sur une bombe et tu es heureuse d’être celle qui s’apprête à la faire imploser. Tu ne lâches pas ta sœur de tes yeux saphir. Elle se tient entre toi et la porte mais elle n’est certainement pas un obstacle. Plus maintenant. Qu’est-ce que tu fais ici Lilas ? Tu la sens tendue. Le ton de sa voix reflète même un peu de peur. C’est véritablement jouissif. Ton sourire s’accentue de plus en plus. Une adrénaline malsaine pointe le bout de son nez. Tu la mets en difficulté. C’est la clé pour avoir le dessus. Qu’est-ce que je fais ici ? Souffles-tu en mimant la stupéfaction. Au départ je cherchais une robe. Tu effectues ton premier pas vers ta sœur qui elle ne bouge pas. Une provocation ? Certainement. Puis j’ai trouvé beaucoup mieux – avoues-tu avec un rire jaune en levant en l’air la lettre que tu tenais toujours précieusement dans ta main. ça te suffisait pas de salir le nom des muller en t’amourachant d’un vulgaire concierge ? lances-tu ensuite plus sérieusement. T’as eu vent de cette histoire. Le chineur. Tu ne lis pas ce torchon mais force est de constater qu’il détient parfois quelques informations importantes. Fallait en plus que tu tombes enceinte de lui ? Cette fois-ci c’est à gorge déployée que tu t’esclaffes. Tu t’arrêtes soudainement en rapprochant ton visage du sien pour lui susurrer calmement à l’oreille. Pas étonnant qu’il n’ait pas survécu, il est aussi pathétique que toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scylla Muller
Magyar à pintes
›› parchemins postés : 3031
›› miroir du riséd : Xenia Tchoumitcheva
›› crédits : @Mad'Eyes
›› multinick : Tzvetelina Skinner & Sterenn Walsh
SORCIER SALARIE
›› âge : 27 ans
›› situation : En couple
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 2130

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 10 Mar 2018 - 13:48 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Elles sont les seuls de leur fratrie à être présentes. Octave, Caël et les jumeaux ne sont pas encore arrivés. Peut être qu'ils arriveront au dernier moments.

Sur le pas de la porte, Scylla ne bouge pas, tandis que sa soeur d'avant vers elle. Provocatrice. Scylla voit Lilas jouer avec la lettre dans sa main. Elle la cherche. L'aînée ressent une rage. Contre sa soeur, contre le plaisantin qui a échangé les livres. Contre son ami qui la retenu et surtout contre elle-même. Pourquoi est-ce qu'elle n'a pas gardé cette foutue enveloppe dans son sac ? Maintenant Lilas sait. Et quand Lilas détient une information aussi importante, c'est dangereux. Et c'est un euphémisme.

Scylla devient livide, son visage qu'elle essaye de garder impassible trahit ses émotions. C'est un mélange entre la peur et la colère.

- Rends-moi cette lettre.

Qu'elle lui dit sur un ton sec. Même si elle sait pertinemment que Lilas ne la lui rendra pas. Scylla ne le sait que trop bien. Elle voit bien, dans le regard de sa soeur, que celle-ci s'amuse de cette situation. Elle s'en délecte. Elle s'en réjouit avec un plaisir malsain.

Les paroles venimeuses de Lilas parviennent aux oreilles de Scylla. Elles s'infiltrent et empoisonnent son esprit. Bon dieu qu'elle aurait préféré être sourdes, plutôt que d'entendre des horreurs pareilles. Ça lui fait mal aux tripes. Son sang froid devient de plus en plus difficile à garder. Ses doigts qui se crispent la trahissent.

Résiste Scylla ! C'est tout ce qu'elle veut. Lui donne pas ce privilège !

Elle s'évertue à faire tourner ces phrases dans sa tête. Céder serait donner la victoire à Lilas. Perdre pied devant elle ce serait lui donner ce qu'elle veut. Scylla le sait. Elle sait que sa soeur n'attend qu'une chose : que l'aînée fasse un faux pas.

Lilas a eu vent de la rumeur concernant Scylla dans le Chineur. Foutu journal à ragots. La cadette en joue. Un vulgaire concierge. Ces mots blessent profondément Scylla. Fallait en plus que tu tombe enceinte de lui. Le rire de cette soeur qui n'a aucune pitié pour rien ni pour personne est strident aux oreilles de Scylla. Il lui donne envie de vomir.

Pas étonnant qu’il n’ait pas survécu, il est aussi pathétique que toi.

Ces mots foudroient Scylla. Les paroles sont cruelles. Elles sont assassines. Elles atteignent la sorcière au plus profond de son âme. Elle serre les dents et son poing. Ses ongles rentrent dans la chair de sa paume. Pas étonnant qu'il n'est pas survécu. Ça lui brûle les entrailles de l'intérieur. Ça lui fait un mal de chien. Elle fusille sa soeur du regard. C'est la haine qui brillent dans ses yeux quand elle observe cette soeur au visage d'ange mais au coeur de démon. C'est la première fois qu'elle ressent ça pour sa soeur. Si elles ne se sont jamais véritablement entendus, car bien trop différentes, Scylla n'a jamais ressenti ça envers sa cadette. Ça lui fait peur. Elle essaye de garder le contrôle. Mais elle sent que les derniers remparts qui l'empêche de céder à la pulsion de défigurer ce joli visage d'ange, s'effondrent peu à peu. Elle le sent en elle qu'elle n'est pas loin de céder. Alors elle s'efforce de penser mentalement :

Résiste Scylla ! Résiste !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 11 Mar 2018 - 16:31 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

L’intimidation. Lilas. Tu excelles en la matière. Tu n’as jamais eu à ta battre. Les mots qui se bousculent dans ton esprit et qui passent tes lèvres agissent comme une magie noire que personne ne souhaiterait affronter. Tu aimes la destruction. Tu aimes quand ton souffle brise. Tu te délectes de sentir le monde s’évanouir autour de toi. Tu juges jouissif le fait de voir la plus belle des fleurs perdre de son éclat à tes côtés. C’est un travail de l’esprit. Tu es surentrainée depuis toujours. Tes parents t’ont réellement forgé à leur image. Tu es la glace. Tu es l’orage. Dans le corps d’un véritable ange. Personne ne se méfie. Jamais. Ils se rendent compte de ton emprise seulement quand il est trop tard. Scylla est censée te connaitre. Depuis toujours tu lui voues une attention toute particulière cherchant la moindre de ses failles pour qu’enfin elle te traite comme tu mérites de l’être. Plus jeune, elle n’a pas voulu rentrer dans ton jeu et malheureusement pour elle, tu n’as jamais oublié. Jamais. C’est le moment de jouer. Tu n’as même pas eu besoin de lever le petit doigt. Elle t’a offert ses faiblesses sur un plateau d’argent. Cette lettre. Tu la tiens fermement dans tes mains riant même quand elle te supplie presque de la lui rendre. Tu hausses les épaules comme pour lui souffler qu’il t’est impossible de faire ça. Ce serait lutter contre tes plus sombres pulsions et force est de constater que tu n’en as pas, mais réellement pas envie. A quoi bon ? Tu es déjà pourrie jusqu’à la moelle. Tu assènes tes premiers coups. Des atrocités dépassent tes lèvres à une vitesse qui te surprend toi-même. Des années de ressentiments. Des années de colère qui se transcrivent en seulement quelques mots. Tu la touches. Tu lui fais mal. Tu vois ses traits se déformer. Tu as envie d’aller plus loin. Tu veux la pousser au bord du gouffre. Tu sens la rage. Tu sens la perte de contrôle. Tu jettes un coup d’œil à ses mains. Tu vois quelques gouttes de sang perler le long de sa paume. Il ne suffit plus que quelques mots pour que ta sœur perde pieds. Tu sens la peur et tu t’apprêtes à lui donner le coup fatal. Elle reste stoïque, le regard plongé dans le tien. T’as l’impression qu’elle essaye de s’accrocher à quelque chose. A votre lien fraternel. A ton humanité. A du vent. Ou alors elle se donne du faux courage. Elle ne fait pas le poids, son cœur est trop pur pour lutter. Tu gardes ce même sourire figé et passes délicatement un de tes doigts dans la longue chevelure châtain de la jeune femme. Tu as bien fait de perdre ce monstre – finis-tu par souffler. Tu es calme et tu poses ta voix sur chaque silence comme si tout était prémédité. Une chanson un peu malsaine mais écrite avec passion. Un muller défaillant de moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scylla Muller
Magyar à pintes
›› parchemins postés : 3031
›› miroir du riséd : Xenia Tchoumitcheva
›› crédits : @Mad'Eyes
›› multinick : Tzvetelina Skinner & Sterenn Walsh
SORCIER SALARIE
›› âge : 27 ans
›› situation : En couple
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 2130

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 11 Mar 2018 - 21:18 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Les deux soeurs ont toujours été si différentes. Elles n'ont en commun que leur nom et le sang qu'elle porte. Et malgré le fait de ne pas s'entendre, il n'y a jamais eu rien de plus que des mots entre elle. Le nombre de fois où Lilas lui a lancé des piques sur sa tenue, sur ses fréquentations est incalculable. Scylla ignorait tout simplement les propos de sa soeur. Peut être qu'elle gardait l'espoir que sa soeur puisse changer.

Tout s'effondre ce soir. Les dernières paroles de Lilas détruise complètement le sang froid de l'aînée. La raison s'est envolé et à laisser place à la haine pure et dure. Lilas à prononcé les paroles de trop. Se rend t-elle compte de ce qu'elle peut faire ? As-t- elle conscience de ses actes ? Sans doute que oui, aux yeux de Scylla et c'est bien là le pire.

Scylla se jette sur sa soeur  qui se cogne contre le mur. Elle la frappe au visage avec une violence dont elle ne se pensait pas capable. Pour la première fois de sa vie elle fait preuve d'une violence inouï contre elle. Elle ne décroche pas son regard des yeux de la cadette.

- Mais ferme-là petite garce !

Les paroles sont violentes, crues, irrespectueuse. Scylla a perdu le contrôle. Elle  n'est plus maîtresse de rien. Elle s'acharne sur sa soeur à coups de poings, tandis que ses paroles assènent à Lilas  des propos tant refoulés. Ne lui laissant aucun répit.

- Tu joues la maligne. Tu penses être supérieure parce que t'es une Muller mais tu sais quoi Lilas, tu vaux rien. Tu m'entend tu vaux rien. Que dalle ! T'es juste une copie raté de notre père. Tu n'es rien d'autre. T'es juste qu'une enflure Lilas.

Elle ne parle plus. Elle hurle. Elle crache sa rage au visage de sa soeur.

- T'es qu'une putain de pourriture Lilas. T'es juste la petite fifille chérie à son papounet. Tu crois impressionner qui avec tes grands airs ? Tu crois que les gens ont peur de toi ? Mais regarde toi dans la glace ma jolie, t'es  pathétique.

Alors qu'elle s'apprête à lui coller une nouvelle droite, son bras est violemment retenu par un bras celui de leur père qui lui colle une baffe dans la figure.

- Tu es devenue complètement folle Scylla ? Ma princesse qu'est-ce qu'il se passe ici ?


Les derniers mots du patriarche sont adressés à Lilas. Qui d'autre appellerait-il princesse ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 13 Mar 2018 - 21:05 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

La haine la dévore. Tu n’as juste qu’à poser tes mots pour qu’elle se consume. Tu es parvenue au but que tu t’étais fixé. Tu as atteint le point de non-retour et la flamme qui s’empare de son regard t’éblouie. D’un geste presque frénétique tu la sens te projeter en arrière. Ta tête rencontre le mur violemment. Ton rictus machiavélique se transforme une demi-seconde en un rictus douloureux. mais ferme-là petite garce. La perte de contrôle. L’abandon à une rage dont tu connais par cœur la mélodie. C’est celle qui t’anime chaque jour… mais que tu ne laisses jamais prendre le dessus. Ta sœur n’a pas cette expérience et tu le ressens. Tu sens ses poings cogner sans retenu sur tes pommettes de porcelaine. Tu la laisses faire. Tu n’arbores que ton sourire légendaire. Celui qui la maintient dans cet état. Tu en avais marre de te battre contre une poupée passive et totalement effacée. Tu as réveillé un démon et tu es pour le coup très fière de ta création. Tu sens peu à peu le gout amer du sang à l’intérieur de ta bouche. Ta lèvre très certainement. Tu joues la maligne. Tu penses être supérieure parce que t'es une Muller mais tu sais quoi Lilas, tu vaux rien. Tu m'entends tu vaux rien. Que dalle ! T'es juste une copie ratée de notre père. Tu n'es rien d'autre. T'es juste qu'une enflure Lilas. Presque un compliment te concernant. Tu reçois chaque phrase comme une véritable lame de rasoir perdue dans ton estomac mais tu ne laisses rien paraître. Tu ne laisses jamais rien paraître. Son visage se rapproche de plus en plus du tien. Plus les secondes passent et plus sa colère semble l’étouffer. Cette ratée. Incapable de se contrôler. T’as envie pu démontrer que t’étais meilleure qu’elle à ce petit jeu. T'es qu'une putain de pourriture Lilas. T'es juste la petite fifille chérie à son papounet. Tu crois impressionner qui avec tes grands airs ? Tu crois que les gens ont peur de toi ? Mais regarde toi dans la glace ma jolie, t'es  pathétique. Cette fois tu t’apprêtes à réagir. t’as envie de lui cracher le liquide couleur vermeille qui mouille tes lèvres. Tu veux qu’elle souffre, encore plus.  C’est au moment où tu t’apprêtes à t’emparer de ses bras de tes deux mains frêles qu’une tout autre trajectoire s’offre à toi. Tu portes tes mains à ton visage et tombes accroupie sur le sol au moment où tu vois le bras de ton père s’emparer du poignet de ta sœur et la projeter plus loin de sa main forte et puissante. Tu es devenue complètement folle Scylla ? Ma princesse qu'est-ce qu'il se passe ici ? Tu sens ton patriarche s’agenouiller à côté de toi. Le temps est venu pour toi d’incarner ton meilleur rôle. Tu renifles péniblement et découvres ton visage que tu as eu le temps de préparer quand ton père s’occupait de ta sœur ainée. Ton mascara a totalement coulé et des larmes de crocodile perlent sur tes joues. Je voulais juste être gentille. Elle est devenue complètement hystérique. Je lui apportais juste son courrier et elle m’a sauté au visage… souffles-tu tendant la lettre de St Mangouste à ton père. Tu te relèves à l’aide du bras de ton patriarche qui te prend ensuite quelques secondes dans ses bras avant de s’emparer de la lettre. Tu n’aurais jamais dû. Voilà ce que tes yeux crient à ta sœur ainée alors que le père Muller s’approche de nouveau de cette dernière et laisses échapper une nouvelle gifle qui raisonne dans toute la chambre. « Tu déshonores cette famille... » souffle-t-il calmement le regard sombre et la voix rauque. « J’espère que d’avoir perdu cette abomination te servira de leçon. Habilles toi maintenant. » lance-t-il ensuite en attrapant ta main pour te guider à l’extérieur de la chambre et te demander une nouvelle fois si tout va bien. Tu lances un dernier regard à ta sœur et hausses les épaules comme si tu voulais lui dire… qu’elle l’avait bien cherché.
C’est calmement et presque fièrement que tu tapotes tes plaies ouvertes superficiellement avec un coton et du désinfectant. Cette soirée promettait d’être absolument inoubliable.


she is a bad girl with a tainted heart
©crack in time


That woman is a snitch and unpredictable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
DATE: Jeu 15 Mar 2018 - 13:39 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Rien de meilleur qu’une bonne semaine de vacances pour reprendre un maximum d’énergie et de volonté concernant les études, ça commence à devenir long et tu as conscience que tu vas devoir préparer plusieurs dossiers pour la rentrée qui serviront à l’obtention de ton diplôme en médico magie. C’est aussi l’occasion de passer du temps avec la famille, même si en ce moment elle n’est pas aussi soudé que tu le voudrais à cause de certaine querelle au sujet d’un mariage qui ne devrait pas avoir lieu, ou alors quand certains membres trouvent agréable de rendre la vie plus difficile qu’elle ne l’est déjà. Une personne comme toi qui n’aime pas voir une personne souffrir, n’assume pas les douleurs de ce monde en pratiquant une bonté dont tu es fière. Poussant les quelques copies sur le bureau, personne n’imagine une seule seconde à l’école que tu es autant bordélique, heureusement que quelqu’un passe faire le ménage et le rangement deux fois par semaine. Tu fais ton possible, mais personne ne peut changer sa véritable nature, chacun à ses défauts et tu n’échappes pas à la règle. Une fois sur tes jambes, tu réajustes la robe que ta sœur t’as donnée l’année dernière, elle n’est pas facile à porter et pourtant, tu n’as pas tellement chois, ce sont les parents qui décident d’une certaine façon ce que vous devez mettre, dire, ou encore faire.

Tu fermes la porte une fois dans le couloir alors que la lumière du soleil perce l’espace à travers les immenses fenêtres, cet endroit à toujours été magnifique, mais malheureusement, tu as oubliée ce genre de chose, s’habituer à quelque chose de magnifique, c’est aussi contre ton désir le plus profond.Tu fermes la porte une fois dans le couloir alors que la lumière du soleil perce l’espace à travers les immenses fenêtres, cet endroit à toujours été magnifique, mais malheureusement, tu as oublié ce genre de chose, s’habituer à quelque chose de magnifique, c’est aussi contre ton désir le plus profond. Ton seul problème dans la vie en plus de ton handicap, serait d’ordre affectif. Le couloir est vaste et silencieux à la fois alors que tu diriges ton pas vers la cuisine pour prendre un encas avant de reprendre l’étude des brûlures magiques. Une note facile, si tu prends la peine de t’y prendre légèrement en avance. Il fait chaud aujourd’hui, heureusement même si le temps est plus à la promenade qu’à rester enfermé dans sa chambre pour étudier, simplement, celui qui a un rêve se doit de le réaliser même si pour ça, il doit faire des sacrifices.

Tu fermes la porte une fois dans le couloir alors que la lumière du soleil perce l’espace à travers les immenses fenêtres, cet endroit à toujours été magnifique, mais malheureusement, tu as oublié ce genre de chose, s’habituer à quelque chose de magnifique, c’est aussi contre ton désir le plus profond. Qu’est-ce qui se passe encore ?! Tu ouvres la porte, mais une seule personne s’aperçoit réellement de ton arrivée, ton père tourne la tête une seconde dans ta direction et remet son attention sur Scylla alors que tu es encore une fois invisible à ses yeux. Tu viens de rater toute la scène, mais tu n’es pas dupe, quelque chose vient de se passer à l’instant et tu as bien l’intention de comprendre. Tu avances sans craintes alors que le chef de famille prend des couleurs, Lilas joue encore sa dramaqueen, c’est n’importe quoi. Tu poses ta main sur la joue de Scylla en ignorant les autres membres de la famille et déposes un baiser sur celle-ci. Je suis là. Le soleil commence à se coucher doucement, le temps passe si vite, tu n'avais même pas pris le temps de regarder l'heure pourtant peu de temps avant, il faisait un beau soleil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Octave Muller
♕ (roméo) sin from thy lips.
›› parchemins postés : 784
›› miroir du riséd : ranger rouge.
›› crédits : eylika. + astra
›› dispo RP : mp.
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : vingt-quatre ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : histoire de la magie ; étude des moldus ; sciences po. magiques ; DCFM ; médias moldus et sorciers.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 773

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 21 Mar 2018 - 21:07 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas


LES MULLER

the evil queen


Étrange lettre reçue la veille, convocation de sa mère, c'est un Octave quelque peu intrigué qui transplane au manoir familiale. La grande bâtisse luxueuse se dresse immense et imposante derrière les grilles en fer forgé ornées des initiales du paternel. Trop de faste pour donner une image puissante et riche. C'es Tweezy, l'elfe de maison qui l'accueille dans un pop sonore. La créature tremblote stupidement ce qui intrigue un peu plus le grymm. Quelle pièce se joue à l'intérieur du manoir ? L'apocalypse aurait-elle été déclenchée par mégarde ? La pauvre employée - ou esclave qu'importe - baragouine des phrases qu'il peine à comprendre, obligeant Tweezy à se répéter, encore et encore. Incapable de tirer une parole compréhensible de la créature, Octave passe outre et grimpe les marches de l'imposant escalier de marbre. De l'étage, il entend des bribes de conversations, la voix forte de son père, la colère faisant vibrer son habituel ton si rauque. Curieux et quelque peu inquiet d'entendre le paternel s'époumoner, Octave traverse les longs couloirs avec rapidité, se figeant devant la chambre de Scylla. L'apocalypse n'est que risible à côté de la scène. L'incompréhension éclaire ses orbes bleues alors que son regard se pose sur Scylla et sa joue rouge, sur Helga et son air défait, sur leur mère et la rage déformant ses traits habituellement si gracieux. Leur père et Lilas s'éloignent à l'opposé du couloir, dos à lui. Une inquiétude sourde le prend aux tripes. Il a raté quelque chose. Quelque chose d'assez énorme pour retourner toute la famille. Tout va bien ? Un pied dans la chambre de Scylla, un geste incertain. Octave est tiraillé entre l'envie de savoir et celle de rejoindre Lilas et leur père. Leur mère secoue la tête de droite à gauche, un rictus de dégout sur ses lèvres peintes de rouge. Ses talons claquent sur le parquet alors qu'elle quitte la pièce sans décrocher un seul mot, se contentant de plonger son regard dans celui d'Octave, menace silencieuse. Il la regarde disparaitre d'une démarche raide au coin du couloir. Se retournant vers ses deux soeurs laissées pour compte, c'est un peu violemment que les mots glissent entre ses lèvres. Que s'est-il passé ? Son regard clair se braque dans celui de Scylla, ignorant Helga - n'ayant pas envie de se prendre la tête à décrypter ses signes. Scylla habituellement si sage et posée. Scylla qui semble pourtant être l'évènement déclencheur. Pourquoi Père est parti avec Lilas ? Lilas, son double, sa complice de toujours. Lilas qui semblait blessée. Et pourquoi Mère a l'air si... remontée ? Et leur mère en colère n'est pas un spectacle appréciable. Dragon à la plastique parfaite.

RÉSUMÉ:
 

AVENGEDINCHAINS


crying lightning.
.


Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t8572-octave-oh-romeo
avatar
Caël Muller
wild bear free heart
›› parchemins postés : 898
›› miroir du riséd : Dominic Sherwood
›› crédits : .
›› multinick : La vieille chouette Evan & le québécois en sucre Hyahya
›› dispo RP : OPEN
FORCES PUBLIQUES
›› âge : 27 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives : Options obligatoires
DCFM
Sortilèges
Métamorphose
Options facultatives
Sport (Vol)
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1177

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 23 Mar 2018 - 15:28 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

A chaque fois c'était la même chose, en tant que bon fils de famille, enfin plutôt c'est ce que les vieux voulaient que tout le monde croit même si c'était une vaste blague, il fallait que toute la petite famille mange ensemble lors du repas hebdomadaire. La barbe ! Comme à chaque fois on aura le droit au parfait petit plat de Mère, avec son collier de perles et ses lèvres trop rouges pour être naturelles, Père allait flatter la petite peste et son fils chéri, tandis que les autres seraient snobés comme d'habitude. Il fallait juste prier que pour une fois il n'y aurait pas de dispute, même si ça semblait être une utopie parfois. Surtout si Marius faisait son malin comme d'habitude. Mais j'allais pas l'empêcher de le faire, c'était tellement drôle de voir Père devenir rouge de colère. Et quand Tante Agneas était là, ça devenait hilarant car elle était choquée pour un rien. Je ne savais pas si elle serait là ce soir, mais au moins ça permettrait de rire un peu. Pour éviter d'être une nouvelle fois réprimandé comme la dernière fois parce que j'étais arrivé en retard, j'étais arrivé en milieu d'après midi, histoire d'être un peu propre, rasé et coiffé, et mettre des vêtements assez élégants pour les vieux. Heureusement, je ne les avais pas encore croisé, les supporter pendant le repas serait déjà suffisant pour la journée. Ma fratrie arriverait au compte-goutte, entre ceux qui étaient déjà au manoir et ceux qui arriveraient juste pour le dîner. Malheureusement, je n'avais pas encore croisé Scylla, la dernière fois que je l'avais vu elle ne m'avait pas semblé aller bien  mais j'ignorais pourquoi. Rien de grave j'espère, sinon elle m'en aurait sûrement parlé. En attendant l'heure fatidique où le couperet allait tomber, où j'allais devoir tous les rejoindre pour le repas, je préférais rester dans ma chambre, complètement affalé dans mon lit. J'avais mis une belle chemise blanche, sur un jean slim, simple mais au moins je n'avais pas trop l'air dégingandé comme me le disait si souvent Père. Affalé comme ça, je n'ai pas tardé à m'endormir, et on peut dire que je n'ai pas été réveillé de la meilleure des manières.


J'émergeais encore pendant que j'entendais des cris venir de la chambre de Scylla. Et apparemment ça chauffait pas mal. Ni une ni deux, je me levais du lit pour voir ce qu'il se passait, et en arrivant, j'ai vu Père et cette petite peste de Lilas sortir en trombe de la chambre, tandis que Mère faisait une tête de dégoût réprobateur. Qu'est-ce qu'elle avait fait encore ? Mon regard  était plein d'interrogation mais ni Père ni Mère n'ont daigné y répondre, et c'est à peine si je ne bousculai pas Octave en rentrant dans la chambre. Scylla avait l'air complètement retourné et déboussolé, je ne l'avais jamais vu comme ça, et c'était un choc pour moi, Helga lui faisait un bisou et Octave – qu'est-ce qu'il pouvait être froid lui parfois – faisait son inquisiteur. Bon d'accord, Lilas avait la joue toute rouge, même si elle faisait sa fière à côté de Père. Il fallait que je calme la situation, mais avant toute chose, il fallait que je prenne Scylla dans mes bras. Je me rapprochais d'elle doucement, voyant qu'elle était encore sous tension. je serre l'épaule de ma petite Helga pour la remercier d'être là et d'apaiser Scylla, puis je prends cette dernière dans mes bras pour qu'elle puisse poser la tête sur mon épaule.

Calme-toi Sissi tout va bien, on est là pour toi... Respire bien fort, calme-toi... Je ne sais pas ce qu'elle t'a fait mais n'y pense plus.

Je me tourne alors vers Octave. Décidément, je ne sais vraiment pas communiquer avec lui... Il était peut-être juste comme Lilas en fait …

Toi aussi Octave, je pense qu'il y a eu assez de cris pour qu'on reste tous calmes, on n'est pas comme nos parents, on peut parler normalement je pense. Et on sait tous ici que Lilas n'est sans doute pas étrangère à l'histoire. Si Scylla veut nous en parler, on l'écoutera tous avec bienveillance n'est-ce pas ?

Et surtout elle ne nous parlera que si elle en a envie. Scylla a toujours été la sœur avec laquelle j'étais le plus proche, et je ne supporte pas de la voir souffrir. Je préfère encore prendre les coups pour elle, ça fait moins mal.


I just want to love without border. But HOW ?;
I never wanted to be a love man, but the love is a traitor, and now my heart is beating. For them. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kahlan Muller
# Admin - Ohana means family #
›› parchemins postés : 344
›› miroir du riséd : Isabelle beauty Cornish
›› crédits : balaclava (avatar);
›› multinick : Malc et Sully
›› dispo RP : (Libres 3/3)
MODE ET TEXTILE MAGIQUE
›› âge : 21 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 4ème année
›› options obligatoires & facultatives : options obligatoires: Sortilèges, Potions, Etude des Moldus
options facultatives: Etude des runes, Littérature magique
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 334

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 23 Mar 2018 - 20:36 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Mais qu'est-ce que j'avais bien pu foutre de ma journée? Là était la question. Les vacances, c'étaient toujours la même chose: je passais mes journées à fuire le manoir, à traîner chez des amis, à éviter au maximum mes parents. Parfois, je me posais dans la chambre d'Helga et je comatais sur le lit tandis qu'elle travaillait. Le simple fait qu'elle soit là, à côté, me calmait suffisamment pour que je fasse une sieste. Ok, je ferais mieux de me concentrer sur mes examens aussi, mais je n'étais pas ma soeur, je trouvais ça quand même plus fun de sortir et de m'amuser. Aujourd'hui, j'étais rentré peu avant midi, après avoir passé la soirée d'avant à faire la fête chez des potes Summerbee. Bien entendu, j'étais dans un état pitoyable -comme d'habitude- et la seule chose dont je fus capable c'était m'effondrer sur mon lit et m'endormir comme une merde. Le peu d'alcool que j'avais bu m'avait tué, et puis, j'avais aussi testé d'autres trucs disons pas très légaux d'après ce qu'on m'avait dit. J'aurais pas dû.

Mon sommeil fut profond, néanmoins, lorsque j'ouvris les yeux, j'eus l'impression d'être passé sous les sabots d'un Sombral. Bordel de... Je grognais légèrement en roulant sur le côté, avant de me rendre compte que j'étais allé un peu trop loin et.... BAM. Aïe. Je me relevais péniblement, pestant contre ma stupidité. Vraiment, Marius, tomber de ton lit? Je passais une main dans mes cheveux avant de me changer vite fait. Paraîtrait que je devais faire des efforts vestimentaires d'après les vieux. Une grimace vint déformer min visage, alors que j'attrapais un t-shirt propre et un jean qui traînait. Le stricte minimum quoi. Alors que j'enfilais mes affaires, des cris me parvinrent du couloir et je me figeais. Une peur sourde s'empara de mes tripes alors qu'il me semblait reconnaître les voix. Qu'est-ce qui pouvait bien se passer? Finissant presque de m'habiller dans le couloir, je vis Caël rentrer dans la chambre de Scylla alors que s'éloignaient déjà la pimbêche avec notre père, suivis de près par notre mère. Je fronçais les sourcils, avant de me précipiter à mon tour chez Scylla, la peur au ventre. Si jamais les vieux s'en étaient pris à elle... Putain, je crois bien que j'allais leur faire payer au centuple. Rentrant au moment où Caël finissait de parler, je bousculais Octave au passage, faisant peu cas de ses états-d'âme. Il n'avait qu'à pas rester planté comme un con devant la porte. Voyant la mine bouleversée de Scylla et ressentant la compassion de ma jumelle, j'en eus presque les larmes aux yeux. Ils n'avaient pas le droit de s'en prendre à elle. Alors à mon tour, je pris dans mes bras mes deux soeurs, les serrant toutes deux contre moi avec toute la tendresse et l'affection dont je savais faire preuve. Repérant la trace rouge sur la joue de Scylla, mon regard s'assombrit. "Il aurait jamais du faire ça." Bien sûr, il, c'était notre père. Ma voix était sombre, s'en prendre à notre soeur, c'était s'en prendre à nous. Allant dans le sens de Caël, à qui j'offris un regard reconnaissant, je rajoutais doucement: "T'es pas obligé de nous en parler tu sais..." Je posais mes yeux bleus sur Octave un moment. Plus catégorique que Caël, je ne pus m'empêcher de dire, un brin provocateur: "De toute façon, je suis sûr que tout est de la faute de Lilas." Oh bien sûr, Je n'avais aucune honte à accuser notre soeur. J'étais même plutôt fier de l'emmerder et de faire rager Octave en passant. De toute manière c'était tout bonnement impossible dans mon esprit que Scylla puisse avoir fait une connerie. Moi, ok, mais elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scylla Muller
Magyar à pintes
›› parchemins postés : 3031
›› miroir du riséd : Xenia Tchoumitcheva
›› crédits : @Mad'Eyes
›› multinick : Tzvetelina Skinner & Sterenn Walsh
SORCIER SALARIE
›› âge : 27 ans
›› situation : En couple
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 2130

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 23 Mar 2018 - 23:29 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Sa joue brûle de chaleur sous l'effet de la première gifle de leur père. Scylla voit Lilas jouer le rôle de la petite victime. Elle n'a pas besoin d'être une actrice chevronné pour que leur père prenne le parti de la cadette. Scylla remarque bien l'air narquois de Lilas. Elle la voit jubiler avec son air de fausse gentille. Quand leur père lit la fameuse lettre, c'est la rage qu'elle lit dans son regard. La seconde gifle ne se fait pas attendre. Mais plus que la baffe, ce sont les paroles prononcé par le Patriarche qui l'ont blessé.

Leur mère arrive, elle hurle. Et malgré ses cris et sa rage, Scylla ne les entends pas. Elle est ailleurs. L'air abattu, Scylla sent le monde s'effondrer et les ténèbres s'abattre sur elle. Et puis Helga arrive, son petit rayon de soleil est là. La caresse de la main de sa plus jeune soeur sur sa joue est un baume plus efficace que n'importe quel sort. Elle a envie de pleurer sous le coup de l'émotion. C'est à ce moment là qu'Octave arrive et lui demande avec froideur ce qu'il se passe. Mais où est donc passé le Tave avec qui, elle avait discuté dans les jardins suspendus ? Elle s'apprête à lui répondre que si il veut savoir, il n'a qu'à demandé à sa très chère soeur Lilas. Une réaction liée à sa fierté mal placée et à sa rage qui descend mais ne meurt pas. Sauf que Caël arrive avant qu'elle ne dise quoi que ce soit. Son grand frère lui donne des conseils qu'elle essaye de maîtriser tant bien que mal. Ils ont toujours été proches dans les bons comme dans les mauvais moments. Caël à toujours été l'un de ses pilliers. Si elle n'a jamais pu compter sur leur père, son frère a toujours été là pour leur fratrie.

Marius arrive à son tour, son dernier frère, tout comme Helga, illumine sa vie. Elle aime sa liberté, sa joie de vivre. Elle voit que son petit frère à le regard rivé sur la marque rouge que son père à laissé sur sa joue. Le ton de sa voix est dur, cela ne ressemble pas Marius. Elle lit la colère dans sa voix.

- Ça va passer. Ce n'est rien.

Bien sûr que ce n'est pas rien. Elle ne peut pas oublier ce qu'il s'est passé. Elle n'a juste pas envie qu'il paye pour elle. Les parents l'engueulent trop souvent comme ça pour en rajouter une couche. Marius dis que tout est de la faute de Lilas. Scylla ne répond rien. Mettre de l'huile sur le feu n'est pas dans ses intentions.

Elle se retient de ne pas pleurer. Elle doit se montrer forte devant eux. Pour eux. Pourtant, elle sent les larmes monter en elle. N'étant pas prête pour le repas, elle n'a pas envie de faire des efforts. Sauf que ce serait encore laisser une victoire à Lilas. Elle prend alors sur elle. Elle rentre alors dans sa chambre et trouve sa robe noire qu'elle met. Noir parce qu'elle est en deuil. En guise de coiffure elle a tiré ses cheveux en arrière et les à remonter en chignon. Elle ferait presque aussi sévère que leur mère. Sortant de sa chambre, elle s'adresse à Helga et aux garçons.

- Helga, tu peux venir me maquiller si tu veux. Et vous les gars si vous voulez venir vous pouvez. Mais ne faites pas attention au bazar notre chère soeur est passé par là.

Caël et Marius lui disent que si elle ne veut pas parler, elle est en droit de le faire. Elle pense à eux. A Helga, à Marius, à Caël et même a Octave. Est-ce qu'elle peut leur cacher ? Elle aurait aimé ne pas avoir à leur annoncer cette nouvelle. Pourtant elle sait que si elle ne le fait pas, ce sera remis sur le tapis. Soit par Lilas qui prendra un malin plaisir à lui lancer des piques au cours du repas. Ou par leur père qui ne pourra pas  s'empêcher de dire que sa petite princesse est parfaite, contrairement à sa dépravée de soeur aînée.

Scylla hésite. Avouer ou ne rien avouer. Mais est-ce qu'elle peut leur faire ça ? Leur cacher ce qu'ils finiront par savoir plus tard. Non, elle ne peut pas leur mentir. Baissant les yeux, elle parle d'une voix faible et tremblante.

- Il vaut mieux que vous l'apprenez par moi que par eux...


Elle soupire, les mots ont du mal à sortir. Mais ce sera pire de leur cacher ça. De terrer cette souffrance en elle.

Lilas a trouvé un courrier de Ste Mangouste qui  m'étais destiné...J'étais enceinte. J'ai....perdu mon bébé il y a quelque jours...quand j'ai appris ma grossesse.  Quand elle a su, Lilas a fait sa Lilas... J'ai fini par craquer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
DATE: Dim 25 Mar 2018 - 14:58 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Tout se passe tellement vite et pourtant, il faut arriver à suivre si tu veux pouvoir aider les membres de ta famille, Scylla est toujours là pour vous tous et c’est normal que tu sois là pour elle alors que pour une fois, c’est elle qui en a besoin. Votre père qui prend encore la peine de t’ignorer quitter la pièce bientôt suivie par Lilas qui avec son sourire victorieux donne envie aux personnes présente de lui en mettre une, et tu n’échappes pas à la règle. Elle est insupportable parfois. Octave arrive rapidement pendant que votre mère prend plaisir à crier, il t’ignore, mais ce n’est pas nouveau venant de lui alors tu laisses faire sans agir pendant qu’il parle à ta sœur. Il pose beaucoup de questions, et tu n’as pas forcément la réponse, de toute façon ce n’est pas comme s'il avait l’occasion et l’envie de t’écouter. Mère est remontée, parce qu’elle n’a aucun esprit de jugement qui soit fiable au même titre que votre Père, mais va expliquer ça à quelqu’un qui plus tard sera exactement comme eux avec ses propres enfants. Tu recules alors qu’il avance vers Scylla pour obtenir des réponses, d’une certaine façon, il te fait encore peur à l’heure d’aujourd’hui et ne doit sûrement pas s’en douter une seule seconde.

Heureusement, Caël ne tarde pas à arriver lui aussi pour venir essayer de calmer les choses, il prend la peine de rassurer votre soeur du mieux qu’il peut et ce simple geste arrive à te donner le sourire aussi petit soit-il. Il est souvent impossible à vivre pour beaucoup de personnes, mais tu aimes ton frère parce qu’il sait comment prendre soin de vous et tu peux venir vers lui à tout moment, il s’occupera de toi comme il l’a toujours fait. Ton sourire devient encore plus sincère quand la main de ton frère vient se poser sur ton épaule, un geste d’affection qui a pour effet de venir réchauffer ton cœur un peu plus, heureusement qu’il est là. Tu n’as pas vu l’action et donc ne peut pas interrompre la discussion pour donner ton avis, tu ne sais même pas ce qu’il vient de se passer et tu aimerais que Scylla donne plus de détails sur les événements, ce qu’elle ne va pas tarder à faire d’ailleurs. Tes yeux vont se poser dans ceux de ton jumeau qui arrive enfin, il semblerait que pratiquement toute la famille soit là, tu sais qu’avec lui les choses vont réellement avancer et la conversation pourra bien se terminer. Il arrive à te comprendre lui.

Scylla veut se préparer pour le repas alors qu’elle reprend ses esprits et te demande même d’aller la maquiller, tu adores utiliser ta grande sœur comme modèle pour la faire belle, il faut dire que vous avez tout à disposition pour ressembler à de vraies princesses. Tu vas chercher ce qu’il faut dans l’un des tiroirs de la chambre avant de venir déposer le contenu sur la petite table en marque, mais tu ne termines pas ton action alors que de grands yeux s’ouvrent pour aller observer la jeune femme qui vient d’annoncer une nouvelle déchirante. Elle était enceinte ? Vos frères vont sûrement demander qui est le père directement, mais ce n’est pas le cas d’une femme alors instinctivement, tu viens prendre ta sœur dans tes bras en posant ta tête contre sa poitrine. Tu relèves ton visage doucement et vient la regarder avec les yeux humides, c’est toi qui vas pleurer si ça continu. Ce câlin ne signifie qu’une seule chose. Je t’aime. Je suis là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Octave Muller
♕ (roméo) sin from thy lips.
›› parchemins postés : 784
›› miroir du riséd : ranger rouge.
›› crédits : eylika. + astra
›› dispo RP : mp.
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : vingt-quatre ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : histoire de la magie ; étude des moldus ; sciences po. magiques ; DCFM ; médias moldus et sorciers.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 773

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Dim 25 Mar 2018 - 22:30 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas


LES MULLER

the evil queen


La dynamique entre ses frères et soeurs l'a toujours fasciné. Exclu depuis leur enfance de leur club si sélecte, Octave n'a jamais eu la chance - ou l'horreur - de faire partie de leur petite bande organisée. Comme s'il n'était pas assez bien - ou trop bien. Ça a toujours été Lilas et Octave contre les autres Muller. Et dans cette chambre, au milieu de ses frères et soeurs, le grymm le ressent amèrement. On le bouscule comme s'il n'était qu'une poussière sur leur chemin. Une chose insignifiante. On se jette dans les bras de la si parfaite Scylla. On accuse la monstrueuse Lilas de tous les maux du monde - et ce, sans la présomption d'innocence. Parce qu'il n'y a que Lilas pour être le déclencheur de l'apocalypse, apparemment. Scylla est trop gentille. Trop douce. Trop propre. Et ça fait grincer des dents Octave. Ça lui fait froncer les sourcils de les voir tous ligués contre sa Lilas. Y'a un gout d'amertume sur ses lèvres closes. Allez vous faire foutre. Ça l'énerve et ça le prend aux tripes. Parce qu'il aime Lilas, Octave. Il aime sa soeur plus que tout au monde. Il se contente de rester près de la porte, comme si mettre un pied, s'approcher, serait trahir sa soeur. Il encaisse les remarques sans broncher, ses yeux froids balayant les visages de ses frères et soeurs. Lilas, Lilas, encore Lilas. Qui juge sans savoir ? Eux. Comme toujours, Lilas endosse le rôle de la méchante. Ils se liguent contre eux, menant leur petite guerre interne. Et Caël a beau tenter d'apaiser les choses, Octave, il n'écoute pas ses conseils. Bien trop vexé. Bien trop jaloux de leur lien. Bien trop rempli d'une rancœur vieille de vingt-quatre ans. Si Père a levé la main, ce n'est pas pour rien. Il est venimeux Octave. Froid et hautain. Ressemblant violemment à Lilas et leurs géniteurs. Il fusille de son regard clair ses frères et soeurs, déçu et probablement blessé d'être exclu. Il ne s'attarde pas, suivant les pas de leur père et leur soeur, écoutant d'une oreille distraite Scylla proposer à leur soeur de se préparer pour le repas.

Ses pas sont étouffés par la moquette luxueuse alors qu'il se dirige vers la chambre de sa soeur. Lilas ? Sa voix est incertaine et inquiète quand il pousse la porte, se glissant à l'intérieur sans y être invité formellement. Octave n'a jamais frappé et ne frappera probablement jamais. Parce qu'il est le bienvenue comme Lilas sera toujours la bienvenue chez lui. Que s'est-il passé ? À l'inverse de quelques minutes plus tôt, sa voix se fait douce et emprunt d'une inquiétude non feinte. L'état de sa moitié l'intrigue tout autant que le fin mot de cette histoire sordide. Ses pas le mènent près d'elle et c'est machinalement que ses doigts glissent dans les cheveux si blonds dans une douce caresse.

RÉSUMÉ:
 

AVENGEDINCHAINS


crying lightning.
.


Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t8572-octave-oh-romeo
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Lun 26 Mar 2018 - 20:07 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Enivrante accalmie. Fougueux embrasement. tu es enfin arrivée à tes fins. la flamme dans les yeux de ta sœur s’est embrasée et son cœur a fini par imploser. tu n’as rien manqué de ce bouquet final. tu étais là en humble spectatrice observant ce que tu venais de créer. un monstre, à ton image. de la haine à l’état pur. une fougue presque malsaine. des coups ont été portés mais tu ne souffres pas. la victoire est trop grande. la récompense est trop belle. la vengeance. la sentence pour laquelle tu vis depuis des années. des années où elle a refusé de te voir. la fragile lilas. des années qu’ils t’ont volées. tous. tu te fais simplement justice. A toi. A Octave. ils l’ont assimilé à toi. trop tôt. sans qu’il ait le temps de prendre ses marques. Ça l’a bouffé. Tu es engagée à prendre soin de lui quel qu’en soit le prix. Aujourd’hui, ils vont tous payer.
tes yeux balayent une dernière fois la pièce. tu veux admirer les dégâts que tu as causé avant de disparaître au bras de ton paternel. sa poupée de porcelaine. son plus précieux bijoux. voilà ce qu’il te susurre à l’oreille alors que vous marchez presque sans réfléchir jusqu’à ta chambre. tu n’as rien. c’est superficiel comparé aux cicatrices qui épousent tes formes. celles que personne n’a jamais vu. celles que te cachent et qui sont profondément ancrées en toi. ton fléau que tu dissimules par ce visage angélique, si parfait. tu arbores toujours ce petit rictus satisfait sur le visage.tu les entends. tous. les uns après les autres. ils viennent pour elle. la belle et gentille scylla. la fragile. l’insubmersible. pas tant que ça finalement. octave. tu entends ton frère. le seule que tu considères réellement comme tel. t’as cette pulsion. tu veux le retrouver. ta main s’échappe de celle ton père. s’ils osent s’en prendre à lui, tu n’es pas sûre de ce que tu serais capable de faire. tu fais quelques pas avant que ton père s’accroche à ton bras et te ramènes près de lui. Pas plus de scandale. Tu acquiesces. Personne ne contredit le patriarche muller et surtout pas toi. Prépares toi, ma princesse. Tu hoches la tête et rejoins ta coiffeuse. Il ne lui arrivera rien et dès qu’il aura fini avec ces erreurs de la nature, il reviendra vers toi. nouveau sourire presque machiavélique qui se dessine sur ton visage au moment où tu découvres les marques d’ongle sur ton doux visage. tu les tapotes calmement avec un coton tandis que tu entends ta porte s’entrouvrir. Lilas ? Ton cœur se fait un peu moins lourd. Que s’est-il passé ? la douceur dans sa voix te transperce le cœur. il s’inquiète pour toi. ses gestes. il laisse sa main s’aventurer dans ta longue chevelure blonde. Ça t’apaise. Tu laisses tes paupières se fermer quelques secondes, pour profiter du moment, avant d’enfin te lever pour faire face à ton tout. tu lui souris. tu veux le rassurer. Je vais bien – souffles-tu en passant un de tes mains sur sa joue. ce lien qui vous uni. pur. intense. tu laisses ta main glisser dans la sienne. geste absolument instinctif. Presque vital. Ils n’aiment pas l’honnêteté dans cette famille – souffles-tu en haussant les épaules, ne quittant pas les yeux de ton frère des tiens. il faut qu’on se prépare – continus-tu sans lâcher sa main. Le patriarche Muller vous attend. Vous. Les enfants parfaits. Une folle soirée s’annonce – lances-tu profondément amusée de ce qui s’apprête à se produire.


she is a bad girl with a tainted heart
©crack in time


That woman is a snitch and unpredictable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Caël Muller
wild bear free heart
›› parchemins postés : 898
›› miroir du riséd : Dominic Sherwood
›› crédits : .
›› multinick : La vieille chouette Evan & le québécois en sucre Hyahya
›› dispo RP : OPEN
FORCES PUBLIQUES
›› âge : 27 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives : Options obligatoires
DCFM
Sortilèges
Métamorphose
Options facultatives
Sport (Vol)
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1177

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 28 Mar 2018 - 12:45 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Les cris échangés dans la chambre de Sissi avaient rameuté toute la famille car voilà que Marius nous rejoignait également. Il était rentré précipitamment dans la chambre à ma suite, bousculant plus que de raison notre frère, pour s'enquérir de l'état de Sissi. C'était vraiment notre sœur chérie à tous, enfin à part Octave et Lilas mais parfois on se demandait si on faisait partie de la même famille, c'était à se demander. Il était bien plus démonstratif que moi, je me devais comme grand frère de veiller sur toutes les petites têtes que le courant passe bien ou non. Maris avait pris Scylla et Helga dans ses bras, comme moi un instant plus tôt. Nous étions vraiment soudés, si nos parents avaient été normaux, ils auraient été fiers de ça, mais non ils préféraient favoriser leurs petits chouchous et nous monter les uns contre les autres. Le repas de famille allait encore être folklorique ce soir, entre Père furieux, Mère hystérique et les deux vipères d'un côté et les vrais de l'autre. Marius ne prenait aucun gant en accusant délibérément Lilas, et même si j'avais été moins catégorique, j'étais aussi persuadé que lui de son implication. Evidemment, la remarque fait mouche et Octave le prend mal, défendant bec et ongle sa sœur. Alors que j'essayais de calmer le jeu il s'énerve comme à son habitude, va jusqu'à prétendre que Scylla a bien dû mériter la claque qu'elle s'est prise et quitte les lieux sans demander son reste. Il exagère vraiment, il mériterait des baffes lui aussi, mais je ne peux pas m'en prendre à lui c'est mon frère et même si nos rapports sont compliqués et que je ne sais pas comment communiquer avec lui, je dois rester le grand frère responsable et ne pas me laisser aller à mon côté sanguin. S'il n'avait pas été mon frère, il aurait déjà reçu mon poing sur la côté de la mâchoire, personne n'avait le droit de s'en prendre à Sissi, personne ! Je calme ma colère en serrant le poing, visage fermé sur la porte que vient d'emprunter Octave et d'un coup de baguette, pour libérer toute cette colère, je ferme la porte d'un grand coup qui ne manque pas de résonner dans l'immense maison des Muller. Si quelqu'un ne savait pas qu'il était en colère, maintenant il le savait.

Sissi se met en noir, et propose à notre petite sœur de la maquiller. Bien évidemment, je les suis, je ne veux pas laisser ma sœur toute seule après ce qu'il vient de se passer. Peut-être va-t-elle nous parler de ce qui s'est passé. Alors qu'elle s'installe, voilà que Sissi leur déballe tout. Je n'y crois pas … La nouvelle me retourne, et pire elle me fait mal. Je ne m'étais jamais senti comme ça, c'était comme si le ciel m'était tombé sur la tête. Comment j'avais pu ne rien voir ? C'était moi le grand frère quand même, et j'apprenais par surprise que Sissi avait été enceinte et venait de perdre son enfant ? Comment c'était possible ? Je me sentais tellement mal, cette douleur, ces crampes dans l'estomac, cette sensation de disparaître... Mon esprit est embrumé, je regarde dans le vide je ne sais pas comment réagir. Mon corps ne me répond plus, et avant même de pouvoir répondre à cette annonce qui me bouleverse, je m'assois sur le lit. Il fallait que je réagisse bon sang. Je ne pouvais pas me laisser aller alors qu'elle avait besoin de moi. Je me lève et me rapproche de Sissi, je la prends dans mes bras, pendant qu'Helga la chouchoute également.

On est tous là pour toi ma Sissi …

Non je ne peux pas. Je suis censé être le grand frère, l'homme de la famille vu le comportement de Père, mais je ne sais pas comment réagir. Je suis bouleversé. Quelque chose me chatouille le visage. Une larme. Je l'essuie avant que quiconque ne la voit, car non je n'ai pas le droit de pleurer.

Je suis tellement désolé pour toi Sissi … Lilas a vraiment été trop loin cette fois, elle te le paiera... Tu as le droit de craquer, tu as tous les droits, tu peux tout nous dire. Ce n'est sûrement pas mes histoires Sissi, mais qui est le père ? Je veux dire, tu lui as déjà dit ? C'était quelqu'un de sérieux ?

Après le contrecoup de la nouvelle, c'était la première chose qui me passait en tête. Qui l'avait mise enceinte ? Etait-ce un homme bien sur qui on pouvait compter ? Elle avait été en situation de faiblesse, et je n'avais pas été là. Je ne me le pardonnerais jamais. J'étais son bouclier et j'avais failli...


I just want to love without border. But HOW ?;
I never wanted to be a love man, but the love is a traitor, and now my heart is beating. For them. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kahlan Muller
# Admin - Ohana means family #
›› parchemins postés : 344
›› miroir du riséd : Isabelle beauty Cornish
›› crédits : balaclava (avatar);
›› multinick : Malc et Sully
›› dispo RP : (Libres 3/3)
MODE ET TEXTILE MAGIQUE
›› âge : 21 ans
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 4ème année
›› options obligatoires & facultatives : options obligatoires: Sortilèges, Potions, Etude des Moldus
options facultatives: Etude des runes, Littérature magique
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 334

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mer 28 Mar 2018 - 19:50 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Scylla me dit que ce n'était rien, que tout irait bien. Mais c'était faux. Tout en elle criait la souffrance et la détresse. Et si sa bouche exprimait des mots qui n'avaient pas vraiment de sens, ses yeux étaient assez expressifs pour que je comprenne que j'avais bien raison de m'inquiéter. D'avoir envie de faire ravaler sa suffisance à notre père. Monsieur se croyait fort, au dessus de tout. Il pensait que ses enfants n'avaient qu'à obéir et entrer dans un moule préformaté. Il n'avait pas conscience qu'en voulant resserrer la vis, il se mettait à dos sa propre progéniture. Pour moi, c'était peine perdue. Mes parents avaient presque abandonné l'idée de faire de moi ce fils parfait que j'aurais du être. De toute manière, il y avait déjà Octave pour ça. D'ailleurs, en parlant de lui, il semblerait que ma remarque acide ait fait mouche. Bien sûr qu'il l'avait mal pris. Lilas était son double maléfique, les deux enfants terribles et parfaits à la fois. Ils me dégoutaient. Nous étions pourtant du même sang. Et c'est comme si nous étions des étrangers. Je ne prenais jamais de gants avec eux, pas la peine. Et en retour, ils ne me faisaient jamais de cadeaux. Alors qu'il pestait contre nous, je lui servais un regard dédaigneux. En colère. Le vendu semblait insinuer que Scylla y était pour quelque chose, et je ne voulais pas le croire. Pour la préserver, je préférais ravaler une réplique acide et colérique, et laisser l'autre prendre la fuite. Tss. Mais quel dégonflé. Sissy nous proposa de rester tandis qu'elle se préparait pour le repas, et je rentrais dans la chambre à la suite de Caël, mon regard se perdant dans le bazar inhabituel qui y régnait. Cette peste de Lilas avait fait son oeuvre...

J'observais Helga prendre le maquillage dans un meuble, et je passais une main dans mes cheveux pour les remettre en place distraitement. A côté d'elles, j'allais encore passer pour le plus mal fringué, mais peu importait au fond. Ce n'était pas comme si je devais plaire à quelqu'un. Pas comme en soirée quoi. Je soupirais doucement, avant de me figer en entendant les derniers mots de ma soeur aînée. Que...? Les yeux écarquillés, je restais interdit quelques secondes, incapable d'exprimer quoi que ce soit. C'était si soudain, si... fort... si... triste. La détresse de ma soeur était palpable. C'était comme si on venait de me foutre un poing dans les poumons et que j'étais incapable de respirer. Bien entendu, je pouvais à peine imaginer la souffrance que cela avait du être. Je pouvais juste me dire que cela devait être aussi dur que de perdre une soeur ou un frère dont on était proche. Comme si je perdais Helga. Alors Scylla ne m'inspirait que de l'admiration. Parce qu'elle était courageuse. Qu'elle tentait encore de nous protéger. Chacun notre tour, à notre façon, nous montrions à notre soeur à quel point nous l'aimions. Et qu'elle pourrait toujours compter sur nous. Même Caël, d'ordinaire si fort pour nous, semblait bouleversé. Et Merlin savait que de voir mon frère et mes soeurs dans cet état me transperçait le coeur. Alors, tandis que je prenais Sissy dans mes bras, je lui murmurais, ma voix cassée par l'émotion: "Je suis... désolé... C'est horrible..." Incapable de dire quoi que ce soit de plus, je sentis des larmes couler le long de mes joues. Foutu coeur. Foutue sensibilité. Je voudrais tellement faire plus, en dire plus. Mais c'était trop dur. Finissant enfin par me reculer, j'essuyais mes larmes d'un geste rapide, avant d'esquisser un frèle sourire, histoire de rassurer ma soeur. Je laissais Caël exprimer les questions que j'avais en tête, tentant de me calmer du mieux que je pouvais... en cherchant à prendre la main de ma jumelle. Comme une attache pour ne pas flancher une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scylla Muller
Magyar à pintes
›› parchemins postés : 3031
›› miroir du riséd : Xenia Tchoumitcheva
›› crédits : @Mad'Eyes
›› multinick : Tzvetelina Skinner & Sterenn Walsh
SORCIER SALARIE
›› âge : 27 ans
›› situation : En couple
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 2130

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Jeu 29 Mar 2018 - 0:44 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Depuis leur enfance il y a deux clans parmi les enfants Muller. Lilas et Octave contre les autres. Avant ce jour, même si ça à toujours été le cas, le fossé entre eux était moins visible. Une cassure s'est désormais créer. Du moins pour Scylla. Elle entend les paroles d'Octave. Des paroles acérées qui la juge froidement. Comme si elle est le bourreau et non la victime. Alors oui elle a frappé sa soeur, oui elle n'aurait jamais dû le faire. Mais de ressentir qu'aux yeux de son frère, elle est responsable de tout ça. Ça lui fait mal. Mais au fond, elle s'y attend. Octave protège Lilas, ça a toujours été comme ça depuis qu'ils sont gamins. Elle ne dit rien, son esprit est accaparé ailleurs. Elle le laisse juste quitter le pallier de la porte de sa chambre sans un regard pour lui. Déçue et attristée.

Scylla a proposé à Helga de la maquiller. C'est un rituel agréable qui lui fait du bien, un moment complice. Elle donne carte blanche à Helga qui prépare les affaires. Scylla annonce la terrible nouvelle, elle a bien du mal à ne pas pleurer toutes les larmes de son corps. C'est un choc pour tous. Elle le ressent au plus profond de ses tripes. Ses frères et sa soeur sont présent pour elle. Chacun la soutien à sa manière. Elle ressent la puissance de leur amour tandis que tous la prenne dans leur bras. Il n'y a pas forcément besoin de mots tant les gestes sont puissants. Quand Caël lui dit qu'elle a le droit de craquer et que Lilas le payera, elle ne dit rien, encore sous le choc de ce qu'il s'est passé. L'aîné lui demande ensuite qui est le père et si il est au courant. Une question bien légitime en soit, elle se doute bien qu'il s'inquiète. Rien de plus normal. Elle sèche la larme qui perle sur sa joue avant de lui répondre, tout en regardant tout le monde.

- Il est au courant, il a su peu de temps après mon passage à Ste Mangouste.


Elle ne leur révèle pas le détail de l'intervention. Ce serait trop dur à supporter. Entre l'odeur des produits et l'opération en elle même.

- Il est présent pour moi. Il m'aide à traverser cette épreuve douloureuse. C'est aussi difficile pour lui et il reste présent malgré tout. Thomas est un homme bien. Je peux vraiment compter sur lui. Vraiment, tu n'a rien à craindre Caël.

Sans s'en rendre compte, elle a prononcé le prénom de Thomas. Non pas qu'elle voulait le caché. Juste qu'elle aurait sans doute préféré le dire à un autre moment. Dans un autre contexte et dans un autre lieu que ce manoir bien trop grand. Mais ce qui est fait est fait, alors on ne peut rien changer.

Marius lui dit qu'il est désolé. Ses yeux sont embrumés de larmes. D'une voix douce, elle s'adresse de nouveau à eux.

- Ne sois pas désolé...ne soyez pas désolés. Vous n'y êtes pour rien. Vous ne pouviez pas le savoir. Je n'ai pas su que j'attendais un enfant avant de le perdre. J'ai fait ce qu'on appelle un déni de grossesse. J'étais enceinte et comme je n'étais pas au courant, j'ai continué à vivre comme si je ne l'étais pas.  Malheureusement ce sont des choses qui arrivent plus souvent qu'on ne le croit. C'est juste la faute à pas de chance. C'est tombé sur moi et personne n'y peut rien.

Sa voix est chargée d'une lourde tristesse quand elle s'exprime. Elle prend alors Caël, Marius et Helga dans ses bras. C'est juste ce dont elle a envie en ce moment.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
DATE: Ven 30 Mar 2018 - 10:49 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Pour une fois, tu es plutôt heureuse de voir les parents, Lilas et Octave quitter la pièce, normalement ce genre de chose serait douloureux pour ta personne, mais en cet instant, c’est une très bonne chose pour Scylla et donc tu as l’impression d’être rassurée. Simplement, la révélation qui vient d’arriver va rapidement changer la donne, tu es contre la jeune femme ayant laissé tomber le maquillage de ton esprit pour regarder Scylla avec compassion. La porte se ferme violemment, mais tu ne fais pas attention à ça bien trop occupée à prendre soin de ta grande sœur. Tu fermes l’étreinte de plus en plus autour d’elle alors que tes yeux humides se collent contre la poitrine de la jeune femme qui sera toujours là pour toi. Comme tu pouvais t’y attendre, ton plus grand frère demande l’identité de l’homme en question et tu le regardes avec un regard noir avant de te rendre compte qu’il est tout aussi déstabilisé que toi, une larme vient s’échapper alors tu laisses tes yeux s’adoucir. Il fait ce qu’il peut pour prendre soin de vous, c’est normal de s’inquiéter dans ce genre de situation. Tu ressens alors les sentiments de Marius, vous êtes connectés, vous n’êtes qu’une seule et même personne et tu sais à l’avance quand il va souffrir, quand il va rire ou même se mettre en colère. Tu vois qu’il a besoin d’une accroche et cherche ta main, tu attrapes la sienne et la serre fermement en lui souriant timidement les larmes aux yeux. Tu pleures comme une enfant, mais tu seras là pour chacune des personnes présente dans cette pièce, même dans ce manoir.

C’est alors que tu viens regarder ta sœur avec insistance quand tu apprends enfin l’identité de l’homme qui l’a mise enceinte, Thomas, l’homme qui dans la salle de musique a cherché une solution avec vous concernant ce mariage obligé avec Eustache. Un homme que tu ne connaissais même pas avant et qui s’occupe de l’entretien de l’école, c’est donc de lui que Scylla est amoureuse depuis un certains temps, tu n’as pas le droit de juger, mais il est quand même un peu plus vieux qu’elle tout de même. Pourtant, tu ne clignes pas des yeux et acceptes le choix de la jeune femme, par contre tu ne sais pas comment vont réagir les autres membres de ta famille. C’est le comportement de Caël qui va faire le plus peur s’il décide de s’énerver et de ne plus se contrôler, ce que tu peux comprendre d’une certaine façon, mais le bonheur de Scylla passe avant tout le reste, et ça, ton frère le sais mieux que personne. Tu laisses la famille se prendre les uns dans les autres dans les bras sans pour autant lâcher la main de Marius que tu trouves rassurante comme toujours, c’est la personne que tu cherches souvent du regard quand un événement est traumatisant ou que tu as une certaine nostalgie. Tu aimerais pouvoir, mais tu n’écoutes pas la suite, ça commence à réellement te faire du mal et tu n’as plus envie de ressentir ce genre de chose aujourd’hui, tu voudrais seulement rester dans une étreinte sans fin et laisser le temps faire les choses. Tu es la petite dernière, prenant l’habitude de ne pas trop donner ton avis, dans l’ombre, tu observes, c’est ce que tu sais faire de mieux tout en distribuant des câlins à l’occasion. Tu es le doudou de cette famille. Tu prends alors ton courage à deux mains et lâche prise, attrapant une nouvelle fois le maquillage tu prépares ce qu'il faut dans ton coin en laissant les grandes personnes se charger du reste pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Octave Muller
♕ (roméo) sin from thy lips.
›› parchemins postés : 784
›› miroir du riséd : ranger rouge.
›› crédits : eylika. + astra
›› dispo RP : mp.
JUSTICE MAGIQUE
›› âge : vingt-quatre ans.
›› situation : Fiancé(e)
›› années d'études : 6ème année
›› options obligatoires & facultatives : histoire de la magie ; étude des moldus ; sciences po. magiques ; DCFM ; médias moldus et sorciers.
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 773

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Ven 6 Avr 2018 - 22:37 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas


LES MULLER

the evil queen


Il les abandonne sans un regard, sans regret. Qu'ils restent entre eux, stupides scroutt-à-pétard qui n'ont de Muller que le nom. Il n'est pas le bienvenu dans la chambre de sa soeur, intrus depuis toujours. Pourquoi ne peuvent-ils s'entendre ? Le grymm est persuadé que tout provient de leur comportement. De leur propension à toujours tout détruire. Par esprit de contradiction. Pour faire rager les parents. Pour attirer l'attention. Des enfants pas assez intelligents pour se démarquer, obligés de provoquer pour qu'on s'intéresse à eux et leur médiocrité. C'est vexé et haineux qu'il traverse le couloir Octave. Un trajet maintes fois parcouru, se glissant dans la chambre de sa soeur sans y être invité, éternel bienvenu. Ses yeux clairs se posent sur sa silhouette menue près de la coiffeuse, s'approchant avec inquiétude. Ses doigts glissent dans la chevelure blonde, elle ferme les yeux. Octave, il note les traces sur sa peau de porcelaine, abîmant sa beauté irréelle. Il est surpris de la probable violence de Scylla, leur soeur peu connue pour ses excès de rage. Il ne l'aurait pas imaginé capable d'une telle... fureur. La si douce et rêveuse Scylla. Mais les marques rouges témoignent de ses coups. Preuves irréfutables de son méfait. Elle se lève, glissant sa main contre sa joue, dans un geste se voulant probablement rassurant.  Et malgré ses mots doux, l'inquiétude subsiste.  L'incompréhension. Comme s'il lui manquait la pièce principale de ce putain de puzzle. L'arme du crime. Qu'importe. Parce qu'il a beau aimé Lilas de tout son être, lui vouer une confiance aveugle, Octave, il sait. Il se doute que quelque chose a été dit, a été fait. Que sa Lilas n'est pas innocente - l'a-t-elle été seulement un jour ? De leurs mains enlacées, il l'attire plus près de lui, ses yeux tentant de sonder l'âme de sa soeur. Quelle verité a transformé la si douce Scylla en dragon enragé ? Ses mots sont à peine plus forts qu'un murmure. Il lui demande son secret. Il lui demande sa vérité. Ses doigts se posent sur la peau où les traces d'ongles subsistent, dessinant le geste surement violent. Se posent sur sa lèvre abîmée. Ses sourcils se froncent l'espace d'un instant. L'incompréhension. Parce que Scylla ne semblait pas avoir de marque. Parce que tout est bancale. Pourquoi Lilas ne s'est-elle pas défendue ? Détournant son regard bleu, il s'éloigne de la blonde, ne lâchant pourtant pas sa main, gardant le contact intime. Tu as besoin de te changer ? Ou descendons-nous ? Il doute que tout le monde soit prêt. Il doute même de la présence des autres, s'attendant à un diner à quatre. Eux et leurs parents.


RÉSUMÉ:
 

AVENGEDINCHAINS


crying lightning.
.


Revelio:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hungcalf.forumactif.com/t8572-octave-oh-romeo
avatar
Caël Muller
wild bear free heart
›› parchemins postés : 898
›› miroir du riséd : Dominic Sherwood
›› crédits : .
›› multinick : La vieille chouette Evan & le québécois en sucre Hyahya
›› dispo RP : OPEN
FORCES PUBLIQUES
›› âge : 27 ans
›› situation : Célibataire
›› options obligatoires & facultatives : Options obligatoires
DCFM
Sortilèges
Métamorphose
Options facultatives
Sport (Vol)
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1177

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Mar 10 Avr 2018 - 17:46 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Je ne sais pas quel sentiment est le plus fort en moi à ce moment-là. D'un côté, j'ai envie de tout casser ce qui est autour de moi, il me suffirait pour cela d'un geste, ma baguette me le fait bien sentir, elle aussi a envie d'exploser, il suffirait de quelques mots et d'un geste et la plupart des meubles de la chambre voleraient en éclats, ne manquant pas d'alerter leurs parents. En colère, contre moi même et contre Lilas, j'ai envie d eme défouler. Il faut que je tape dans quelque chose, et si mes frères et sœurs n'avaient pas été là autour de moi, je pense que mon point aurait fini dans le mur. Puis j'aurai pris mon balai pour me changer les idées, en volant loin et haut. Et ainsi faire disparaître cette douleur, même si je sais qu'elle sera toujours là. D'un autre côté, j'ai peur. Oui j'ai peur de ce qui s'est passé, je n'étais pas là pour ma sœur, et j'avais fait l'erreur de croire qu'elle était assez grande pour se passer de ma protection. J'aurais dû moins batifoler et plus souvent m'occuper d'elle. Ce qui lui arrivait était entièrement de ma faute. Si j'avais été là peut-être ne serait-elle pas tombée enceinte par accident, à supposer bien entendu qu'il s'agisse d'un accident. Si j'avais été là, peut-être ne l'aurait-elle pas perdu, peut-être n'aurait-elle pas fait un déni de grossesse. Si j'avais été là peut-être que tout aurait été différent... Et puis je réagis quand elle dit son prénom. Thomas... ne serait-ce pas le concierge d'Hungcalf ? Celui dont le Chineur avait colporté une rumeur de relation avec ma sœur ? Ce n'était donc pas une rumeur … Je ne le connais pas, mais je sens que ça ne va plus tarder. On ne peut pas me refaire, je suis assez sanguin, et savoir qu'un homme, plus âgé qu'elle en plus, a mis enceinte Sissi, j'ai du mal à le supporter, sûrement par pur soucis de protection fraternel. Il fallait que je m'assure qu'il soit un homme bien pour elle, et que jamais il ne lui fasse de mal. Si c'était le cas de toute manière, il aurait à faire à moi. Je ne préviendrais pas Sissi pour ne pas l'inquiéter après ce qu'elle vient de vivre, mais je vais devoir avoir une conversation avec cet homme. D'homme à homme. Et je n'irai pas de mains mortes, il faut être un homme bien pour mériter l'amour de ma sœur.

Je ne peux pas m'empêcher de m'en faire pour toi Sissi, tu es la prunelle de mes yeux tu sais. Si tu penses pouvoir compter sur Thomas, alors j'imagine que je dois lui faire confiance aussi...

Une confiance toute relative. Il a intérêt à la gagner cette confiance ! Mais il n'est pas l'heure d'inquiéter ma Sissi avec ça … Il sera bien temps de voir ça après, quand elle se sera remise du choc de la perte de son enfant … Et dire que j'ai failli être tonton... Ca me fait tout drôle, dans ma tête on est encore des gamins, mais ce qui vient de se passer me prouve le contraire. Elle continue à nous parler, nous expliquant ce qu'il s'est passé, le déni de grossesse et la perte du bébé. Je ressens comme une pierre lourde dans mon estomac. C'est beaucoup d'émotion, et je ne sais pas comment réagir. Alors je me contente de répondre à son appel, et de la serrer dans mes bras, avec Marius et Helga. Nous sommes soudés, les plus soudés des Muller. Nos parents auront au moins réussi ça.

En tout cas, tu sais que nous sommes tous là pour toi ma Sissi. Et si les parents essaient de lever la main sur toi ou autre, ils auront à se confronter à moi. Crois moi, on s'en sortira. Sissi, Helga et Marius, je vous aime. Ne l'oubliez jamais, je serai toujours là pour vous. Toujours.


I just want to love without border. But HOW ?;
I never wanted to be a love man, but the love is a traitor, and now my heart is beating. For them. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lilas Muller
(queen) - poisonous flower
›› parchemins postés : 1272
›› miroir du riséd : nicola peltz
›› crédits : killer from a gang
›› multinick : avril bennett
MEDICOMAGIE
›› âge : vingt cinq années de perfection
›› situation : Célibataire
›› années d'études : 8ème année
›› particularité : Animagus
›› nature du sang : sang-pur
›› gallions sous la cape : 1183

carte de sorcier
mes clubs:
mes liens :
DATE: Sam 14 Avr 2018 - 20:19 Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

octave et lilas. lilas et octave. les deux dignes héritiers de la famille muller. les autres. de vulgaires copies d’eux-mêmes. de fausses extravagances qui te débectent. sombres impostures qui ne t’inspirent que du dégoût. ils se cachent. ils s’étouffent les uns les autres pour exister. Tu n’es pas comme eux et tu en remercies le ciel. Tu agis. Tu provoques les choses, avant qu’elles n’implosent. Scylla n’a eu que ce qu’elle méritait. Juste retour de la médaille. Octave n’a pas besoin d’en savoir plus. tendre octave. tes doigts effleurent sa peau délicatement. geste sincère mais aussi profondément réfléchi. Tu dois le préserver. Ton âme-sœur. Ta seule faiblesse. ce chevalier à l’âme loyale qui avance avec des œillères refusant de voir le monstre que tu es en réalité. Ta caresse ne le trompe pas, pas cette fois et tu sens son regard se perdre dans le tien. Il y cherche des réponses… Il te cherche des excuses, comme il l’a toujours fait. Un moment d’absence et il en profite pour t’attirer un peu plus près. Ton visage reste de marbre, ce doux sourire toujours dessiné sur ton visage. Quelle vérité a transformé la si douce Scylla en dragon enragé ? Ces mots viennent caresser ton âme. Tu t’apprêtes à lui répondre, à laisser une vérité dissimulée – tu ne mens pas à octave, jamais - passer tes lèvres mais ces gestes te figent. Tu sens son appel. Il veut savoir. Il veut comprendre. Il passe délicatement ses doigts sur chacune de tes blessures comme s’il se refaisait le film tourné il y a quelques secondes dans la chambre de votre sœur ainée. Il était absent. Il n’a pas vu la noirceur de ton regard. La fougue et l’envie avec lesquelles tu t’amusais à détruire l’âme même de ta sœur comme si elle n’était qu’une vulgaire chose. Tu es allée loin, cette fois. Très loin et tu n’es pas sûre que ton frère soit près à entendre tes méfaits. Si pur. Si confiant. Après qu’il ait passé son doigt sur tes lèvres, tu ne peux t’empêcher d’en faire de même. La seule qui existe.– souffles-tu, dans un soupir. L’incompréhension s’échappe de son âme et ses iris te happent comme si tu n’étais qu’une vulgaire chose à la recherche d’une attache, de son ancre. Il te laisse la chance de donner ta vérité sauf que tu sais que l’ombre de ton cœur est la seule responsable de ce chaos. Ces yeux t’échappent et tu sens le poids la pompe qui te sert d’organe vital augmenter. Il ne lâche pas ta main mais tu peux sentir la note de déception qui se glisse entre vous. Tu as besoin de te changer ? Ou descendons-nous ? Tu secoues la tête, signe que tu es prête et le suis jusqu’à la porte. Ce soir – lui souffles-tu à l’oreille alors que vous descendez à deux les marches du somptueux manoir muller. Ces deux mots signifiaient que tu lui dirais tout. Après le repas, quand vous serez tous les deux, comme toujours. Le paternel muller s’approche de vous et te déposes un baiser sur le front. Tu souris légèrement et pars t’assoir à la place qui te revient de droit, juste à côté de lui, octave à tes côtés.


she is a bad girl with a tainted heart
©crack in time


That woman is a snitch and unpredictable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
DATE:  Sujet: Re: the evil queen - scylla&lilas

Revenir en haut Aller en bas
 
the evil queen - scylla&lilas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'm a Queen ! I'm the Evil Queen Dearie [Finie]
» Regina Mills - The Evil Queen
» Reine Elfique « Get out of my road, I'm the Evil Queen.» || Validée
» Flashback - Evil protection (PV Evil Queen)
» Lilas Desquiron Lilas Desquiron est née en Haïti. A seize ans, par souci de

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
(NO) MAGIC UNIVERSE
 :: Londres & le monde :: Habitations moldues & sorcières
-